Edito / Editorial
Europe /
17H48 - jeudi 26 novembre 2015

Notre véritable ennemi : Opinion Internationale a retrouvé la vidéo supprimée de YouTube de l’imam Rachid Houdeyfa et demande son interdiction de tout prêche

jeudi 26 novembre 2015 - 17H48

 

Youtube a retiré une vidéo de 45 mn de l’Imam de Brest (à moins que ce soit lui l’auteur de la suppression), datant de 2013, visionnée des dizaines de milliers de fois, et qui faisait froid dans le dos ! La musique y était dépeinte comme une oeuvre de Satan et une centaine d’enfants bretons endoctrinés. Opinion Internationale l’a retrouvée et la diffuse pour clarifier les objectifs de guerre dans laquelle nous sommes engagés !

 

 

C’est comme si l’imam de Brest avait annoncé deux ans à l’avance l’attaque du Bataclan le 13 novembre ! Dixit : « Il y a des catégories de gens [qui persistent à écouter de la musique interdite par le prophète] qui vont être englouties par de la terre. Dans certains cas, parce qu’ils écoutaient et persistaient à écouter trop de musique, il va y avoir un tremblement de terre et ils vont être engloutis par de la terre. […] Allah va les transformer en singes et en porcs. Ceux qui ici (les enfants) aiment la musique doivent assumer les conséquences. Il faut choisir entre Sheitan (le Diable) et Allah. Voici ce qu’enseigne un Iman de France ! »

Dans son communiqué de revendication des attentats du 13 novembre, Daesh parle de « fête de perversité » pour expliquer le choix du Bataclan. Dans sa vidéo, prêche prononcé devant une centaine d’enfants bretons, l’imam de Brest ne dit pas autre chose en parlant de certaines musiques. Il doit assumer le fait d’être sur la même ligne idéologique que les pires islamistes radicaux. Il a beau jeu de condamner aujourd’hui les attentats. Si son discours prépare les esprits de ses jeunes et que, parmi eux, dans cinq, dix ans ou quinze ans, certains décident de se faire exploser dans une autre salle de spectacle que le Bataclan, il sera trop tard pour accepter ses excuses et ses pseudo-justifications.

 

Voici notre véritable ennemi !

Frapper Daesh en Syrie et en Irak est certes indispensable. Soutenir les rares forces terrestres qui osent l’affronter directement, comme les kurdes ou l’Armée Syrienne Libre, telle est certainement la clé de cette guerre géopolitique. Espérons que François Hollande obtiendra de Vladimir Poutine qu’il concentre ses frappes sur les terroristes de Daesh contre un allègement de la pression sur Bachar el-Assad.

Ceci dit, notre ennemi n’est pas là-bas. Il est malheureusement ici. Le terrain de cette guerre contre l’islamisme radical s’est déplacé en Afrique et en Europe. Nous sommes confrontés à un ennemi de l’intérieur qui est Français, qui est Belge, qui est Européen. Ce sont des citoyens européens qui se sont fait exploser sur les terrasses de Paris, au Bataclan et au Stade de France. C’est le fait le plus douloureux à accepter ! La Syrie n’a été que leur terrain d’entraînement. Leur ennemi, c’est la France, c’est l’Europe, ce sont les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité.

Or, notre ennemi, celui de l’intérieur, ce ne sont pas seulement les quelques centaines de jeunes qui sont tombés dans la spirale islamiste ultra-violente. Ce sont ces quelques dizaines ou centaines d’imams qui prêchent la haine des valeurs universelles de la civilisation qui fondent la République française mais aussi tous les pays modérés dans le monde, du Maroc à la Jordanie, d’Israël (dont nous condamnons les agissements inacceptables vis-à-vis des Palestiniens) à la Norvège, de l’Afrique du Sud au Sénégal, du Canada aux pays sud-américains, du Japon à l’Inde…

Ces quartiers comme celui de Molenbeek à Bruxelles dans lesquels les autorités locales ont pactisé avec les islamistes radicaux pour obtenir la paix sociale, doivent être réinvestis par l’Etat et la parole modérée.

 

Aucune musique n’est satanique, même pour l’Islam

Revenons à Brest. Notre véritable ennemi, ce sont ces rares mais trop nombreux imams, comme celui de Brest, Rachid Abu Houdeyfa, qui enseignent à nos enfants que certaines musiques sont une création du diable, que la musique est parfois satanique. Ces imams distillent ce poison selon lequel la loi coranique telle qu’ils l’enseignent est supérieure aux valeurs de la République française. C’est le point clé qui pose problème !

