Edito
07H39 - jeudi 19 mai 2022

Le burkini est-il contraire à la laïcité ? L’édito de Michel Taube

 

Il est curieux d’entendre les politiques évoquer sans cesse la loi de 1905 pour se soumettre, voire pour collaborer à l’avancée de l’islam politique (en réalité l’islamisme archaïque, obscurantiste, raciste, antisémite, misogyne et homophobe), comme on le voit aujourd’hui avec la nouvelle provocation du maire pseudo écolo et vrai islamogauchiste Éric Piole, autorisant le burkini dans les piscines municipales de Grenoble. On pourrait en dire autant du refus du footballeur sénégalais du PSG Idrissa Gueye de porter un maillot contre l’homophobie.

Pour le maire de Grenoble et son désormais leader unificateur Maximo Mélenchon, le burkini est un non-problème, seul importe le pouvoir d’achat (les riches paieront). Et de toute manière, la loi de 1905 n’interdit pas le burkini, ce en quoi ces traitres aux valeurs de la République ont techniquement raison.

Ces fins juristes oublient que la Constitution est aussi un texte juridique, et même le plus important d’entre eux, tout comme ils ne semblent pas conscients que l’Alsace et la Moselle, où la loi de 1905 de séparation de l’Église de l’État ne s’applique pas, appartiennent à la même République laïque et indivisible que « la France de l’Intérieur » (comme on dit parfois aux confins de l’Allemagne). Mais il est vrai que Mélenchon veut abolir le Concordat.

Parfaitement hypocrites, d’autres fins juristes, ceux des tribunaux administratifs et du Conseil d’État, considéreront que le Burkini, à la piscine de Grenoble comme sur les plages, n’a aucun rapport avec la laïcité et que seul un motif de trouble grave à l’ordre public (il viendra peut-être, comme ce fut le cas sur une plage corse il y a deux ans) saurait motiver son interdiction.

Il découle notamment de la loi de 1905 que seuls les fonctionnaires, éventuellement les salariés des services publics, doivent être politiquement et religieusement neutres. Mais la Constitution va bien au-delà de la loi de 1905, puisqu’en son premier article, elle dit que la France, et non seulement son État, est une République laïque. La loi de 1905 n’en détermine que certaines modalités d’application. Elle est à la Constitution ce qu’un décret parmi d’autres est à une loi ordinaire.

Imposer la neutralité à la piscine, mais aussi dans les compétitions sportives, chez les accompagnatrices scolaires, à l’université (comme l’avait fait la Turquie d’avant Erdogan avec l’accord de la Cour européenne des droits de l’homme) ou dans les entreprises qui le souhaitent serait parfaitement conforme à la Constitution et aux textes européens, ces derniers permettant même de viser l’islam, et lui seul, dès lors qu’il instrumentalise des attributs prétendument religieux à des fins politiques, identitaires ou prosélytes.

Ainsi, les juges auraient juridiquement le droit d’enlever leur burkini aux islamistes grenobloises, mais ils ne le feront pas. La Constitution n’est à leurs yeux qu’un cadre qui s’impose au législateur, et il faudrait par conséquent qu’une loi ordinaire prévoie expressément cette neutralité, sans qu’il soit nécessaire de modifier ladite Constitution (sauf si on veut viser précisément une religion et ses étendards). Il est peu probable qu’Emmanuel Macron s’aventure sur ce terrain.

Enfin, n’oublions pas que la laïcité est plus qu’un concept juridique. Elle relève de la philosophie politique, du mode d’organisation de la société et du vivre ensemble. Elle est non pas ennemie des religions, mais aboutissement et conceptualisation de la sécularisation. Elle est un bouclier contre toute religion qui se voudrait conquérante, arrogante et provocante. Il est urgent qu’elle joue ce rôle, car à force de laisser les islamistes tisser leur toile, notamment dans les banlieues, avec la collaboration de plus en plus active des islamogauchistes et autres wokes, indigénistes et pseudo écolos, le séparatisme est devenu un fossé qui risque de conduire à la confrontation : environ les trois-quarts des Français sont hostiles au burkini, sauf chez les musulmans, qui lui sont favorables dans les mêmes proportions.

Confrontation ou soumission ? La majorité des lycéens sont déjà hostiles à la laïcité à l’école, au bénéfice d’une libre expression de la religion, de l’islam en réalité, car les autres confessions n’ont que fort peu de revendications.

Le burkini, un danger pour la République ? Mais non, car seul compte le pouvoir d’achat, n’est-ce pas. Elisabeth Borne, que l’on n’a guère entendu sur les enjeux de laïcité tout au long de son parcours de grande commise de l’Etat, en a-t-elle parlé au moment du café lors de son déjeuner avec le président de la République ?

 

Michel Taube

Directeur de la publication

Les calomnieuses. L’édito de Michel Taube

Sophie Tissier, cette calomnieuse qui attaque Eric Coquerel, va peut-être nous ouvrir les yeux sur les dérives scandaleuses qui déstabilisent la société française. La lutte contre les violences faites aux femmes (mais…
Michel Taube

Les opinions week-end de Michel Taube

Bonne nouvelle : nous aurons moins de lois ! Cette Assemblée impossible à gouverner sortie des urnes législatives aura du bon finalement ! Obligés de négocier, de chercher des majorités ponctuelles, les députés voteront moins de lois !…
Michel Taube