Monde
08H02 - dimanche 12 janvier 2020

#HouseOfMunicipales2020 #Episode1 : Paris, à vos marques, prêts … par Œil de Lynx

 

– On avait l’homme pressé aux trois lettres comme sa prédécesseure en 2014, Pierre-Yves Bournazel : parti en campagne très tôt (quasiment après la victoire présidentielle et son accession à la députation), il annonçait la couleur : sa campagne pour la mairie de Paris en 2020. S’inspirant du mouvement En Marche (à qui il voulait peut-être couper l’herbe sous le pied), il constituait des groupes de travail avec des alliances de droite et de gauche …

Mais aujourd’hui, avec l’entrée de La République en Marche (LaREM) dans le jeu depuis l’été 2019, la véritable question est de savoir ce qu’apporte « PYB », membre du mouvement Agir. En effet, même s’il a pour lui un travail très documenté à son actif, l’expérience de son entourage, sa maturité politique, qu’apporte-t-il aujourd’hui dans l’offre politique telle que constituée ? Il est désormais pris en tenaille entre la droite et les candidats officiels ou apparentés au parti présentiel. De surcroît, le Président du mouvement Agir (membre de la majorité présidentielle) n’est qu’autre que le ministre de la culture, Franck Riester. Or on peut se demander comment le Président de la République pourrait accepter une nouvelle dissidence face à son ou devrai-je dire ses candidats ?

– On avait le funambule Benjamin Griveaux réussissant à rallier de la gauche (à l’Est) aux maires sortants de centre droit (issus de la « droite NKM » de 2014) dans une parfaite maîtrise du « en même temps » macronien. Même si sa bio est silencieuse sur le sujet, on espère que le candidat est très souple car à ce rythme, il risque de finir écartelé, le Monsieur …

– Est arrivé l’élastique Cédric Villani : alors que le funambule Griveaux pensait avoir un boulevard en ayant l’appareil avec lui, le petit génie de la logique mathématiques lui a démontré qu’il y avait un hic en maintenant sa candidature après l’épisode rocambolesque de la CNI (commission nationale d’investiture) de juillet 2019, dans une posture aussi équilibriste que le funambule Griveaux. En effet, sans être dissident puisque l’homme araignée n’a pas démissionné d’En Marche, il marche… à côté ! Et se trouve rejoint depuis la Nouvelle Année par Hugues Renson. Encore un trublion dans la macronie, laquelle nous réserve encore quelques surprises…

Le mathématicien (qui ne réussira peut-être pas l’exploit d’une seconde médaille Fields faute de résoudre l’équation de la politique parisienne à temps) risque d’être accusé d’être à l’origine des maux subis par le funambule Griveaux, qui en équilibre subtil, marche sans trop décoller.

Plus sérieusement, en cette période de bonnes résolutions, il convient surtout d’être lucide : à ce rythme, le scientifique risque non seulement l’exclusion de LaREM mais aussi une poursuite devant la CEDH pour traitement inhumain et dégradant à l’encontre du funambule Griveaux… Et hélas, en ce mois de janvier 2020, il ne trouvera aucun avocat pour le défendre puisqu’eux aussi se sont mis en grève !

Un autre problème entre ces deux rivaux qui se détestent cordialement (et c’est un euphémisme) comme leurs équipes respectives se haïssent autant que ce qui se pratiquait avec les « courants » du feu parti socialiste …. Leurs campagnes menées séparément ne leur permettra pas de fusionner avant le premier tour pour des raisons de comptes de campagne. Ainsi, la véritable question sera de savoir qui du funambule ou du trublion aura encore la souplesse d’un énième étirement qui pourrait être encore un peu plus à gauche (en direction des écologistes) ou vers la droite (en direction de PYB et/ou de candidats dissidents de droite) ?

