Afriques demain
10H26 - lundi 30 août 2021

Ferveur républicaine à l’Ambassade du Gabon à Paris pour la Fête nationale

 

Pour la première fois depuis sa nomination à l’Ambassade du Gabon à Paris, l’Ambassadrice Liliane Massala s’est exprimée devant un parterre tout à fait diplomatique, Gabonais, Français et même Européen, truffé d’opérateurs économiques, chercheurs et amis du Gabon avec une détermination reconnue de tous et qui mérite d’être soulignée pour «  célébrer ensemble ce 61ème anniversaire de l’accession du Gabon à la souveraineté internationale.

 Après l’exécution des hymnes national et français, interprétés par le chanteur Gabonais Isaac John, “La Concorde” et “la Marseillaise”, la parole de Son Excellence Mme l’Ambassadrice fut suivie attentivement par l’assistance.

Heureuse, comblée dans sa nouvelle fonction, Mme L’Ambassadrice a fait passer cette ferveur notoire sur les ambitions du Gabon, pour son développement, la progression du niveau de vie de ses populations, y compris celle de la Diaspora. Sa fierté était palpable.

Malgré cette crise sanitaire, dont le Gabon s’extrait avec une certaine quiétude, ces retrouvailles étaient les bienvenues, là encore avec cette diaspora établie sur le territoire Français. Mais l’ambition exposée a dévoilé cette nécessité pour le pays d’un ancrage international, accentuant cette volonté de fraternité. Ces relations de partenariat sont étendues à l’ensemble de l’Europe et au-delà… Elle rendit un vibrant hommage “au Président Fondateur Léon MBA, père de l’Indépendance” et bien sûr au “Président Omar Bongo Ondimba, père de notre Nation”.

Ce flambeau de liberté, de la paix et de l’unité nationale que porte aujourd’hui le Président de la République, Chef de l’Etat, SE Ali Bongo Ondimba permet ces partenariats divers et équilibrés, laissant ainsi une marge de manœuvre à la souveraineté Nationale du Gabon..

Habilement, en cours de discours, après cette envolée, Madame l’Ambassadrice fit ressortir qu’elle veillerait, c’est son rôle, à particulièrement s’attacher à consolider les liens avec la France et avec ses entreprises qui ont encore tant à faire au Gabon et dans l’intérêt réciproque des deux nations “par leurs relations séculaires et multiformes”.. Pour cela, elle incita avec brio à ce que ses compatriotes Gabonais soient solidaires, tolérants et privilégient l’ouverture d’esprit. Madame l’Ambassadrice confirma alors, au-delà de la Francophonie, cette amitié entre la France et le Gabon, leur octroyant cette «  communauté de destin”.

Pour étayer cette volonté, et après avoir fait ressortir les performances économiques de croissance, suite aux différentes mesures prises par la Présidence (notamment sur le bois), on fit ressortir ensuite la richesse culturelle de l’Art Gabonais et les invités purent alors visiter une exposition magnifique dans les locaux de l’Ambassade (masques, photos, projections, produits gastronomiques).

Et en léger décalage horaire, en fin de cette riche matinée, eurent lieu 2 Conférences débats sur le thème de «  l’Economie verte », permettant d’entendre des chercheurs Gabonais, parmi lesquels on citera Dr Arsene Bikorobi Athomo, et Dr Henri Meyo Degboevi, ou autres experts, issus de la Diaspora qui ont développé de manière très construite les situations et perspectives dans l’économie du bois et les écosystèmes forestiers, la biodiversité Gabonaise et aussi « l’engagement inconditionnel », évoqué par Mme l’Ambassadrice à lutter contre le changement climatique et à promouvoir le Développement durable. Passionnant !

Enfin, pour finir la journée, les fidèles eurent droit à une soirée-spectacle avec le talentueux humoriste Souleymane et bien sûr les groupes de danse et chant traditionnels, en terminant par le buffet royal du Pays.

Vraiment un grand moment à Paris autour du Gabon !

 

Alain Dupouy

Chroniqueur Opinion Internationale

 

 

Senghor, l’homme complet

Benjamin Boutin, le président de Francophonie sans frontières (FSF), livre son admiration pour le poète-président et annonce l'Année Senghor qui marquera les vingt ans de sa disparition.

Le Mali n’a pas besoin d’un nouveau coup d’Etat.

Tribune de Moussa Mara Je suis extrêmement inquiet et attristé face aux arrestations du Président de la transition, Bah N’Daw, du Premier ministre Moctar Ouane et de certains de leurs collaborateurs. Intervenues…