La chronique de Patrick Pilcer
12H28 - samedi 7 novembre 2020

Elections américaines : quelle leçon en tirer en France ? La chronique de Patrick Pilcer

 

Nul ne sait encore le nom du prochain président des Etats Unis d’Amérique même si Biden semble l’emporter sur le fil. Ce pays nous semble profondément divisé entre le clan Trump qui ne se démarque des « Proud Boys » que du bout des lèvres et l’aile gauchiste emmenée par Alexandra Ocasio Cortez, Jamaal Bowman, Ilham Omar, Rachida Tlaib et Bernie Sanders, qui exige déjà de Biden sa part du gâteau, comme si le dernier pourcent de votants comptait plus que les 50 premiers %.

Est-ce véritablement la leçon de ce scrutin ? Que nous disent les urnes ? Pas de vague démocrate, faible majorité démocrate à la Chambre des Représentants, majorité républicaine au Sénat, victoire avec une très faible marge pour le prochain président, a priori Biden, au moment où j’écris ces lignes.

Est-ce vraiment la photographie d’un pays divisé ou au contraire le portrait d’un pays qui souhaite être gouverné au centre, sans dogme politique fort, par des lois basées sur le compromis et la recherche de consensus ? Le problème n’est à mon sens non pas dans une profonde division des électeurs mais dans le constat qu’ils ne se reconnaissent pas dans les candidats qu’on leur propose.

Biden leur paraît sans véritable marqueur politique, trop usé, trop fragile face à son aile gauchiste très activiste, et Trump semble trop clivant, trop imprévisible, profitant des activistes d’extrême-droite quand il le peut, et abusant des messages Twitter laissant croire qu’il ne maitrise qu’un vocabulaire populaire basé sur 100 mots. Ajoutons à ce tableau qu’une grande partie des candidats à la Chambre des Représentants, comme Jamaal Bowman, ont été choisis en juillet lors de primaires où la crainte de la pandémie a empêché les débats et où peu de démocrates ont voté.

Finalement le résultat des urnes, avec une faible victoire, a priori pour Biden, et un sénat républicain, est peut-être la meilleure chose qui pouvait arriver pour réconcilier le peuple américain. Le 46ème président américain devra gouverner au centre et rechercher le compromis.

C’est là certainement aussi une leçon pour nos élections de 2022. Ne laissons pas cette élection préemptée par une opposition Le Pen / Mélenchon qui laisserait croire que notre pays est fracturé. Travaillons à une offre politique au Centre avec des responsables politiques forts dans le domaine régalien, sécurité, justice, défense, enseignement, santé, avec des responsables politiques animés et armés de nos valeurs républicaines, Liberté Egalité Fraternité, Laïcité, des responsables qui prennent en compte non seulement l’avis des salons parisiens mais aussi la vie des Territoires, des responsables politiques qui ne cherchent pas à diviser mais au contraire à réunir ce qui est épars.

En somme, une union regroupant l’aile libérale du PS, LREM, le Mouvement Radical et les Républicains.

Mais pourquoi devrait-on attendre 2022 ? La crise actuelle, sanitaire, sécuritaire, économique exige cette union, dès aujourd’hui.

 

Patrick Pilcer

Conseil et Expert sur les Marchés Financiers

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

Tout cela pour ça ? La chronique de Patrick Pilcer

Toute cette semaine, les Français et particulièrement les Franciliens étaient focalisés sur les annonces à venir du gouvernement pour freiner la pandémie et la n-ième vague. « Ça va taper dur », tonnait…