Selon nous, parce que nous sommes en guerre, parce qu’il faut éradiquer au plus vite les sources directes d’émergence des jihadistes de chez nous, l’imam de Brest doit être interdit de prêche. Interdit par les autorités musulmanes françaises à commencer par le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman), par les grandes facultés théologiques musulmanes dans le monde (al-Azhar au Caire, au Maroc et ailleurs) et par les autorités françaises bien entendu, à commencer par la ministre de l’Education Nationale.

Et que l’on ne vienne pas nous parler de liberté d’expression : l’auteur de ces lignes est pour la liberté d’expression. Mais il est contre l’enseignement d’idées qui préparent nos jeunes à une rupture violente avec la société dans laquelle ils sont nés et ont grandi.

Nous sommes convaincus que les Mohamed Merah, Amedy Coulibaly et autres Abdelhamid Abaaoud ont suivi sur Internet le prêche sur la musique de Rachid Abu Houdeyfa ou des prêches équivalents.

La semaine dernière, une perquisition a été effectuée par la police dans la mosquée de Brest. Mais nous demandons à la ministre de l’Education nationale et au ministre de l’Intérieur, chargé des cultes, de prendre clairement position et de demander une interdiction administrative définitive d’exercice du culte pour cet imam.

Certes, ce dernier a condamné les attentats du 13 novembre et s’est justifié sur la polémique née de sa vidéo sur la musique en disant notamment qu’aujourd’hui, il ne parlerait pas de la même manière à ses fidèles enfants. Il a aussi eu le toupet de préciser que ce prêche avait été donné dans un espace privé en présence des parents des enfants… Alors, pourquoi l’avoir diffusé sur Youtube ?

D’ailleurs, selon nous, le motif principal d’interdiction de tout enseignement qui devrait frapper cet « imam », c’est la protection de l’enfance ! Les parents sont aussi responsables d’avoir emmené leurs enfants écouter de tels prêches.

Aujourd’hui, la République doit faire preuve de fermeté dans la réaffirmation de ses valeurs : bombarder la Syrie ne suffit pas. Il faut mettre le paquet à réinvestir le champ éducatif et social auprès de ces jeunes embrigadés.

 

L’Islam de la modération a besoin d’imams modérés et instruits

Il y a enfin un dernier enjeu autour de cet imam, symbole du combat que nous devons tous mener : l’Islam de la modération est majoritaire en France, nous en sommes convaincus. Et nous l’avons défendu à moult reprises. Le CFCM a fait diffuser un Appel républicain dans toutes les mosquées de France le vendredi 20 mars et nous saluons cette initiative. Par ailleurs, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Anouar Kbibech, a annoncé le 24 novembre la mise en place d’une « habilitation » des imams : cette certification devrait permettre de vérifier leurs connaissances théologiques et leur adhésion aux valeurs républicaines. Une « charte de l’imam », qui devra être signée par les imams souhaitant être habilités, est en cours d’élaboration. Les imams ne devront pas obligatoirement être habilités pour être recrutés mais « retirer l’habilitation permettrait de mettre les mosquées devant leurs responsabilités », selon Anouar Kbibech.

Il est impératif aussi que l’Islam se réforme de l’intérieur en faisant le grand ménage sur le point clé qui est celui des prêches et des imams qui enseignent l’Islam. Les imams qui défendent des valeurs contraires à celles de la France doivent être écartés. Il devrait en être de même dans tous les pays, notamment du Moyen-Orient, qui prétendent être opposés à Daesh.

Nous connaissons les obstacles théologiques à de telles décisions (il n’y pas de hiérarchie ni de clergé sunnite) mais l’ordre public, la sauvegarde du vivre-ensemble et le développement harmonieux de l’Islam en France passeront par telles mesures. Le Maroc par exemple aide la France à former des imams progressistes et nous saluons cette initiative. L’émission Islam sur France 2, leçon d’humanités hebdomadaire, devrait être diffusée dans toutes les mosquées et expliquée aux enfants. 

Mais la République et l’ensemble du monde modéré doivent aller plus loin et nos amis de la communauté musulmane participer à cette guerre déclarée contre l’islamisme radical. C’est l’heure de faire le grand ménage et de promouvoir enfin un véritable Islam de France avec des imams modérés, formés et instruits.

C’est ensemble que nous gagnerons cette guerre contre la barbarie.

 

Directeur de la publication

Le vote utile

Appel au vote utile : un livre pour les indécis, les abstentionnistes et les perplexes… L’édito de Michel Taube
Michel Taube