France
16H54 - vendredi 5 novembre 2021

La dictature médicale par Emmanuel Jaffelin

 

TRATAMIENTO ANTIENVEJECIMIENTO

Dieu soit loué, tous les toubibs[1] ne se soumettent pas à cette nouvelle idéologie qui fait primer la Santé sur la liberté. Néanmoins, le XXIe siècle est caractéristique de ce nouveau pouvoir qui s’impose au pouvoir politique, qui s’y infiltre et qui finira par le remplacer.

De la même manière qu’il existe des pays théocratiques, pays dans lesquels Dieu (théos) et son clergé, dominent le pays et organisent la vie sociale, l’Occident, au Nom de la Santé (Nouveau Dieu des athées) fait monter en puissance le blabla des médecins qui font de leurs ordonnances[2] des ordres. Une nouvelle dictature, qui ne dit pas son nom (Toubibcratie ou PathoCratie ?)  quis’installe et oblige le peuple à se plier à ses ordres (ou ordonnances).

C’est ainsi qu’hier, allant rendre visite à ma mère dans un hôpital où elle venait de se faire opérer, l’accueil exigea, pour que ma visite soit autorisée, non seulement que je présente la preuve de mon vaccin, mais, en outre, que je montre ou que j’aille faire un Test Antigénique ou un PCR ! Ma moutonnerie m’ayant conduit à faire le vaccin, je devenais chèvre ! Mais je fis l’effort de trouver une pharmacie (à 2kms de l’hôpital) pour faire faire le « Test Antigénique » pour lequel la personne s’asseoit afin que le test soit réalisé via un prélèvement nasopharyngé. Quinze minutes plus tard, j’obtins un résultat négatif (concernant le virus, mais « positif » puisque j’avais la deuxième clé pour entrer dans l’hôpital et accéder à ma mère). Visiblement, le vaccin n’empêche pas de porter le virus sans en subir apparemment les effets. Le Test antigénique est gratuit en pharmacie si vous avez la preuve de votre vaccination, sinon il est payant : business is business. La pharmacie n’est qu’une épicerie de la santé, le plaisir en moins et le vecteur de la dictature » médicale en plus.

Il existe également, en plus du test antigénique, un autre procédé de contrôle de votre propreté socio-clinique : un PCR[3], test virologique qui se fait également par voie nasale avec des tampons nasaux. C’est naze ! Test dont les résultats sont obtenus 24h plus tard environ. Mais ils ont le mérite d’être plus fiables que le test.

Si je résume cette situation : nous vivons dans une société de l’extrême précaution, une société qui a peur de tout et ne veut prendre aucun risque au milieu et au prétexte d’un virus qui fait bien moins de morts que la grippe dite « espagnole » de 1918, 1919 qui a tué 50 millions de personnes contre environ 10 fois moins actuellement pour le corona virus. Paradoxalement, la santé s’impose au sein d’une société moribonde qui ne se reproduit plus (les femmes faisant peu d’enfants et, lorsqu’elles en font, c’est à un âge avancé). Bien sûr la plupart des médecins ne voient pas ce paradoxe (ne pensant guère plus que du temps de Molière) et font de la Santé le nouveau moteur politique de notre société.

La réalité est que le progrès technique fait donc régresser la liberté ; et le corps médical est le vecteur de ce nouveau totalitarisme.

 

Crédit Roberto battistini

Emmanuel JAFFELIN

Philosophe, auteur de l’Eloge de la Gentillesse (Pocket 2015, Apologie de la Punition (Plon 2016), Célébrations du Bonheur (Michel Lafon, 2021)

[1] – A commencer par Didier Raoult, à Marseille.

[2] – Je propose que le terme d’ordonnance médicale soit abandonnée et remplacée par le terme dez prescription médicale

[3] – PCR OU RT-PCR SARS-COV-2 :Reverse Transcriptase-Polymerase Chain Reaction, technique de laboratoire permettant de mettre en évidence le matériel génétique du virus dans un échantillon. Il est le test de référence pour le diagnostic de la phase aiguë du Covid-19. Le test PCR recherche l’ARN du virus alors que le test antigénique recherche ses protéines. Le premier, fait uniquement en laboratoire,  est efficace à 95%  alors que le second, pouvant être fait en pharmacie, l’est à 70-80%.

Cannes 2021 : un palmarès titanesque

La Française Julia Ducournau décroche la Palme d’Or au festival de Cannes. Spike Lee a décerné le prix à un film décalé qui est loin d'avoir fait l’unanimité
Deborah Rudetzki