Sois belle et ouvre la
Monde /
07H30 - jeudi 13 décembre 2018

Découvrez les lauréates du Prix « For Women in Science Africa » L’Oréal UNESCO. Aujourd’hui Dr Priscilla Kolibea Mante – Ghana

jeudi 13 décembre 2018 - 07H30

Aujourd’hui, selon l’UNESCO, seulement 28% des chercheurs sont des femmes et seulement 3% des Prix Nobel scientifiques leur ont été attribués. On peut parler d’anomalie pour ne pas dire de discriminations lorsque l’on sait que les hommes et les femmes sont représentés à parts égales dans les filières scientifiques au lycée. 

Depuis sa création il y a vingt ans, la Fondation L’Oréal, aux côtés de l’UNESCO, s’engage pour faire croître la part des femmes dans la recherche scientifique.

En soutenant des femmes chercheuses dans le monde entier, la Fondation déploie des efforts plus particuliers en Afrique. Ainsi, le 6 décembre, à Nairobi au Kenya, 14 lauréates du Prix « For Women in Science Africa » L’Oréal UNESCO ont été récompensées. [Vivez l’événement avec les meilleures photos de la cérémonie en fin d’article.]

Et découvrez chaque jour à la une d’Opinion Internationale le portrait d’une de ces lauréates (par ordre alphabétique de nom).

 

Aujourd’hui : Dr Priscilla Kolibea Mante – Ghana

 

 

Dr Priscilla Kolibea Mante fait des études post-doctorales au Departement de Pharmacologie, Université de Science et Technologie Kwame Nkrumah (KNUST). Elle travaille sur : Activités anticonvulsives de la cryptolépine et ses nanoparticules solides-lipides dans le traitement de l’épilepsie induite par la neurocysticercose

 

Eprouver la formulation de nanoparticules à partir d’une plante traditionnelle pour traiter l’épilepsie

La Dr. Priscilla Mante est entrée dans le monde des neurosciences après un beau parcours diplômant en Pharmacologie. « Quand j’avais 15 ans, je voulais être présidente de la Banque Mondiale», se souvient-elle. Elle a opté pour le français en terminale afin d’atteindre cet objectif, mais son amour pour la science l’a amenée à postuler à l’Université de Sciences et Technologie Kwame Nkrumah (KNUST) où elle a suivi tout son cursus.  

Titulaire d’un Bachelor en pharmacie (avec mention), elle a suivi programme de Master puis de Doctorat en Pharmacologie. Sa thèse portait sur l’utilisation d’une plante utilisée traditionnellement, Antiaris Toxicaria, pour traiter l’épilepsie et la dépression.

Aujourd’hui, en tant que chercheuse post-doctorale à KNUST, elle poursuit ses expériences sur les activités anticonvulsives de la cryptolépine et ses nanoparticules solides-lipides dans le traitement de l’épilepsie induite par la neurocysticercose. « Ce projet a pour but de développer une formule à nanoparticule d’un isolat de plante, la cryptolepine, qui a une meilleure perméabilité dans le Systeme Nerveux Central (CNS)», explique-t-elle. La facilitation de son passage dans le SNC améliorera son activité d’antiépileptique et d’agent kysticide destiné à être utilisé pour soigner l’épilepsie induite par la neurocysticercose.

Ce projet de recherche vise donc à trouver des alternatives thérapeutiques pour combattre l’épilepsie pharmacorésistante et la neurocysticercosis, une maladie tropicale négligée. « En Afrique, les maladies et les symptômes qui les accompagnent sont encore mal compris cliniquement. Par exemple, la plupart des gens pensent que l’épilepsie est causée par des forces maléfiques… Elle n’est donc pas très bien gérée. Un diagnostic adapté peut s’avérer couteux étant donné qu’il est nécessaire de recourir à des examens onéreux, comme l’IRM. Même après que le bon diagnostic soit posé, il faut recourir à des médicaments qui ne sont pas à la portée de tous. »

Poussée par son désir de comprendre les mécanismes actionnés par le cerveau, combiné à son expertise des plantes – la plupart utilisée en médecine traditionnelle – elle s’est plus particulièrement intéressée à Cryptolepis Sanguinolenta, une espèce très répandue dans les forêts ghanéennes. Le soutien que lui apportent ses mentors ainsi que la collaboration avec un laboratoire aux Etats-Unis, situé au Michigan, avec lequel elle travaille à la formulation de nanoparticules et aux essais cliniques, lui sont particulièrement précieux.

« Si je me fonde sur mon expérience, je peux dire que l’avenir des femmes africaines dans les sciences est prometteur. Faire des découvertes scientifiques vous permet de tester vos forces. Et, parfois les découvertes sont si stupéfiantes qu’elle peuvent faire naitre en vous un sentiment d’omnipuissance divine ».

Priscilla Mante a reçu la bourse de recherche de l’Université du Michigan, celle de la Horst Köhler, et celle du DANIDA BSU. Elle est également lauréate du prix CAEN de l’International Society of Neurochemistry. Elle a publié21 articles scientifiques.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Demain :

  • le portrait de Dr Priscilla Kolibea Mante – Ghana

Les lauréates du Prix « For Women in Science Africa » L’Oréal UNESCO :

 

Olanike Akinduyite – Nigéria

 

 

 

 

 

Rima Beesoo – Île Maurice

 

 

 

 

 

Takalani Cele – Afrique du Sud

 

 

 

 

 

Dr. Marilize Everts – Afrique du Sud

 

 

 

 

 

Charlene Goosen – Afrique du Sud

 

 

 

 

 

Lerato Hlaka – Afrique du Sud

 

 

 

 

 

Harshna Jivan – Afrique du Sud