Ukraine
Europe /
20H26 - lundi 24 février 2014

Quel avenir (proche) pour l’Ukraine post-Maïdan ?

lundi 24 février 2014 - 20H26

La « bataille de Kiev » est terminée, un nouveau gouvernement doit désormais être mis en place et les animaux du zoo personnel de l’ancien Président Ianoukovitch devront être relogés. Toutefois le mouvement Maïdan se prolonge et la région de la Crimée est en train de devenir le prochain « flash-point » en Ukraine, avec en toile de fond la réaction de Moscou vis-à-vis des développements du week-end dernier.

 

Protesters hold a EU flag as they take part in a rally to support EU integration in central Kiev

En Crimée, les journées de samedi et dimanche dernier ont été marqués par des manifestations anti-Maïdan et la rue reste tendue. Le « comité de Kharkiv », formé samedi sur les restes du Parti des Régions et des pro-russes, souhaite toujours garder sa position de « maintenir l’ordre constitutionnel », c’est-à-dire rejeter les autorités par intérim reconnues par le Parlement.

Les rumeurs de scission du pays permettent d’alimenter les médias locaux mais l’idée est loin de la réalité : la priorité demeure dans la formation d’un nouveau gouvernement, c’est la priorité. Après viendra éventuellement la « bataille de Crimée ». Plutôt que la scission du pays, la Russie risque fort de faire pression pour mettre en place une forme de décentralisation avancée avec des régions plus autonomes dans leurs choix économiques. Ainsi, l’Est russophone profitera de l’aide russe alors que l’Ouest demandera de l’aide à Bruxelles. Mais le pays restera entier, ce qui permettra de contenter aussi bien Moscou (qui n’a rien à gagner à un nouveau conflit à ses portes) et l’UE.

 

La réaction russe à venir va être primordiale.

 

Une implication militaire directe des troupes russes est peu probable : un tel mouvement serait contre-productif pour tout le monde. Un élément important à regarder est le traitement des populations russes dans les jours à venir : si ces derniers sont discriminés par les « ukrainiens », Moscou pourrait hausser le ton, ce sur le thème de la protection de ses minorités à l’étranger. C’est ainsi qu’à réagi Dimitri Medvedev, le premier ministre russe : « Nous ne comprenons pas ce qui se passe là-bas. Il y a une réelle menace pour nos intérêts et pour la vie de nos concitoyens (…). Il y a de gros doutes sur la légitimité de différents organes du pouvoir actuellement en fonction ». Comme on pouvait s’y attendre, la Russie ne reconnait pas le nouveau pouvoir à Kiev estimant que la position des européens était  «une aberration ».

Le Président Poutine, passé « l’humiliation » que les médias occidentaux prêtent à la « perte » de l’Ukraine, va devoir faire preuve d’une réaction ni trop ferme (ce pour ne pas donner des idées à d’autres pays potentiellement révolutionnaires dans l’étranger proche russe) ni trop modérée (ce afin d’éviter le discrédit).

En cela, Moscou a indexé le déblocage de l’aide financière à la formation d’un nouveau gouvernement à Kiev. Et c’est là que les choses se compliquent : la présence de Ioulia Timoshenko dans les hautes sphères politiques passera mieux au Kremlin qu’un gouvernement Klitchko – le projet allemand soutenu par Washington par excellence. Ainsi, si Ioulia Timoshenko obtient un poste important, le dialogue avec Moscou n’en sera que meilleur.

Le point focal du triangle EU/Ukraine/Russie est bloqué sur le sauvetage de l’économie ukrainienne. Le pays est virtuellement en situation de défaut de paiement si Moscou ne débloque pas les fonds promis au Président Ianoukovitch. Il s’agit là d’une arme économique majeure que Bruxelles pourra difficilement contrer. Ajouté à cela la pression du gaz, Moscou dispose encore une fois de toutes les cartes sur l’Ukraine !

 

 

 

 

associé dans le cabinet de conseil en management des risques et business diplomacy @AESMAGroup & Chercheur pour le programme Europe et Eurasie à l’IPSE

Décentraliser ou féodaliser l’Ukraine ? Les défis de demain

A l’issue d’une élection présidentielle sans réelle surprise, le nouveau président de l’Ukraine Petro Poroshenko va devoir relever de nombreux défis. Mathieu Boulègue de l'IPSE décode les enjeux de cette « nouvelle » Ukraine...
Mathieu Boulègue

Ukraine : La place Maidan en voie de sanctification à Kiev

Christine Dugoin et Mathieu Boulègue, chercheurs à l'IPSE nous livrent leurs impressions de Kiev où un nouveau président vient d'être élu : Petro Porochenko, un oligarque qui a fait fortune dans le chocolat. Il davance très nettement,...
Christine Dugoin

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 3)

L'obsession géopolitique de la Russie est, depuis des siècles, la peur de se retrouver coincée à l'intérieur du continent Eurasiatique sans accès à la mer. C'est ce qui explique son offensive en Crimée.
Oleg Kobtzeff

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 2)

Oleg Kobtzeff, professeur de géopolitique à l'American University of Paris explique les ressorts de la popularité de Poutine en Russie et estime que les Russes craignent que l'Occident ne souhaite un démantèlement du pays.
Oleg Kobtzeff

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 1)

Oleg Kobtzeff, professeur de géopolitique à l'American University of Paris analyse la crise ukrainienne, en particulier le rattachement de la Crimée à Moscou, à travers l'histoire commune des deux pays qui s'étend sur douze siècles.
Oleg Kobtzeff

La Crimée à l’heure russe

La Crimée est donc passé sous contrôle russe. Alors que l'Europe et les Etats-Unis ont voté des sanctions à l'égard de Moscou, cela ne semble pas freiner Vladimir Poutine et tout porte à croire qu'il ne compte pas s'arrêter là.
Mathieu Boulègue

La Crimée est perdue pour l’Ukraine

La déclaration d'indépendance de la Crimée, qui annonçait le référendum de dimanche et pour lequel 95% des votants ont été en faveur d'un rattachement à la Russie, laisse peu d'espoir sur la pérennité de l'unité ukrainienne.
Stéphane Mader
Stéphane Mader