Monde
13H34 - mardi 24 septembre 2019

Tunisian Smart Cities, acteur clé du Sommet Afric’up de Tunis

 

Bourhene présente les smart Cities tunisiennes de demain à Boutheina Ben Yaghlane Ben Slimane, directrice générale de la Caisse des dépôts et consignations de Tunisie.

Quand la Tunisie se rêve en smart cities…

 

Tunis accueille le Sommet Afric’up qui se tient pendant deux jours les 24 et 25 septembre 2019. Cet événement réunit tous les acteurs du digital en Afrique, des investisseurs, des incubateurs, des experts, des chercheurs, des startups, des associations, des institutionnels, des représentants de la diaspora africaine et des professionnels… pour imaginer ensemble les villes de demain. L’urbanisme et lenumérique seront deux vecteurs principaux pour assurer le développement inclusif et favoriser l’innovation, la connectivité, l’attractivité et la durabilité des territoires.

Un pavillon est dédié aux smart cities tunisiennes qu’entraîne le très dynamique Borhène Dhaouadi, un visionnaire des villes tunisiennes de demain. Jeune architecte manager en politiques urbaines et président de l’Association Tunisian Smart Cities(TSC). Il est de cette nouvelle génération de leaders tunisiens qui ont décidé de prendre en main l’avenir de la Tunisie, et en l’espèce des villes tunisiennes.

L’histoire de « Tunisian Smart Cities » commence au moment où Borhène Dhaouadi lance, en 2009, le programme « Bizerte Smart City » porté par l’association Bizerte 2050. En moins de dix ans et grâce à la démarche itinérante de la caravane nationale Tunisian Smart Cities dans les 24 gouvernorats du pays, le projet a réussi à fédérer plus de trente villes tunisiennes et convaincre au niveau national quatre ministères (copération et développement, équipement et aménagement du territoire, technologies et économie numérique, environnement et collectivités locales).

Aujourd’hui, le réseau national des « Tunisian Smart Cities » se développe à grande vitesse et se propose d’être pilote de nombreux projets en Tunisie mais aussi en Afrique. Et cela sera possible grâce à un écosystème de start-ups soudées et collaboratives. D’autant plus que cette initiative déploie les promesses que le « Startup Act », la loi du 2 avril 2018, a proposées aux jeunes qui veulent se lancer dans l’implantation de start-ups.

TSC, c’est du concret. Lors de l’Afric’up, le Projet « Gabès Oasis intelligente » sera officiellement lancé pour éviter, dans l’avenir, des scandales sanitaires comme celui de Gabès où la pollution surtout chimique fait sans cesse des ravages. Des propos confirmés par le maire de Gabès, Habib Dhaouadi, qui veut transformer sa ville en « oasis intelligente basée sur la résolution des problématiques environnementales par la création d’un éco-système numérique vert ». Cette alliance entre TSC et Gabès aidera à internationaliser la gestion de la crise environnementale que vit cette belle région de Tunisie, l’unique oasis marine en Méditerranée.

La Tunisie – pour ne pas dire le monde ! – a besoin de projets aussi fédérateurs et optimistes – tout en étant pragmatiques – que Tunisian Smart Cities et de leaders comme Borhène Dhaouadi.

 

Michel Taube avec Sofia Farhat

Directeur de la publication
Chroniqueuse monde arabe d’Opinion Internationale

Black Yellow Friday ! L’édito de Michel Taube

Il n’y a pas à dire : en business, les Ricains savent faire ! Alors que débutent les achats de Noël (fête initialement religieuse que l’oncle Sam a transformée en foire aux cadeaux apportés…
Michel Taube