Paris Monde
15H02 - dimanche 21 juin 2020

#HouseOfMunicipales2020 #HouseOfParis, #Episode 2 : Mesdames et Messieurs, veuillez prendre place, le spectacle va commencer !

 

Revivez l’épisode 1 de #HouseOfMunicipales2020

A défaut de pouvoir sortir à un spectacle, une petite équipe locale distraya, bien malgré elle, le petit microcosme parisien, lui faisant oublier les gestes barrières du COVID-19, les plaintes devant les tribunaux, le chômage partiel et les faillites d’entrepreneurs en perspective…

 

Synopsis

Au printemps 2020, une contrée française était confrontée à un double phénomène : affronter une crise sanitaire et vivre une campagne électorale devant donner lieu à l’installation des nouvelles équipes locales (maires et conseillers municipaux) très appréciés de la population.

Mais c’était sans compter sur la nouvelle génération politique fière d’être des amateurs (sans l’assumer – et c’est leur talon d’Achille – malgré la demande de leur Commandant suprême Emmanuel) qui décida de confiner 60 millions d’habitants d’un peuple gaulois (pourtant peu discipliné) pendant 40 jours… plutôt que d’appliquer les recommandations de l’OMS « test, test, test » pour isoler les personnes infectées par le COVID-19 et distribuer des masques.

Mais comme toute expérience, elle fut temporaire. Il fallut donc se résigner à sortir de cette torpeur et reprendre une vie « normale » dont le travail quotidien et la campagne municipale. En effet, si 80% des ouailles du Commandant suprême Emmanuel avaient été efficaces en élisant dès le premier tour de mars 2020 leurs maires, quelques-unes faisaient de la résistance malgré cette période sainte et l’Union sacrée demandée par le Commandeur Suprême.

 

Décor

Totalement dans l’air du temps, cette scène respecte les gestes barrières et se déroule de manière dématérialisée. Le territoire concerné X est divisé en zones que les habitants de cette contrée appellent « arrondissements ».

 

Script : bis repetita, sensations fortes garanties

 

Acte 1 : surprise, surprise, me (re)voilà

Voici ce que le microcosme parisien a pu entendre pendant de longs mois de la part des équipes de cette nouvelle génération politique : « Nous sommes différents. Nous voulons le progrès de l’humanité et l’amour fraternel. Nous sommes animés par le seul bien commun. Vous allez voir. Plus de différences. Tous frères et sœurs dans les joies (on avait oublié les peines à ce stade). On vous le dit : on prend tout le monde ! D’ailleurs, nous sommes tellement inclusifs que nous changeons de leader pour la mairie X en cours sans souci ».

On pensait que cette nouvelle génération avait réussi l’exploit de nous faire croire que B… était un petit nouveau, alors qu’il avait derrière lui une longue carrière politique (d’élu local de gauche) ? Non, c’est lui qui a fait le buzz avec un sens du timing parfait pour la Saint-Valentin, où il fut contraint de passer la main … à un médecin. Il fallait bien cela pour panser les troupes déconfites.

Voici très concrètement, la déclinaison du slogan pour le territoire X :

Épisode 1 : #EnsemblePourX #AvecB…

Épisode 2 : #EnsemblePourX #AvecA…

(Épisode 3 : en cours d’écriture)

 

Acte 2 : pouces, smileys, confettis

A l’annonce de la désignation de la tête de liste de l’arrondissement H… En janvier 2020, les colistiers ne tarirent pas d’éloges, à la mode start-up nation c’est-à-dire avec des émo-icônes agrémentées de phrases choisies de la littérature parmi lesquelles « Félicitations ; trop fier d’être sur la liste de …. ; nous adorons notre tête de liste d’arrondissement ; notre mouvement est visionnaire ; il a su choisir la bonne personne, incarnant la droite d’autant qu’elle est issue de l’équipe sortante et en même temps, la fougue de notre « renouveau ». Définitivement, elle est géniale, c’est la meilleure ». Concrètement : #EnsemblePourX #Avec… et dans l’arrondissement tous #AvecH~~

 

Acte 3 : Au soir du premier tour, on a entendu « j’espérais 46%, je n’ai que 23%, no souci … vous allez voir la #Remontada la semaine prochaine ! »

Les petits nouveaux, qui croyaient tout savoir, imaginaient pouvoir répéter le résultat des élections européennes sur un scrutin municipal. Peine perdue pour toutes celles et ceux qui avaient tenté de leur expliquer la logique des scrutins. Eux aussi furent taxés de vieux monde dépassé.

Mais au soir de ce premier tour, voilà ce qu’une petite souris a pu entendre de la part de la fine équipe omnisciente : « On a failli se faire éliminer au premier tour malgré la multiplicité des listes de la droite en face ? Ils n’ont pas compris notre pensée complexe … De toutes façons, c’est la faute au virus, les anciens ne sont pas venus voter pour notre renouveau mais vous allez voir la remontada au second tour ! »

 

Acte 4 : #RestezChezVous pour 40 jours…

Acte 5 : on se revoit après … ou non !

