Ukraine
Europe /
09H59 - lundi 26 mai 2014

Ukraine : La place Maidan en voie de sanctification à Kiev

lundi 26 mai 2014 - 09H59

Christine Dugoin et Mathieu Boulègue, chercheurs à l’IPSE nous livrent leurs impressions de Kiev où un nouveau président vient d’être élu : Petro Porochenko, un oligarque qui a fait fortune dans le chocolat. Il devance très nettement, l’ancienne première ministre, Ioulia Timoschenko.

La place Maidan à Kiev est devenue un lieu symbolique depuis la chute de Ianoukovitch

La place Maidan à Kiev est devenue un lieu symbolique depuis la chute de Ianoukovitch

A la veille des élections présidentielles de dimanche 25 mai, une visite sur Maidan s’impose. Au-delà du chaos rapporté depuis près de 7 mois, on peut observer aux alentours de la place Maidan une mise en scène du mouvement révolutionnaire qui tend à s’éloigner des premières aspirations civiques et pro-européennes – dont on ne retrouve que peu l’iconographie. Cette performativité s’illustre par l’intermédiaire de l’exposition des « outils » et « instruments » utilisés par les manifestants (véhicules blindés, grenades artisanales, pieds de biche, casques de protection fracturés, etc.). Ceci apporte un côté éducationnel et participe à une sanctification du mouvement par l’intermédiaire de la création d’une image de substitution nationale indiscutable.

En outre, on assiste à la naissance d’images mentales pour la population, à grand renfort d’hommes en treillis et de troncs de bienfaisance pour les « héros » de Maidan tombés au combat, et renforcées par l’omniprésence des symboles religieux telles ces bougies, images pieuses et Vierges en plâtre. Plus qu’un mouvement civique, Maidan semble avoir été investie d’un sentiment de religiosité important, comme le prouvent les références constantes aux « martyrs » de la révolution dont les images fleurissent le long des rues et des barricades encore en place. La langue ukrainienne, pour un temps, semble avoir réinvesti Maidan, mais ses sonorités s’estompent au profit du russe quelques rues plus loin.

Ceci tend à mettre en exergue un narratif national unique fondé sur les symboles de l’Ukraine de l’ouest où se mêlent chanteurs folkloriques, costumes traditionnels factices et couronnes de fleurs en plastique. Reste à savoir si cette représentation de l’extase patriotique de l’ouest ukrainien est partagée par l’ensemble de la population nationale, qui plus est à Kiev, au point de la fédérer.  

Par contraste, l’utilisation du mouvement Maidan comme attraction touristique est beaucoup plus prégnante comme l’illustre la débauche d’étals touristiques – vendant des produits allant de la casquette « I love Ukraine » made in China au papier hygiénique Ianoukovitch. Tel un parc d’attraction, les familles s’y rendent pour la balade du week-end : les amoureux y mangent une glace, les enfants s’amusent sur les blindés mis à la vue de chacun… Il en ressort une ambiance assez festive.

Les ukrainiens ont eu tôt fait de transformer la villa présidentielle de Ianoukovitch en cabinet de curiosité. Maidan serait-elle appelée à prendre le même chemin ?

Chercheuse et membre de l'Institut Prospective et Stratégie en Europe (IPSE)
associé dans le cabinet de conseil en management des risques et business diplomacy @AESMAGroup & Chercheur pour le programme Europe et Eurasie à l’IPSE

Décentraliser ou féodaliser l’Ukraine ? Les défis de demain

A l’issue d’une élection présidentielle sans réelle surprise, le nouveau président de l’Ukraine Petro Poroshenko va devoir relever de nombreux défis. Mathieu Boulègue de l'IPSE décode les enjeux de cette « nouvelle » Ukraine...
Mathieu Boulègue

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 3)

L'obsession géopolitique de la Russie est, depuis des siècles, la peur de se retrouver coincée à l'intérieur du continent Eurasiatique sans accès à la mer. C'est ce qui explique son offensive en Crimée.
Oleg Kobtzeff

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 2)

Oleg Kobtzeff, professeur de géopolitique à l'American University of Paris explique les ressorts de la popularité de Poutine en Russie et estime que les Russes craignent que l'Occident ne souhaite un démantèlement du pays.
Oleg Kobtzeff

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 1)

Oleg Kobtzeff, professeur de géopolitique à l'American University of Paris analyse la crise ukrainienne, en particulier le rattachement de la Crimée à Moscou, à travers l'histoire commune des deux pays qui s'étend sur douze siècles.
Oleg Kobtzeff

La Crimée à l’heure russe

La Crimée est donc passé sous contrôle russe. Alors que l'Europe et les Etats-Unis ont voté des sanctions à l'égard de Moscou, cela ne semble pas freiner Vladimir Poutine et tout porte à croire qu'il ne compte pas s'arrêter là.
Mathieu Boulègue

La Crimée est perdue pour l’Ukraine

La déclaration d'indépendance de la Crimée, qui annonçait le référendum de dimanche et pour lequel 95% des votants ont été en faveur d'un rattachement à la Russie, laisse peu d'espoir sur la pérennité de l'unité ukrainienne.
Stéphane Mader
Stéphane Mader