Monde
11H10 - mardi 27 août 2019

Vents de censure sur les artistes au Liban

 

Depuis près de deux mois, le Liban connaît une recrudescence de la censure émanant surtout des autorités religieuses et de certains partis politiques. Le pays du Cèdre est pourtant connu pour la diversité de sa scène artistique, l’une des plus riches du monde arabe. De Byblos (Jbeil) à Nabatieh, du nord au sud, des villes chrétiennes aux villes musulmanes, la censure frappe des artistes engagés pour un Liban meilleur et laïc.

Ainsi, le groupe de rock alternatif Mashrou’ Leila s’est vu annuler son concert le 30 juillet 2019, jugé contraire « aux valeurs chrétiennes du Liban ». Une soirée de poésie consacrée au chant des poèmes de Mahmoud Darwich, poète de la résistance, a été interdite le 1er août en raison de la « tableh » (instrument de musique proche du tambour) jugée « haram » par l’islam. Enfin, un show satirique est interdit de se produire en raison de la tenue vestimentaire jugée légère des femmes membres de la troupe… Plus que jamais, la liberté d’expression est en danger au Liban.

 

Mashrou’ Leila, « une atteinte aux valeurs chrétiennes du Liban »

L’archevêché maronite de Jbeil (nom arabe de la ville de Byblos, ville côtière au nord de Beyrouth) a été le premier à frapper. La cible : le groupe de rock alternatif Mashrou’ Leila (littéralement, « le projet d’une nuit ») formé en 2008 par des étudiants de l’Université américaine de Beyrouth (AUB). Le groupe compose des morceaux dénonçant la corruption des élites libanaises, la subordination des femmes aux hommes dans la société libanaise, abordant des questions sociales et les problématiques LGBT, et contre la mainmise de la religion sur la vie quotidienne des Libanais – ou, pour être plus exact, sur la politique du pays. En quelques années seulement, Mashrou’ Leila est devenu l’un des groupes les plus écoutés dans le monde arabe mais aussi à l’échelle internationale.

Le concert de Mashrou’ Leila, qui devait se produire le 9 août au célèbre « Festival de Byblos », a fait face à de virulentes menaces de la part de l’archevêché, lequel dénonça, dans un communiqué « les objectifs du groupe et le contenu de leurs chansons » qui « portent atteinte dans leur majorité aux valeurs religieuses et humaines et s’attaquent aux symboles sacrés du christianisme », tout en « encourageant l’homosexualité ». Car Hamed Sino, le chanteur du groupe, assume ouvertement son homosexualité.

Cette annulation, demandée par l’archevêché, atrouvé des échos au sein de la communauté maronite et des partis chrétiens qui se sont empressés de s’opposer à la tenue du concert, en formulant même des menaces à l’encontre du groupe. Le directeur du centre catholique d’information, organisation religieuse qui collabore avec les autorités en matière de censure artistique et culturelle n’a pas hésité à affirmer : « il n’est pas permis de porter atteinte aux religions sous couvert des libertés » et que le « groupe constituait un danger pour la société ».

 

 

Suite à ces accusations, le comité organisateur s’est trouvé dans l’obligation d’annuler le concert…

Mais cette annulation pose problème. Ce n’est pas la première fois que le groupe se produisait au célèbre Festival de Byblos, mais aucune controverse n’avait éclaté. Faut-il donc croire à un recul de la liberté d’expression au Liban ? C’est sûrement le cas. Et Nagi Baz, directeur artistique du Festival international de Byblos, d’ajouter : « Nous assistons ici, comme en Europe, à la montée du populisme. » Et d’ajouter : « il y a une peur chez les chrétiens d’Orient qui peut se manifester par une forme de radicalisation ».

La « tableh » après Leila… de Byblos à Nabatieh : l’écho de la censure dans la communauté musulmane chiite

On pourrait croire que la censure de Mashrou’ Leila resterait une mesure exceptionnelle pour éviter les critiques à l’égard de la communauté chrétienne maronite qui vit, depuis quelques décennies, une phase de repli identitaire. Mais loin de là : quelques jours seulement après l’annonce de l’annulation du concert, une autre censure a eu lieu, cette fois dans le bastion du Hezbollah, à Nabatieh (Sud-Liban). Désormais, la liberté d’expression est menacée à la fois par l’un et l’autre des groupes confessionnels.