On préféra invoquer le respect d’un confinement strict conduisant à un manque certain d’oxygénation des neurones de cette fine équipe pour expliquer leur démarche, aussi à côté du timing que sans aucune vision… arrivée fin avril en plein confinement.

Car ils en sont certains : « Non de non, notre tête de liste est nulle, c’est de sa faute ! ». D’ailleurs, leur petite équipe est tellement géniale que non seulement elle l’a pensé mais elle l’a même écrit et signé, distrayant au passage tous les journalistes et salons (virtuels) parisiens : « On vous propose nos noms à nous [des héros encore inconnus]. A prendre ou à laisser ! ».

Et dire qu’ils s’y sont quand même mis à une bonne dizaine de colistiers complétés d’une vingtaine de valeureux benêts qui pensaient réussir à imposer une nouvelle liste à leur chef de parti, étant entendu que le chef du gouvernement et certains ministres, poids lourds du gouvernement s’étaient déplacés en personne pour soutenir la tête de liste… 

 

Acte 6 : des Bourbons aux bonbons…

Rappelez-vous, en plein confinement au cours duquel les amateurs affrontent l’absence de masques, de tests, de respirateurs, les hospitalisations, les décès… Puis visualisez la scène : le Commandeur suprême Emmanuel et son adjoint Edouard, dans le silence du Palais déserté sis au 55 rue du Faubourg Saint Honoré à Paris étaient attablés à 3 mètres de distance comme leurs prédécesseurs, les Bourbons, aux prises insurrectionnelles. Emmanuel et Edouard partageaient leur désolation face à ces villageois qui leur « cassait les bonbons » avec leur velléité de rébellion bien mal venue d’autant qu’ils militaient aussi (tant qu’à faire) pour l’annulation pure et simple du premier tour… Emmanuel et Edouard ont dû repenser à cette couverture de Charlie Hebdo …

Après le constat de dépit partagé, ils décidèrent de montrer à ces ouailles égarées le droit chemin par la pénitence et voir s’ils pouvaient espérer la rédemption. 

 

Acte 7 : le 49.3 appliqué à leurs ouailles égarées

C’est ainsi que le Commandeur suprême Emmanuel dû s’exprimer : « Vous pensiez être malins ? Je vais vous montrer ce qu’est une pensée complexe et transverse : on fige le premier tour ! » et l’adjoint Edouard de poursuivre « Plus de débat, ça ne sert à rien, que ce soit au parlement ou au sein du mouvement. C’est ça le nouveau monde ! » avant de conclure ensemble : « Ca vous apprendra, bande d’ingrats ! ».

 

Acte 8 : gloups…

Renvoyés à leur place, c’est-à-dire insignifiante, nous vous laissons imaginer la suite.

Toutefois, pour vous aider, l’auteur suggère différents scénarios possibles de ce que cette petite bande pourrait faire pendant le mois de campagne municipale aux côtés de cette tête de liste de l’arrondissement qu’ils avaient pensé pouvoir dégommer du haut de leur très haute (in)expérience politique de 3 années :  

Option 1 : à l’instar des mauvais côtés de ce vieux monde qu’ils pensaient remplacer, ils pourraient dire « Elle était géniale, elle était nulle et je ne veux plus y aller … mais j’ai tellement besoin d’un poste que j’y vais quand même, en espérant que ces idiots d’électeurs n’auront pas connaissance de ma signature sur ce courrier. »

Option 2 : cette petite bande d’amateurs pourrait aussi tenter la formule « Elle était géniale, elle était nulle … mais j’ai pas le choix car elle est meilleure que moi et déposant sa liste avec mon nom, encore que ».

2.1 « je retourne (encore) ma veste, no souci. Ok on n’a pas su commander des masques / tests / blouses … et on les a cousus nous-mêmes ? Profitons de ces spécialistes des filières d’import depuis la Chine et de la haute couture #MadeInFrance #Circuit Court : on leur demandera de remplacer les masques par des vestes et fermetures éclairs. Je pourrai dire que je participe à la relance de l’économie ! »

2.2 « je me suis fait avoir mais je ne vais surtout pas l’assumer. Je dirais « je ne peux pas, j’ai gestes barrières » (car aqua-poney, là, je pense qu’ils ne me croiront pas)».

Bref, à n’en point douter, faute d’avoir une vision politique et le sens du timing, il faut reconnaître un talent exceptionnel à cette petite équipe locale qui risque d’aggraver les chiffres du chômage en reléguant des scénaristes comme peu créatifs.

Ce qui est certain, c’est qu’avec près d’un mois de campagne jusqu’au 28 juin 2020, s’ils n’arrivent pas à faire campagne autrement, les prochains événements s’annoncent très très amusants…

La suite au prochain épisode…

Céline Boyard

Revivez l’épisode 1 de #HouseOfMunicipales2020

 

Villejuif sous la coupe d’un système mafieux ?

Voilà seulement quelques mois que les urnes municipales, largement tronquées par un taux de participation biaisé par la crise du coronavirus (sauf, comme par hasard, dans les quartiers populaires de quelques communes…