Afriques demain
17H55 - lundi 21 mars 2016
Afrique

Bénin, Patrice Talon élu président de la République au terme d’une élection démocratique

 

Les élections présidentielles au Bénin se sont déroulées hier dimanche dans la transparence, la dignité et le respect des institutions. Le président Boni Yayi avait bien essayé, à l’instar de quelques-uns de ses collègues à travers le monde, de se maintenir au pouvoir en réformant la constitution par voie de référendum. Mais il s’était plié sans faire de vagues au refus de son peuple.

talon_vote

Au terme d’une campagne électorale dont la correction, si ce n’est l’exemplarité, n’a pas été trop entachée par les attaques personnelles, le peuple béninois était appelé au deuxième tour, hier, à choisir entre Lionel Zinsou et Patrice Talon.

D’après les observateurs, qui ont pour certains parlé de « fête de la démocratie », le scrutin n’a pas réussi à mobiliser les masses. Tard dans la soirée, et avant même la déclaration des résultats définitifs – attendus pour demain soir – Lionel Zinou, reconnaissant sa défaite, a félicité son concurrent, Patrice Talon, et s’est mis à son service pour lui transmettre ses dossiers de Premier ministre en fonction.

Nous ne disposons pour l’instant que d’estimations croisées des états-majors de chaque candidat qui tous deux donnent Patrice Talon vainqueur avec 65 % des voix.

Ce matin, dans un communiqué de presse, François Hollande a adressé au futur président Talon « ses meilleurs vœux de réussite dans l’exercice de son prochain mandat ». Il s’est par ailleurs félicité « du déroulement pacifique du scrutin et de la mobilisation citoyenne observée à cette occasion qui confirme la solidité de la démocratie béninoise ». Il a enfin confirmé son souhait de poursuivre l’œuvre de coopération entre le Bénin et la France « qu’il s’agisse du développement, de la transition énergétique, de la bonne gouvernance, de la transparence et de la lutte contre le terrorisme ».

 

La date de la cérémonie d’investiture du nouveau chef de l’État béninois est fixée au mercredi 6 avril.

La Restitution

Jean-Jacques Gleizal analyse les suites du Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain remis à Emmanuel Macron fin 2018