Monde / World
Monde /
10H10 - vendredi 27 janvier 2017

Les SALA, robots tueurs : un nouveau danger pour l’humanité ?

vendredi 27 janvier 2017 - 10H10
Un robot démineur. Source : Human Rights Watch

Un robot démineur. Source : Human Rights Watch

 

La robotisation du champ de bataille avance-t-elle à marche forcée ?

L’utilisation des drones, ces avions sans pilote commandés à distance, s’intensifie. Plus de 90 pays ont des drones militaires et une dizaine d’entre eux ont des drones armés, c’est-à-dire qui peuvent frapper depuis les airs des cibles au sol, au premier rang desquels les Etats-Unis. Mais si les drones sont les plus connus, sur terre et sur mer, les robots se développent. Pendant la guerre d’Irak contre le régime de Saddam Hussein à partir de 2003, les Américains ont déployé des milliers d’engins robotisés, surtout pour lutter contre les mines et les engins explosifs improvisés qui décimaient leurs soldats. D’autres pays en déploient ou en développent : Israël, Chine, Russie, Corée du Sud notamment. La France est pour l’instant en retrait. Dans le domaine maritime, la France par contre est en avance, avec notamment des robots de lutte contre les mines marines. Mais les Etats-Unis restent là encore très en pointe. 

Jusqu’à présent, les robots restent contrôlés à distance, on dit qu’ils sont téléopérés par un opérateur humain, même si certaines phases peuvent être automatiques. Cependant, les progrès technologiques rapides et l’avancée de l’intelligence artificielle font craindre l’apparition de robots militaires entièrement autonomes, dont certains pourraient tuer sans contrôle humain. On parle alors de Systèmes létaux autonomes (SALA) ou en anglais de Lethal autonomous weapons systems (LAWS). On est proche du point de rupture, du seuil, et certains systèmes actuels sont quasi autonomes comme le robot de garde frontière SGR-1 de Samsung en Corée du Sud. Or ces robots ne font l’objet d’aucune réglementation internationale, ni leurs systèmes ne permettent un contrôle fiable et sans failles de leurs actions. Comment d’ailleurs imposer des principes éthiques à une machine ? Comment lui éviter de tuer des civils par erreur lors d’un conflit ? Comment éviter les bavures, qui existent déjà avec les systèmes sous contrôle actuel à l’exemple des drones américains qui ont fait de nombreuses victimes civiles ?

Les problèmes éthiques posés par les SALA sont immenses. La question clé est de savoir si une machine peut avoir le droit de tuer sans intervention humaine des humains. La réponse est clairement négative, à moins de vouloir une humanité déshumanisée. 

Dès lors la question se pose de l’interdiction de telles machines. Face aux risques élevés des SALA, la communauté internationale se réveille. A l’été 2015, des milliers de scientifiques et d’experts, comme le fameux physicien Stephen Hawking, ont lancé un appel pour abolir ces armes. Les ONG comme Human Rights Watch se sont saisies du problème et ont lancé la campagne pour interdire les robots tueurs (« killer robots »). Les Etats se saisissent aussi de la question. Depuis 2014, des discussions informelles ont lieu. Et en décembre 2016, dans le cadre de la convention sur les armes conventionnelles de l’ONU, quelque 90 pays ont décidé d’établir un groupe d’experts gouvernementaux pour discuter de cette question. Ils doivent se rencontrer à deux reprises en 2017. L’objectif est d’avancer vers une interdiction totale comme il existe déjà certains traités d’interdiction d’armes classiques. Mais certains Etats font de la résistance et d’autres manquent d’ambitions comme la France.

Il est temps de se mobiliser massivement et d’appuyer les ONG et tous les acteurs de cette cause. Seule une pression intense sur les Etats permettra d’aller de l’avant et d’empêcher que ces armes n’entrent un jour en service, ce qui serait le début de la fin de l’humanité.

Edouard Pflimlin

Edouard Pflimlin est chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), auteur du blog La guerre des robots.

Logo de la campagne de Human Rights Watch contre les robots tueurs.

Logo de la campagne de Human Rights Watch contre les robots tueurs.

Soutenez la campagne pour interdire les robots tueurs !

Stop killer robots : http://www.stopkillerrobots.org/

Le handisport soutient Paris 2024.

Handisport : épisode 3 de la semaine de soutien à la candidature de « Paris2024 » proposée par Opinion Internationale et Sport & Démocratie.
Michel Taube