Développement durable
Monde /
09H15 - vendredi 27 mai 2011

Demain, une énergie 100% solaire ? Un dossier spécial à lire dans La Revue sur les énergies renouvelables.

vendredi 27 mai 2011 - 09H15
La revue

La Revue -"Le solaire, espoir de la planète" - Mensuel, mai 2011

« Le solaire, espoir de la planète » est à la une, ce mois-ci, du magazine La Revue, nouveau titre mensuel consacré aux idées et à la prospective du groupe Jeune Afrique. Pourra-t-on se passer des énergies fossiles ? Quelles sont les solutions pour sortir du nucléaire ? Le mensuel nous invite, à travers son dossier spécial consacré aux énergies renouvelables, à mieux comprendre les enjeux financiers et géopolitiques qui se cachent derrière l’adoption définitive du solaire.

Les politiques n’ont plus le choix

Depuis le 11 mars 2011, ceux qui prennent les décisions réfléchissent à l’après-nucléaire. Certains, comme Israël, le Chili, la Chine et l’Italie, retournent leur veste. Dans le monde entier, des hommes politiques commencent à dire « non au nucléaire », un slogan jusqu’ici réservé aux militants écologistes. Face à l’émotion vive qui touche le monde et face au rejet grandissant de l’atome, que faire ? Que choisir ? L’espoir réside dans les énergies vertes… et dans les solutions que prendra chaque État.

Innover, pour ne plus prendre de risque

En 2010, la technique a fait son chemin et est arrivée à maturité : l’hydroélectrique, l’éolien, la biomasse et surtout le solaire ont atteint une performance qui permet de croire en eux. Reste à fournir un effort financier. Les  britanniques  prévoient déjà 103 milliards d’euros pour démanteler leurs 23 réacteurs. La Suède fait figure de pionnière en se fixant l’objectif audacieux de 50% d’énergies renouvelables en 2020.

La France sera plus difficile à faire bouger. D’abord parce qu’elle fait partie des pays les plus nucléarisés. Ensuite parce que le virage énergétique pourrait coûter cher, très cher, même si l’on sait que les prototypes de tours solaires coûtent 42 fois moins cher que le nouveau réacteur français (EPR), qui devrait coûter 5 milliards. Mais les groupes de pression et l’industrie nucléaire puissante influencent les décisions.

Certes, ces nouvelles technologies ne sont pas encore totalement au point, mais le solaire peut être une alternative économiquement crédible au nucléaire. Etienne Copel, général de brigade de l’Armée de l’air française, défend l’énergie nucléaire tout en dénonçant la vulnérabilité des centrales dans Le Nécessaire et l’inacceptable1. Démonstration est faite, avec le nouveau solaire à concentration, que le nucléaire ne restera pas longtemps la source d’énergie majeure la moins coûteuse du marché.

Des perspectives d’avenir prometteuses

Certains experts prévoient même une énergie 100% solaire dans les vingt prochaines années. C’est le cas de Ray Kurzweil, qui base son propos sur l’accélération des technologies. Bill Gates qualifie ce conseiller scientifique de l’armée américaine de « penseur et visionnaire ». Ses détracteurs, quant à eux, crient  à l’utopie : ils estiment qu’il faudrait couvrir la moitié de la planète de panneaux solaires si nous voulons atteindre l’objectif 100% solaire du futurologue.

Togo solaire

Une ONG américaine, « SunPower Afrique », vient d’installer à Kpalimé (Togo) les tous premiers panneaux solaires sur le toit d’un immeuble abritant les locaux de FECECAV, une institution de mircro-crédit. Les équipements de 5kw permettent d’alimenter gratuitement en électricité les locaux, le système de climatisation et les ordinateurs. ©republicoftogo.com/flickr

Mais comme à ce jour la ressource semble inépuisable, l’Europe prend une longueur d’avance sur les Etats-Unis et se mobilise auprès de l’Afrique. Elle veut recouvrir le Sahara de panneaux solaires. Une course à l’énergie entre la France et l’Allemagne, menée en Afrique du nord. 15% des besoins en électricité de l’Europe sont en jeu…et la question de l’éco-colonialisme se pose déjà à travers ce projet encore plein d’incertitudes.

Les plus petits font rayonner leur savoir-faire

L’Afrique à elle seule peut gagner la bataille du renouvelable. Beaucoup de pays du Sud ont compris qu’ils pouvaient tirer profit de la transition énergétique. D’ailleurs, la Banque mondiale évalue actuellement à 3227 le nombre de projets de production d’énergie renouvelable dans 44 pays africains.

Avec l’énergie solaire, un nouveau modèle basé sur la production locale est donc à envisager. Si les nouvelles sources d’énergie sont disponibles partout, chaque continent possède ses atouts. L’Argentine, la Roumanie, les îles, le Malawi, l’Espagne, le Portugal, le Botswana ou encore le Zimbabwe multiplient les initiatives vertes. Et aujourd’hui, au lendemain de Fukushima, ce sont les plus grands qui envisagent d’apprendre des plus petits. Le virage énergétique est peut-être déjà entamé…

Alice Muntz-Portal

SR : Camille Dumas

La revue est disponible chez les marchands de journaux en France et en Afrique.


1 Etienne COPEL, Le Nécessaire et l’inacceptable, centrales nucléaires, terrorisme…, Balland, coll. « Essais Document », 1991.

Danemark : leader des énergies vertes… et des taxes

Les énergies renouvelables sont multiples. DR
Avec l’adoption de la taxe carbone dès 1993, quand d’autres pays se demandaient encore si le réchauffement climatique était une réalité, le Danemark est très vite devenu le leader en matière d’énergies…

Le pétrole, une malédiction pour les pays en développement ? Entretien avec Francis Perrin, directeur de la rédaction du bimensuel « Pétrole et Gaz Arabes » et vice-président d’Amnesty international

A l'occasion des 50 ans d'Amnesty, Oi continue de publier une série de sujets pour faire le point sur les droits de l'homme dans le monde. Deuxième article : l’entretien avec Francis Perrin, directeur de la rédaction du bimensuel « Pétrole et Gaz Arabes » et vice-président d’Amnesty international.

OGM : crainte de l’Europe, espoir des pays émergents

Alors que la France et l’Europe, de manière générale, restent assez frileuses quant à la culture des organismes génétiquement modifiés (OGM), ces derniers se développent considérablement au niveau planétaire. En effet, selon…

Chronique Développement durable du jeudi 15 mars

La Chine menace les entreprises européennes pour contraindre l'UE à abandonner la taxe carbone. DR
      Le Canada s’enfonce dans le déni environnemental Le Canada est longtemps apparu comme leader écologique, un Etat capable dès 1999 d’adopter une loi pour la protection de l’environnement, quand…