Le 1er août 2019, la direction du restaurant Ahl al-Dar à Nabatieh a empêché une soirée de poésie de se produire. Et pourtant, elle était consacrée au chant des poèmes de Mahmoud Darwish, poète palestinien… Ces poèmes étaient censés être lus accompagnés par le son d’une « tableh » – instrument de musique s’apparentant à un petit tambour. La raison ? Cet instrument est indiqué comme « haram » dans la Charia, loi islamique et en jouer invoquerait « Satan » ou le désir deshommes.

Et, à quelques kilomètres de la ville, même pas une semaine après cette annulation, un show satirique a été annulé à Bint Jbeil (Sud-Liban), dans un restaurant de la localité de Bourj Klawiyé, sous la pression d’un groupe politique. S’il n’est pas nommé, le Hezbollah est connu pour être fortement implanté dans le caza (districts, équivalent des départements en France) de Bint Jbeil. Le restaurant a dû payer 1500 dollars à la troupe de Ktir Salbeh Show, après l’annulation de son spectacle, rapporte la radio Voix du Liban. La raison ? Selon la radio, « certaines personnes dans le caza s’opposaient à ce spectacle, notamment en raison de la tenue vestimentaire jugée légère des femmes membres de la troupe ». 

 

Les Libanais partisans d’un État laïc contre-attaquent

Face à ces vents de censure, les mobilisations citoyennes ont été massives. Le Liban, État confessionnel, connaît de plus en plus de revendications pour l’abolition de ce régime, en faveur d’un autre, laïc et respectueux des droits humains.

Ainsi, dans les quatre coins du Liban mais aussi au niveau de la diaspora, des voix se sont élevées pour soutenir Mashrou’ Leila. « Boycottez si vous voulez, c’est votre droit. Mais laissez au Liban la saveur de la liberté », a tweeté l’ex-député de Jbeil Fares Saïd. De nombreux internautes ont publié sur les réseaux sociaux, Twitter, Instagram et Facebook, des chansons de Mashrou’ Leila, en signe de solidarité avec le groupe, portant le hashtag للوطن# (pour la nation », titre de l’une de ses chansons)ou encore  مع_مشروع_ليلى_ضد_القمع# (« avec Mashrou’ Leila contre la censure »).

Parallèlement à cette mobilisation sur internet, un concert de soutien a été organisé le 8 août 2019, à Hamra, quartier de Beyrouth, où ce sont plusieurs artistes qui ont chanté contre la censure. Ils y ont évoqué « la nécessité de combattre l’intolérance et la haine ». Les participants ont répliqué en dénonçant « le laisser-faire de l’État qui a failli à ses obligations de protéger des menaces et discours haineux les quatre membres du groupe de rock, les organisateurs du Festival international de Byblos et le public », et appelé les autorités à « prendre leurs responsabilités et défendre les libertés d’expression et culturelles ».

Quelques journaux libanais ont eux aussi porté le combat contre la répression de la liberté. Sans doute le plus remarqué est le journal libanais anglophone « The Daily Star », qui a publié un numéro avec des pages blanches, appelant les Libanais à se « réveiller avant qu’il ne soit trop tard » (numéro du 8 août).

« Nous avons observé ces deux dernières années une augmentation des mesures de répression contre la liberté d’expression, constate par ailleurs Sahar Mandour du bureau Amnesty International de Beyrouth. L’ONG a documenté plusieurs cas d’interrogatoires et de détentions illégaux sur la base de publications sur les réseaux sociaux critiquant des fonctionnaires, des magnats économiques et des personnalités religieuses. »

Sur quelle pente va le Liban ? le mot d’ordre de la jeunesse libanaise est pourtant clair : pas de culture sans liberté… Et pas de culture libre sous un système confessionnel gouvernant les libertés citoyennes.

 

 

Sofia Farhat

 

 

 

 

Contre Trump. L’édito de Michel Taube

L’invasion du nord de la Syrie par la Turquie et les sanctions commerciales contre l’Europe donnent au président américain de nouvelles occasions de révéler sa véritable personnalité.
Michel Taube