Et en même temps...
France
16H13 - vendredi 4 janvier 2019

Voulez-vous être ministre ? par Philippe Rosenpick

 

– Bonjour, je suis le secrétaire général de l’Élysée. Je vous appelle de la part du Président Macron.

– ….?

– Le Président, comme vous le savez, a annoncé un remaniement ministériel prochainement et il a pensé à vous pour les fonctions de Ministre de la justice. Le Président connaît votre expérience professionnelle et votre grande compétence et il a apprécié vos récentes prises de position sur la nécessité de réformer le droit des sociétés et de créer une réglementation plus lisible et plus efficace.

– Je n’ai pourtant rien fait d’extraordinaire. Mes prises de position publiques relevaient d’un engagement citoyen.

– Justement, vous être normal, et concerné par l’avenir du pays, ce qui est assez extraordinaire de nos jours. Et vous avez plus de 50 ans, donc de l’expérience. La génération Y sait tout mais ne pense qu’à elle, sans réaliser que l’alphabet d’une nation comprend 26 lettres. L’entourage du Président est un peu trop « neuf ». Il faut remettre de l’épaisseur, du liant avec la ménagère de plus de 50 ans. Nous vous demandons de servir l’Etat et vos concitoyens. C’est un honneur, vous savez.

– Vous savez, je connais par cœur mon travail actuel mais je n’en suis pas lassé. J’y rencontre toutes sortes de personnes : des grands capitaines d’industrie, des banquiers, des entrepreneurs… Certains qui malgré leur fortune tueraient père et mère pour optimiser dix euros, d’autres formidables d’altruisme et de vision. Certains sont des vrais leaders pour la société, d’autres sont d’une pauvreté intellectuelle affligeante malgré leur aura et ne sont rien sans leur job. C’est d’une grande richesse que de voir tous les tempéraments s’exprimer…

– Ministre je ne sais pas. Je ne crois pas que ce soit un job très « riche », au sens propre comme au figuré. D’ailleurs, c’est payé combien ?

– De l’ordre de 10.000 euros brut par moi.

– Ce n’est pas beaucoup pour stopper une carrière en pleine force de l’âge, se consacrer à l’intérêt général et se faire virer comme un mal propre au bout de deux ou trois ans. C’est bien moins que ce que je gagne actuellement.

– Mais c’est quatre fois plus que le salaire moyen des Français. Il faut donner l’exemple. Et vous pourrez vous faire un vrai carnet d’adresse, vous reclasser ensuite dans un grand fonds comme Fillon. Ou reprendre votre métier d’avocat avec plein de nouveaux clients. Quelques années données aux français, à la Nation, ce n’est pas grand-chose. Vous serez acteur de votre pays, de ses changements, du tournant du millénaire, une réforme portera peut-être à jamais votre nom.

– Peut-être, mais mon train de vie est basé sur ma rémunération actuelle, et découle de toute une vie professionnelle et d’un travail acharné. L’école des enfants, le remboursement du crédit de l’appartement, etc. Et j’ai l’impression que l’on est plus acteur à l’extérieur qu’à l’intérieur. Plus facile de peser sur le cours des évènements en étant libre.

– Vous pourriez vendre votre appartement et être logé au ministère ? 300 m2, service compris. D’ailleurs, c’est recommandé. Un ministre propriétaire d’un appartement de 150 m2 ça fait « riche ». Déconnecté du peuple.

Mais j’ai travaillé toute ma vie pour me payer cet appartement !

– Je sais mais il faut vivre petit désormais si on veut diriger le peuple. Tout signe de richesse nous placerait dans la catégorie des « tous pourris ». Tout le monde rêve d’un bel appartement, une belle voiture, une résidence secondaire, etc… Mais pas pour ses dirigeants. C’est suspect et cela alimente le ressentiment. La plupart des gens pensent qu’aujourd’hui ce n’est plus possible avec le seul fruit du travail. A l’heure d’internet, ça ne serait pas compris et cela nourrirait les amalgames, les fantasmes et les tendances suicidaires à voter pour les extrêmes. Et puis, quand on travaille 24/24, on n’a pas le temps de dépenser, votre rémunération sera de l’argent de poche.

– Pourquoi ? On doit travailler 24/24 ?

– Vous logerez au ministère pour être disponible 24/24h. L’actualité n’attend pas, et on n’a pas beaucoup de temps pour faire quelques réformes et avoir un bilan vendeur. A mi-mandat, on envisage déjà les prochaines élections et il faut de nouvelles promesses. C’est vrai que vous devrez être disponible tout le temps mais vous verrez, c’est grisant de représenter l’Etat. Et puis ce sont les fonctionnaires qui font le travail… Vous, vous créez l’impulsion, vous mettez en musique pour les media… Bon, si on fait si peu en cinq ans, c’est notamment parce que les hauts fonctionnaires bloquent lorsqu’ils ne sont pas d’accord avec les élus. Ils sont garants de l’Etat, intouchables. Les ministres passent, eux ils restent, alors… On fait peu mais il faut toujours dire que « jamais un gouvernement n’a fait autant. Vu la situation dans laquelle on a trouvé le pays… »… Enfin vous connaissez la chanson, on fait tous pareil.

