La chronique de Patrick Pilcer
19H10 - mardi 14 juin 2022

NUPES, le parti pris de l’infox. La chronique de Patrick Pilcer

 

Patrick Pilcer

Le premier tour des élections législatives a livré ses résultats, très proches, pour une fois, de ce que donnaient les instituts de sondage, malgré le brouillard qui entourait ce scrutin. Pas de surprise, la majorité présidentielle bénéficie à plein de la thématique « vote utile ». La gauche bénéficie de son alliance dès le premier tour. La Droite et le Centre Droit retrouve les niveaux de janvier 2022, avant l’invasion de l’Ukraine.

Quelques surprises néanmoins, comme l’effondrement du parti d’Eric Zemmour, incapable d’exister au-delà des outrances de son guide spirituel. Le mauvais score du RN est aussi une surprise. Le RN n’a pas du tout profité de l’effondrement de Reconquête. Surprise aussi par le mauvais score de NUPES. Si on somme le score de LFI, du PS, des Verts et du PC au premier tour des présidentielles, on s’attendait à un score autour de 30%. Et bien non, NUPES recule !

D’ailleurs, si on repasse le discours de Mélenchon, dimanche soir, après les résultats, en coupant le son et en ne s’intéressant qu’aux images, on s’aperçoit que le Leader Maximo a la mine défaite, celle des mauvais soirs, car en effet, c’est un échec patent.

Si on fait l’inverse par contre, si on écoute sans voir son visage, on a l’impression que ses candidats ont remporté l’élection. Il prétend être en tête et avoir écrasé le parti présidentiel. Il poursuit en évoquant un projet caché de l’exécutif pour raboter 80 milliards de dépenses publiques, rien de moins.

Tout est faux. NUPES arrive en seconde position, en net repli par rapport aux élections présidentielles, malgré l’effet cosmétique de l’alliance de fortune entre les partis de gauche, sans aucune réserve de voix, si ce n’est celles de l’extrême droite… Et au lendemain de l’élection, PS, Verts et PC reprendront leur indépendance. Leurs militants analyseront ensuite s’il était utile de vendre leur droit d’ainesse contre un plat de lentille et de laisser dire que la Police tue…

Surtout la fausse information sur le projet des 80 milliards laisse pantois. Mais finalement est-ce étonnant qu’un mouvement d’extrême gauche utilise rumeurs et fausses informations, pour ne pas dire désinformations, comme le faisaient les mouvements d’extrême droite. Bonnet blanc et blanc bonnet que ces extrêmes ! Les mauvaises langues diront que NUPES sonne comme une maladie de peau, certainement comme celle qu’on attrapait, selon la Bible et le Lévitique en particulier, quand on répandait rumeurs et mensonges.

L’ancien Ministre Jean Michel Blanquer, dont le bilan très républicain à la tête du ministère de l’éducation est à souligner, avait fait les frais de ce type de comportement. Il devrait déposer un recours sur ce scrutin. Espérons qu’il obtienne gain de cause.

La venue de Jeremy Corbyn, ancien leader des travaillistes anglais, viré manu militari pour avoir laissé le poison de l’antisémitisme se répandre au sein de son parti sans rien faire, nous avait tous alertés déjà. Ce triste sire était venu soutenir Obono et Simonnet à Paris avant le premier tour. Etait-ce pour tenter de séduire un électorat enclin à l’antisémitisme ?

NUPES n’hésite donc plus à utiliser rumeurs et fausses informations, quelques pas de plus, encore, en dehors du champ républicain. Cela facilite la tâche des électeurs pour le second tour, ceux qui ont voté comme ceux, trop nombreux, qui se sont abstenus.

Le choix des partisans des valeurs républicaines, de la Liberté, de l’Egalité, de la Fraternité, de Laïcité est clair. Pas une voix pour NUPES ou pour le RN. Dans les circonscriptions comme celle de PARIS 17ème, la 3ème circonscription, où Stanislas Guerini affronte une candidate NUPES, il faut espérer que les voix des Républicains se portent sur Guerini, en masse. Comme en espérant aussi l’élection de Clément Beaune, également à Paris.

Par contre, là où le duel est En Marche face à LR, droite et centre droit, il serait logique que les électeurs, surtout ceux qui n’ont pas souhaité voter lors du premier tour, ceux qui ne veulent pas donner un blanc-seing à Macron, ceux qui sont attachés à une économie libérale équilibrée avec une justice sociale, ceux qui veulent que l’Etat s’occupe du régalien et laisse les entreprises respirer, ceux qui veulent un meilleur équilibre des comptes publics, une reprise en main des hôpitaux, de l’Education Nationale, ceux qui sont attachés à la Laïcité et ont été déçus par le choix du ministre de l’Education comme par le choix de la ministre de la culture, il serait logique, souhaitable qu’ils votent LR lorsque le candidat LR a clairement signifié, bien sûr, son rejet de toute alliance avec l’extrême droite.

Au final, face à l’opposition virulente de la Nupes, les élus Ensemble et LR se retrouveront certainement à l’Assemblée Nationale pour adopter des projets de loi nécessaires à la réforme du pays… Loin des infox de la bande à Mélenchon.

 

Patrick Pilcer

Président de Pilcer & Associés, conseil et expert sur les marchés financiers

 

Président de Pilcer & Associés, conseil et expert sur les marchés financiers
Patrick Pilcer, Président de Pilcer & Associés, conseil et expert sur les marchés financiers

Peut-on tout dire ? La chronique de Patrick Pilcer

Revenons sur cette triste invective que celle lancée par le député du Médoc Grégoire de Fournas : « qu’il retourne en Afrique !». Entre la prise en main de Twitter par Elon Musk et cet…