La chronique de Patrick Pilcer
02H20 - vendredi 28 octobre 2022
France

Le Président Macron a raison : plutôt que la dissolution, l’Union Républicaine. La chronique de Patrick Pilcer

 

Patrick Pilcer

Emmanuel Macron a bien fait de tendre la main vers le Centre Droit. Avant les utilisations par Elisabeth Borne du fameux 49.3, il avait évoqué la dissolution de l’Assemblée. Les couloirs du pouvoir bruissaient de rumeurs et on entendait « Villepin, sors de ce corps… » résonner un peu partout. Car en effet, cela aurait été une lourde erreur que de dissoudre l’Assemblée et de renvoyer les Français aux urnes.

En pleine crise du pouvoir d’achat, en plein conflit entre l’Ukraine et la Russie, nos concitoyens ne veulent certainement pas revoter. Le résultat du scrutin aurait de plus été certain : une France encore moins gouvernable, avec des extrêmes toujours plus présents.

Inutile de rappeler que les extrêmes d’Hitler à Chavez en passant par Erdogan sont le plus souvent parvenus aux fonctions suprêmes par le vote démocratique, se montrant propre sous toutes les coutures, avant de le vider de sa substance et de l’utiliser pour s’accrocher au pouvoir. Il eut été dangereux de jouer avec le feu…

D’autant que dans le même temps, Mélenchon et Coquerel se félicitaient que les élus RN aient voté avec eux la motion de censure. Logique, les extrêmes ont bien des points communs. Ils espèrent le désordre, et n’hésitent pas à susciter le chaos pour mettre à bas notre chère République.

Il est surprenant cependant que les héritiers de Mitterrand, de Jaurès, de Blum, de Mauroy, de Joxe, de Fabius, de Jospin, de Delors, de Cohn Bendit, de René Dumont, de Brice Lalonde, et même d’Eva Joly, et j’en passe, aient, eux aussi, mêlé leurs voix aux extrêmes…

Il est grand temps que la pensée sociale-démocrate, comme la pensée écologiste soient incarnées par des femmes et des hommes Sincères et Probes, Humanistes, Progressistes, cherchant l’amélioration de l’Homme et de la Société, pour qui un mandat ne vaut pas un plat de lentilles…

Alors oui, Macron a bien fait de tendre la main au Centre Droit, et il est temps que le Centre Droit accepte cette main tendue pour pouvoir gouverner la France le mieux possible, pour réduire les déficits, pour réduire la dette, pour protéger le pouvoir d’achat, pour réindustrialiser notre pays, pour réduire le poids de l’administration dans les hôpitaux, dans les écoles, dans les universités et augmenter le nombre de soignants, d’enseignants, de juges, de policiers…

Cette main, Macron aurait dû la tendre en juin déjà, mais pas simplement le bout des doigts.

Ce président a encore du mal à comprendre la réalité de la vie des Français. Lors de son émission sur France 2, il était ubuesque par exemple que le Président suggère implicitement à une jeune femme, mère d’un enfant en bas âge, enceinte d’un prochain bébé, de travailler plus pour gagner plus. Comment peut-elle faire plus d’heures supplémentaires ? Ubuesque également sa cécité sur la réalité de la délinquance partout sur notre territoire comme sur les reconductions aux frontières. Ce n’est pas non plus en régularisant plus facilement les illégaux que nous allons réduire la délinquance !

Alors oui, il est temps à présent que le Centre Droit gouverne aussi la France et accepte cette main tendue. Il est temps de gouverner avec une philosophie, véritablement, sociale et libérale, de mettre en place une politique ferme en matière de sécurité et de justice, une politique de réindustrialisation et de modernisation, une politique qui permette à chacun de vivre selon ses besoins, une politique qui permette une pleine émancipation par le Travail, une politique qui défende partout sur le Territoire la Laïcité sans lui ajouter d’adjectif, une politique sans territoires perdus de la République, une politique où l’enseignant n’ait pas peur d’enseigner la Shoah ou l’égalité des sexes, une politique du moins d’Etat et du mieux d’Etat.

Les Français sont prêts, nous pouvons à présent réunir ainsi deux Français sur trois, de Bernard Cazeneuve à Xavier Bertrand, de Lionel Jospin à Valérie Pécresse, de Manuel Valls à Eric Ciotti. Non pas tous dans le même parti, mais chacun avec ses différences, en rassemblant les forces vives encore éparses. Comme la lumière blanche sait unir les sept couleurs pourtant très différentes de l’arc en ciel, unissons nos énergies…le rêve du Centre depuis toujours !

 

Patrick Pilcer

Président de Pilcer & Associés, conseil et expert sur les marchés financiers

 

Président de Pilcer & Associés, conseil et expert sur les marchés financiers
Patrick Pilcer, Président de Pilcer & Associés, conseil et expert sur les marchés financiers

Peut-on tout dire ? La chronique de Patrick Pilcer

Revenons sur cette triste invective que celle lancée par le député du Médoc Grégoire de Fournas : « qu’il retourne en Afrique !». Entre la prise en main de Twitter par Elon Musk et cet…