Opinion Paris 2024
09H20 - mardi 11 juin 2024

Tous au club France ! Dans les yeux de Paris 2024, la chronique (#32) de Frédéric Brindelle

 

Vous débarquez en famille. Les enfants virevoltent déjà. Certains vous échappent. L’évènement fourmille de populace. Quelle première décision prenez-vous pour assurer vos arrières ? Oui, vous choisissez un lieu de rendez-vous au cas où vous vous perdriez de vue. Cet endroit devient votre sainte chapelle, lorsque vous visitez une foire, un grand centre commercial, une fête foraine…

C’est exactement la symbolique attribuée par les usagers « olympiques » à leur club du pays, dans l’immensité de la ville hôte. Un journaliste souhaite interroger un médaillé, un supporter cherche des informations, un politique envisage une réunion avec les dirigeants sportifs, le VIP veut communier avec les champions, un chef d’entreprise réunit ses partenaires, tous savent que c’est au club France que la mission pourra se réaliser. Chacun part donc avec l’adresse en poche, y prend ses repères dès le pied posé sur le sol étranger. Au diable l’ambassade ou le consulat, le club nous sera plus précieux.

La France porte traditionnellement une attention toute particulière sur le choix de son implantation. En bord de la Tamise à Londres, dans le port du Pirée à Athènes, à proximité de la place Tianemen à Pékin. Le lieu doit éblouir et fédérer. La lutte féroce pour élire la meilleure demeure possible, oblige les comités nationaux olympiques à anticiper des mois avant le début des épreuves.


Pour Paris 2024, vous imaginez aisément l’enjeu que revêt la désignation du lieu d’accueil du Club France.
Le choix s’est toutefois avéré assez restreint puisque chaque site prestigieux de la capitale héberge déjà les compétitions. La France a donc opté pour un endroit singulier où « à 5 heures, quand Paris s’éveille » selon Jacques Dutronc, on y tranchait le lard… La Villette.
Construits en 1867 sur décision de Napoléon III et du préfet Haussmann, les abattoirs de la Villette laissaient échapper quelques hurlements de bovins et de volailles, jusqu’en 1974.  La Villette distillera en cet été 2024, des hurlements festifs. Devenu le parc de la Villette, l’endroit attire des foules très diverses, tout au long de l’année. Situé dans le Nord Est de la capitale, entre une sortie étriquée de périphérique, une gare routière, un enchevêtrement de rails de tramway, les voitures s’y immobilisent, sous une pluie de Klaxons abrutissant les soirs de spectacles.

Idéal et conforme à la philosophie de ces Jeux Olympiques !
Ce vaste territoire de 55 hectares, accessible uniquement par transports en commun, mêle des édifices inspirant comme la Cité des sciences et de l’industrie, le cinéma la Géode, la Cité de la musique, le Zénith de Paris, les jardins thématiques… 

Le club France siègera au sein de La légendaire grande halle, composée de la nef (9 000 m2), de l’espace Charlie-Parker (4 000 m2), de 4 studios et 8 balcons et de la salle Boris Vian. Tous les médaillés tricolores y défileront lors des « cérémonies des victoires ». Tous les jours, de 10h à 2h, le public tentera de s’y frayer une place, les partenaires et autres entreprises ambitieuses y recevront, petits fours en main, leurs clients préférés. Les médias détenteurs de droits (France TV, Eurosport, RMC, Radio France) y réaliseront leurs émissions. Le club, animé par la championne de patinage artistique, dirigeante sportive et épouse de Jean Dujardin, Nathalie Péchalat, annonce une programmation riche tant sportive qu’artistique. La diffusion des épreuves s’y fera sur écran géant. Les 130 fédérations sportives françaises, dispenseront des initiations à leur pratique, partout dans le parc. Les visiteurs assisteront à des activités artistiques en pleine journée, à des concerts en soirée, pendant les 27 jours de Jeux Olympiques et paralympiques.

Avec ou sans billet pour les compétitions, tout le monde y est bienvenu pour communier avec les athlètes français.
Des cours collectifs, animés par des coachs sportifs, des ateliers de baby-gym, des démonstrations d’athlètes exceptionnels seront également proposés. Des DJ’s occuperont la place en permanence tous les jours de 19h à 1h30.

5 concerts d’artistes branchés rajeuniront inévitablement l’assemblée. Au programme :  Bob Sinclar (27/07), Hervé (02/08), L’Impératrice (03/08), Irène Drésel (09/08) et Trinix (10/08).

Le Club France Olympique devenu paralympique, du 29 août au 8 septembre, promet une expérience « inédite, inclusive, immersive et festive » selon l’organisateur. Le fantastique duo malien, Amadou & Mariam s’y produira le 7 septembre.

Il est vivement conseillé de réserver sa place pour y accéder. Jusqu’à 25 000 personnes sont attendues chaque jour. Le prix reste très abordable, 5 € (gratuit pour les personnes en situation de handicap et leurs accompagnateurs ainsi que pour les moins de 8 ans).

« Il est 5 heures, Paris s’éveille, il est 5 heures je n’ai pas sommeil ». Jacques Dutronc ne croyait pas si bien dire. La capitale peut se lâcher. « Tiens tout a changé ce matin, je n’y comprends rien, c’est la fête ! ». Tous au club France….

 

Frédéric Brindelle
Journaliste, chef de rubrique « Opinion Paris 2024 »