– Au fait vous avez quoi comme voiture ?

– Un 4X4 BMW et une vielle Porsche héritée de mon beau-père.

– Il faudra tout vendre. Vous imaginez la presse ? « Le ministre qui roule en Porsche et donne des leçons au peuple. » Faut vendre … et vite.

– Ma femme est attachée à la Porsche de son père.

– Faut vendre, elle comprendra. Ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir un mari ministre. Elle en sera fière. Elle fait quoi comme métier ?

– Elle est cadre dirigeant d’un grand groupe pharmaceutique et membre du Comex.

– Cela ne va pas être possible, il faudra qu’elle démissionne. La presse monterait en épingle la possibilité d’un conflit d’intérêts et chacune de vos décisions sera suspectée d’être partisane. Impossible.

– Vous lui direz, elle appréciera.

– D’ailleurs, je dois aussi vous dire que pendant la durée de vos fonctions, il faudra prendre de la distance avec votre famille, pour ne pas l’exposer. Vous verrez peu votre femme et si votre couple tient le choc face aux ragots de la presse people et à l’éloignement, vous en serez d’autant plus fort quand vous reviendrez à la vie normale. Et vous aurez plein de souvenirs à raconter. Papa ministre, vos enfants seront fiers… même s’ils risquent d’être chahutés dans la cour de récréation. Il faudra les prévenir et qu’ils soient forts. Il faudra aussi leur apprendre à être sobres, pas de vêtements de marque tendance comme tous les ados. Ne pas porter de marque n’est pas une honte, ça peut même être différenciant. Eux aussi doivent donner l’exemple. Et attention à leur smartphone. Tout doit être sous contrôle. Pas de soirée « olé olé » non plus. Qu’on ne retrouve pas dans la presse les photos de vos rejetons déjantés. Ministre, c’est être exposé.

– Vous allez leur voler leur jeunesse en quelque sorte.

– Papa Ministre, Ils feront partie d’une élite. Les « alumni » des fils d’anciens Ministres. Ça les aidera toute leur vie.

– J’en suis sûr !!! Pour leur bien, pas forcément. Je pourrai quand même garder mon appartement et venir y dormir de temps à autres ? Pour deux ou trois ans, je pourrai piocher dans mes économies.

– Comme je vous l’ai dit ce n’est pas certain. Et il faut faire attention, avec la publication du patrimoine des ministres, il ne faut pas avoir trop d’économies. Taubira et son vélo c’était bien. Vous avez une résidence secondaire ?

– Dans le Golfe de Saint Tropez.

– Je vois d’ici les publications annuelles du Point ou de l’Express sur les maisons des riches. Amalgame assuré. Personne ne voudra savoir si vous avez travaillé comme un gueux pour vous la payer. Il y a trop d’écart maintenant entre ceux qui ont et ceux qui n’auront jamais. Pour un Ministre, légitime cela veut dire, comment dire… ascétique. Ce n’est pas une garantie de ne pas se faire brasser par les médias mais il vaut mieux mettre toutes les chances de son côté. Regardez notre Président. Son image de banquier lui colle aux basques quoiqu’il fasse et tout ce qu’il fait est travesti.
En tout cas, si vous restez dans votre appartement, il nous faudra sécuriser les lieux car les ministres font souvent l’objet de menaces de la part de déséquilibrés de toutes sortes, de fachos ou d’aigris. Nous vous affecterons deux gardes du corps qui dormiront chez vous. Pour votre sécurité. Ils ne vous lâcheront pas d’une semelle et il faudra en permanence leur dire où et avec qui vous êtes… pour votre sécurité. Ils ne publieront pas tous un bouquin ensuite, rassurez-vous. De même, si vous décidez d’aller au restaurant, de faire des courses, – ce qui sera assez rare compte tenu de votre peu de temps libre, ils vous accompagneront discrètement pour vous exfiltrer au cas où vous seriez pris à parti. Les ministres sont souvent pris à parti, on ne peut pas plaire à tout le monde.

– Pas top pour l’intimité votre truc.

– Vous serez très intime avec l’État, c’est donné à peu de monde. C’est un honneur que peu connaissent.

– Les manifestations officielles, les déplacements, je pourrai en faire profiter ma femme, mes enfants ?

– Les enfants non. Jurisprudence Valls… Très mauvais. Votre femme pourra de temps à autres vous accompagner. Mais à vos frais. Le temps où les ministres vivaient comme des pachas à coup de notes de frais est révolu. La transparence est partout aujourd’hui et on ne peut pas se permettre une campagne média qui décrirait un ministre faisant payer à l’Etat le déplacement de sa femme.

– Ce serait pourtant une juste et maigre compensation aux sacrifices qu’on lui demande, non ?

