Edito
08H05 - vendredi 11 septembre 2020

Grégory Doucet, Maire de Lyon, contre le Tour de France : quand les maniaques du vélo veulent tuer la fête de la petite reine. L’édito de Michel Taube

 

Les Lyonnais apprécieront…

Les habitants de la capitale des Gaules, mais la question se pose pour Strasbourg, Marseille, Bordeaux et quelques autres villes, qui se sont choisis un maire Europe – Ecologie – Les Verts ont-ils vraiment eu conscience du dogmatisme de leurs nouveaux élus ? 

Au-delà de leur clientélisme islamo-gauchiste, dont le maire de Grenoble, Éric Piolle, donne une détestable illustration (vive le burkini !), voilà que le nouveau maire de Lyon, Grégory Doucet, s’illustre en s’en prenant au Tour de France, « misogyne et polluant » selon lui.

Ces verts, qui pensent qu’ils vont arrêter le réchauffement climatique en obligeant les citadins à troquer leur voiture pour le vélo, en oubliant au passage les transports en commun comme c’est le cas de l’équipe d’Anne Hidalgo à Paris, ne réalisent-ils pas que le Tour de France est le plus grand ambassadeur et promoteur du la « petite reine », en France et dans le monde ? Sont-ils tellement prisonniers de leur dogmatisme qu’ils en perdent le sens des réalités ?

Est-ce parce que le Tour de France met en œuvre des moyens techniques, tels que des hélicoptères, des drones, des voitures, des motos, qu’il contribue significativement à la pollution atmosphérique et au réchauffement climatique ? Faut-il, sous ce prétexte, priver les Français de la plus grande et plus populaire épreuve sportive gratuite du monde, dont les images diffusées partout sur la planète sont autant de cartes postales de la France et d’incitations à la visiter (en vélo et en pédalo, sans doute) ? Grégory Doucet sait-il que la caravane du tour est composée majoritairement de voitures hybrides et que le ramassage des déchets le long du parcours y est organisé ? Veut-il imposer une écologie inutilement punitive, car sans aucun effet sur l’environnement ?

Quant à l’accusation de misogynie, elle est encore plus absurde et digne des positions les plus radicales des pseudos féministes qui voudraient supprimer les genres. D’abord, les femmes sont aussi nombreuses que les hommes à acclamer les champions au bord des routes. Ensuite, le cyclisme féminin existe. Le triste sire a-t-il oublié Jeannie Longo, championne olympique et 13 fois championne du monde ? Ignore-t-il que le Tour de France féminin sera organisé en 2022 ?

Au point où on en est, autant que les hommes se révoltent contre le sexisme de la natation synchronisée et de la gymnastique rythmique : pourquoi les hommes en sont-ils exclus !?

Finalement, il faut remercier Grégory Doucet, Éric Piolle et les autres ayatollahs de l’écologie punitive, et plus que jamais “pastèque”, car vert au dehors et surtout rouge au dedans comme nous en alertions l’opinion publique dès la fin juin 2020.

Qu’ils dévoilent leur vrai visage, leurs vraies intentions avant la prochaine présidentielle. Ils s’apprêtent à tenter d’écarter Yannick Jadot des prétendants à la candidature, lui qui avait incarné aux dernières élections européennes une écologie moderne, compatible avec l’économie réelle, laïque et solidaire.

Puisse la ridicule et grotesque saillie anti Tour de France du maire vert-rouge de Lyon contribuer à marginaliser cette écologie dévoyée et nuisible.

 

Michel Taube

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

 

Directeur de la publication

VGE, un d’Estaing. L’édito de Michel Taube

Il n’était pas le plus aimé des Français avec ses allures d’aristocrate. Mais il ne fut pas, et de loin, le moins réformateur des présidents de la République. Valéry Giscard d’Estaing fut…
Michel Taube

Maradona, le foot et bien au-delà. L’édito de Michel Taube

« Vers l’infini et au-delà ». Tel est le titre du dernier mouvement de l’extraordinaire ballet cinématographique de Stantley Kubrick dans « 2001 : l’Odyssée de l’espace ». « Le football et au-delà ». Tel fut aussi la…
Michel Taube

La couleur de la cause des femmes est finalement l’orange

Les habitués d’Opinion Internationale auront constaté que samedi dernier nous avons troqué notre cravate orange contre une cravate violette (couleur associée à #MeToo et #BalanceTonPorc). La guerre des couleurs en somme en…
Michel Taube