Edito
09H10 - dimanche 23 août 2020

« Allez Bayern ! » L’édito de Michel Taube

 

PSG-Bayern de Munich en finale de la Ligue des champions (de football). Une affiche de rêve pour les tout footeux et une occasion pour Paris de venger, enfin, le malheureux et valeureux club de l’A.S. Saint-Étienne, défait par les Bavarois en 1976, peut-être à cause des poteaux carrés qui avaient renvoyé le ballon à l’extérieur des cages allemandes. On pourrait même y ajouter Séville 1982 et le France-Allemagne d’une demi-finale perdue, que deux Coupes du monde ultérieurement gagnées par les Bleus n’ont pas permis de totalement digérer, la France n’ayant pas croisé la route de la Mannschaft sur ces deux chemins vers les étoiles.

Certes, il y a autant de joueurs français titulaires au Bayern qu’au PSG*. Certes la France des régions peine à se reconnaître dans son orgueilleuse capitale. Certes, le club parisien est en réalité le jouet d’un émir et la propriété de l’État qatari dont les valeurs ne sont pas exactement celles de la République… Certes, certes, certes.

Mais Paris, c’est la France, et à part peut-être quelques supporters enragés de l’OM qui oublient que toute la France, Paris compris, était derrière les Marseillais lors de leurs joutes européennes, la France sera derrière le PSG, ce dimanche soir, dans un stade certes tristement coronavidé de ses spectateurs. Au PSG brille Kylian Mbappé, LA grande star du football français, héros de la dernière coupe du monde, joyau d’une équipe nationale qui conquit le titre suprême sans jouer la moindre prolongation et en en mettant quatre à l’adversaire en finale contre la Croatie en 2018. Le Bayern en tremble déjà.

Oser proclamer « allez Bayern » est donc une provocation, ou plutôt une boutade, à prendre au 11ème ou 90ème degré. Mais on a vu comment les supporters du PSG ont fêté la victoire de leur club en demi-finale, au mépris de toutes les précautions sanitaires imposées par le Covid-19. On a vu les pseudos supporters venus des « quartiers » les rejoindre sur les Champs-Élysées pour casser et piller. Des policiers se sont faits agresser une fois de plus.

Face à l’impuissance craintive des pouvoirs publics, préfecture de Police comme mairie de Paris incluses (Anne Hidalgo est restée étrangement silencieuse ces derniers jours), face à une effusion annoncée de joie et de violence en cas de victoire du PSG dimanche soir, rien ne pourra empêcher ces débordements inadmissibles… sinon peut-être une victoire du Bayern Munich !

Quand un État n’est pas même en situation d’empêcher le déchainement de la violence, principalement parce que les individus concernés ont parfaitement conscience de bénéficier d’une impunité judiciaire effective (peu de poursuites, encore moins de condamnations, et des peines non exécutées), il ne faut pas s’attendre à ce qu’il sache imposer le port du masque à une horde de supporters exaltés. Il faut dire qu’en dépit du bon sens, de nombreuses études réalisées dans le monde et des leçons que nous donnent depuis longtemps les pays asiatiques, certains scientifiques continuent à prétendre sur un ton péremptoire et sans exprimer le moindre doute ni la moindre nuance, que le port du masque est inutile à l’extérieur.

Gagner la Ligue des champions provoque toujours et partout des scènes de liesse populaire, et non des moindres. En temps normal, ce sont des centaines de milliers de supporters qui célèbrent la victoire. Sauf que nous ne sommes pas en temps normal, et que dans la logique sanitaire qui prévaut à juste titre, il faudrait appliquer le huis clos des matchs à la célébration de la victoire, qu’elle soit parisienne ou munichoise. La fête devant la télé ! Si les Allemands, que l’on dit si disciplinés, emportaient le trophée si convoité, n’y aura-il pas de liesse à Munich ? Le supporter du PSG ne veulent surtout pas le savoir.

En Allemagne, en Angleterre, en Espagne et en Italie, pays où le football est autrement plus populaire qu’en France, on célèbre les victoires, mais on ne connaît pas de telles dérives urbaines qui ne peuvent que les ternir !

Le préfet de Police de Paris, le ministre de la Santé, et tous les responsables de la sécurité et de la santé, les policiers, les médecins, doivent être tiraillés entre deux désirs, s’ils sont supporters du PSG. La victoire sportive se soldera-t-elle par une défaite sanitaire et une déroute sécuritaire ? Cela parait inévitable. Et pourtant, il est difficile, voire impossible, de dire « Allez Bayern ! ». Soyons donc optimistes (ou utopistes, démagos… ?) : « Allez Paris, dans le respect des gestes barrière, #JamaisSansMonMasque et sans violence ! ».

C’est le message qu’ont délivré les dieux du Stade et le club du PSG, dans un tweet déjà visionné 90.000 fois. Seront-ils entendus par leurs idoles ?

 

Michel Taube

 

*Le Bayern compte 5 Français dans l’effectif complet : Benjamin Pavard, Corentin Tolisso, Kingsley Coman, Lucas Hernandez et Michael Cuisance, sans compter Tanguy Kouassi, qui quitte le PSG pour le Bayern la saison prochaine. Au PSG, 7 joueurs sont français mais deux seulement généralement titulaires.

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

 

 

Directeur de la publication

Nicolas Bedos assassin ? L’édito de Michel Taube

Trop de « fils de… » accèderaient-ils à la célébrité par ce qu’ils sont fils de… ? Jean-Marie Bigard, futur candidat à l’élection présidentielle, parlerait de « fils de p… ». Si…
Michel Taube