– Pas pour l’opinion. Les gens veulent des moines ministres. Ils guettent le moindre passe-droit et veulent un personnel politique « au pain sec et à l’eau ». Vous imaginez Bourdin ou Martichou se déchaînant à l’antenne ? « Alors, Monsieur le Ministre, nous avons appris que votre femme et blabla et blabla… Vous ne trouvez pas scandaleux de demander aux Français de se serrer la ceinture en même temps ? »

– Je pourrai leur répondre que je bosse 24/24, que je ne vois plus ma femme ni mes enfants, que les personnalités officielles des autres pays viennent avec leurs épouses.

Et vous croyez vraiment qu’ils vont vous plaindre ? Le pauvre petit ministre qui travaille de trop et ne voit plus sa femme ? Inaudible, je vous dis.

– Il me restera quand même quelques soirées chez mes amis ?

– Pas beaucoup et sous contrôle. Vous nous donnerez la liste de vos amis et contacts. Nous vous dirons ceux que vous pourrez revoir. Toutes les fréquentations ne sont pas bonnes quand on est Ministre. Vous nous remettrez votre téléphone portable et nous vous remettrons un combiné crypté. Nous effacerons votre carnet d’adresses et vos contacts n’auront pas votre nouveau numéro. On ne sait jamais. Un de vos amis pourrait se prévaloir d’une « révélation » off pour se faire mousser et prendre à revers toute la politique du gouvernement. Et ça vous évitera d’avoir à écouter les multiples conseils des uns et des autres, les critiques amicales. Ils n’ont aucune vision du Mikado qu’est l’Etat. Dès que vous bougez quelque chose, ça entraîne une cascade de conséquences. Et Il y a toujours quelqu’un pour crier au loup.

– Si je comprends bien, l’heure de travail est moins payée qu’une femme de ménage, je risque d’y laisser mon couple, mes enfants vont vivre un enfer, je ne pourrai plus voir mes amis, dès que je vais sortir, je vais être pris à parti, je ne vais pas pouvoir payer mes impôts et assurer le train de vie que je me suis construit. Vous vous attendez à ce que je vous réponde quoi : « on commence demain ? ».

– Non surtout pas… On va d’abord demander à l’administration fiscale de vous contrôler. Vous devez être irréprochable. Depuis l’affaire Cahuzac, vous savez, on doit être très vigilant. Et il n’y aura pas de négociation possible en cas de redressement. Vous devrez aussi participer à un « interrogatoire » avec des agents spécialisés au cours duquel vous serez interrogé sur votre vie privée, vos manies, vos travers, vos petits secrets. Il faudra tout dire. Depuis l’affaire Fillon, on se méfie. On ne peut plus se permettre un ministre pris à défaut sur sa vie privée. Imaginez un « j’aime ma femme » public alors que lendemain, les médias publient vos relations extra conjugales voire homosexuelles. C’est votre droit en tant que citoyen mais pas en tant que ministre… D’ailleurs, si vous aviez eu une liaison extra conjugale, il faudra l’avouer à votre femme, c’est plus gérable qu’une révélation en cours de mandat avec des tweets de votre ex maîtresse ou des déclarations de votre femme déchaînée. Nous ne voulons pas prendre ce type de risques.

– Je commence à comprendre.

– Quoi ?

– Pourquoi les choses ont du mal à avancer et quel est le profil psychologique des personnes qui acceptent de faire ce job. Il faut être sacrément dérangé pour accepter votre proposition, non ? Il faudrait faire une analyse de la personnalité des hommes qui acceptent aujourd’hui d’être en responsabilité. Cela éclairerait sur ce qu’ils sont vraiment et leurs réelles motivations. On fait ça dans les entreprises avant de recruter quelqu’un. Il faut en avoir dans le pantalon pour prendre le risque de briser tout ce que l’on a construit pendant tout une vie pour assumer des fonctions d’où il ne va pas ressortir grand-chose d’efficace et où on va devenir le mouton noir, quoi que l’on fasse. Ou être complètement dingue.

– J’ai de la compassion pour Emmanuel Macron. Jeune et téméraire.

– Ne m’en voulez pas, voyez-vous, mais ce soir je vais aller au restaurant avec ma femme et mes enfants. Je vais y aller en Porsche et faire une note de frais pour ma boîte. Demain, je pars en congrès à Saint Barthélémy. Ça va être top. L’avion et les frais sont payés par un fournisseur qui nous invite… Une semaine sous les cocotiers à ne rien faire. Céline, notre chef de projet, vient avec moi… C’est aussi ma maîtresse mais chut… ne le dites pas à ma femme. Si vous pouviez sécuriser l’île, d’ailleurs…

Je vous souhaite une bonne soirée…

Philippe Rosenpick 

Avocat associé chez Desfilis, organisateur du prix du Graffiti 2016/17, promoteur de la fresque dessinée par Crey 132 en l’honneur du Bleuet France sur la place des Invalides, membre de la commission d’appel de la Fédération Française de Rugby, Chevalier de la Légion d’honneur.