– le vert David Belliard (EELV) : son parcours en école de commerce (bien qu’il n’ait toutefois jamais exercé dans une entreprise ou le secteur privé) puis comme directeur financier d’une association (Sidaction) et son passé politique au sein de la majorité rose-rouge-verte actuelle, pourraient l’aider à tirer son épingle – recyclée évidemment- du jeu ; il réussit déjà l’exploit d’apparaître comme un « vert » (petit nouveau) et à placer des parachutés dans des arrondissements clefs en gommant leur passé (miracle de l’écologie « tout se transforme »). Après avoir réussi l’enfumage, assez polluant au passage, réussira-t-il à négocier avec l’élastique Villani qui pourrait alors s’affranchir du mouvement présidentiel et marcher plus sereinement dans cette alliance très à gauche ? Ou restera-t-il dans la majorité rose-rouge-verte actuelle ?

– L’intrépide Rachida Dati qui a décidé de reprendre le flambeau délaissé de la droite parisienne bien mal en point mais qui pourrait vite se transformer comme un nouvel épisode des malheurs de Rachida avec les sales gosses. Dans certains arrondissements, elle doit faire faire au déficit de candidats (souvent issus de la « droite NKM » de 2014). Confrontée à une situation aussi inattendue qu’inédite, cela pourrait permettre finalement à l’intrépide Dati de proposer, bien involontairement, une nouvelle offre politique tant désirée des électeurs. Le très chic arrondissement de l’Ouest parisien pourrait lui donner véritablement du fil à retordre avec pléthores de candidats. Entre l’enfant de l’arrondissement devenue sénatrice, celle qui est devenue maire (sortante) bien que rêvant du Sénat, le député (ex député maire frappé par la loi du non-cumul) qui est tête de liste (à la place du premier adjoint qui a pourtant fait ses classes ces dernières années) mais c’est sans compter sur un coup d’éclat du ténor du barreau qui se verrait bien Maire mais dont l’intrépide Dati ne veut pas, et celui qui top gentil a loupé le coche en 2017 et ne sera a priori jamais maire… Bref, s’ils ne se mettent pas rapidement d’accord, ces cinq mousquetaires pourraient faire élire une coalition éclectique composée d’ex-socialistes, centristes et (ex) LR / Agir sous la nouvelle étiquette présidentielle.

– enfin, il y a la force tranquille dame Anne Hidalgo : grande prêtresse des accords et tactiques politiques, elle pourrait in fine réussir à se faire réélire malgré une gestion financière calamiteuse (heureusement pour elle, son ancien adjoint aux finances est parti rejoindre les troupes présidentielles) et les travaux de voirie qui ont pollué la vie des Parisiens pendant des années qui s’achèveront dans un timing parfait à quelques semaines des élections, et plus exactement avec  l’arrivée des beaux jours où les plus bobos des parisiens profiteront de ces espaces retrouvés, l’oxygénation leur faisant certainement oublier le passé…

Après #HouseOfCards, #HouseofSarthe, #HouseOfBodyGuard, #HouseOfHomards, avec ce #HouseofMunicipales2020, si les politiques continuent sur cette lancée, c’est directement au recyclage qu’ils vont envoyer les scénaristes devenus bien fades… réussissant, en même temps, le tour de force de finalement tenir les engagements de la COP22 !

Bref, cette nouvelle année 2020 s’annonce aussi énigmatique que surprenante…

La suite au prochain épisode 😊

 

Œil de Lynx

Coronafiction. Feuilleton (1)

« La vie est une histoire pleine de bruit et de fureur racontée par un enfant »  Citation apocryphe Hier au soir maman est morte. Papa l’a tuée. Quelqu’un a prévenu la…

La science-fiction au secours de la gestion des crises

Le site gouvernemental intitulé « Risques, prévention des risques majeurs » décrit les différentes étapes d’une gestion de crise. Cela va de sa survenance, en passant par l’activation de la cellule interministérielle de crise,…

Les Corona – Blagues : les Balkany s’y mettent !

Avec le strict respect du confinement et des gestes barrière, un peu d’humour décuple nos forces pour résister au Corona. Chaque jour, Opinion internationale vous propose une bonne blague pour vous aider…