Ukraine
08H40 - dimanche 23 février 2014

Retour sur trois jours qui ont fait basculer l’Ukraine

dimanche 23 février 2014 - 08H40

 

Nuit du jeudi 20 février

 

La Rada vote la résolution « sur la condamnation des violences » : l’utilisation d’armes à feu est interdite pour les forces de sécurité et le SBU doit se replier de Kiev. 236 des 238 parlementaires enregistrés ont approuvé la motion. Dès samedi matin, le SBU met fin aux « opérations anti-terroristes » à Kiev.

Après 7 heures de négociations intermédiées par les ministres européens et un représentant russe, un accord « initial » est annoncé pour mettre fin à la crise ukrainienne. Seul le service de presse du Président fait part de la nouvelle, qui n’est pas directement reprise par l’UE et l’opposition.

 

Vendredi 21 février

 

Après une nuit relativement calme, le contenu de l’accord politique est dévoilé et tourne autour de trois points :

– formation d’un gouvernement de coalition (« union nationale ») sous 10 jours.

– retour à la Constitution de 2004 d’ici au mois de Septembre 2014 : la loi spéciale est votée le soir même lors d’une session de la Rada.

– l’organisation d’élections présidentielles anticipées dès que la nouvelle Constitution sera en place, mais ce pas plus tard que Décembre 2014. Une nouvelle loi électorale sera écrite et la Commission Electorale réorganisée d’ici là.

Malgré un accord particulièrement large, le « Conseil de Maidan » pose ses propres conditions :

– le limogeage du ministre de l’Intérieur par intérim Vitaliy Zakharchenko et du Procureur général Viktor Pshonka

– l’ouverture de poursuites pénales contre les politiques et membres de forces de sécurité responsables des violences

Le soir même, la Rada se réunit lors d’une séance extraordinaire, 386 députés sont enregistrés pour voter un maximum de textes en profitant de l’appel d’air créé par l’accord de « paix » : 

– la loi de préparation au retour de la Constitution de 2004 est approuvée par les 386 députés (dont 140 du PRU)

– limogeage du ministre de l’Intérieur par intérim Vitaliy Zakharchenko (une des demandes du Conseil de Maidan)

– la libération de l’ancien Premier ministre Tymoshenko est approuvée par 306 députés (dont 54 du PRU). Elle pourrait être libérée rapidement, sous condition de la signature du texte par le Président Ianoukovitch.

– Une motion de censure est enregistrée à l’encontre du Président Ianoukovitch.

Des milliers de manifestants occupent encore les rues de la capitale : l’opposition est huée, malgré les accords, pour ne pas avoir rempli la demande de la démission immédiate du Président…

 

Samedi 22 février

 

Tôt le matin, le Président de la Rada Volodomyr Rybak annonce sa démission pour « raisons de santé ». Le vice-Président Kaletnik quitte également son poste.

Sans Président pour ouvrir la session, la Rada doit malgré tout reprendre les travaux aujourd’hui.

La Rada a repris ses travaux comme prévu et a pu faire passer un certain nombre de textes :

– Oleksandr Tourchynov (proche de Timoshenko) est successivement élu Président de l’Assemblée puis Premier ministre par intérim. Un autre proche de Timoshenko, Arsen Avakov, est élu ministre de l’intérieur par intérim

– Le Procureur général Pshonka est limogé – ceci était une autre demande du Conseil de Maidan

– En fin d’après-midi, la Rada vote la libération immédiate de Ioulia Timoshenko. Celle-ci sort de sa prison à Kharkiv et prend l’avion en fin de journée, direction Maidan. Elle annonce entre temps qu’elle sera candidate à la prochain élection présidentielle.

A l’écrasante majorité (328 votes contre 0), le Président Ianoukovitch est destitué pour « violations massives des droits de l’homme » et « incapacité constitutionnelle d’exercer ses fonctions ». Depuis Kharkiv où il s’est exilé, le Président dénonce un « coup d’état » et refuse de quitter son poste.

– Les élections présidentielles sont finalement fixées au 25 Mai.

Les défections des parlementaires du bloc du Parti des Régions : 33 députés ont pour l’instant décidé de quitter le PRU, dont certains membres influents. Le vent tourne, au grés des intérêts de chacun, entre survie économique et pressions de Moscou.

Retranché à Kharkiv, Ianoukovitch aurait tenté de passer en Russie mais des garde-frontières l’en aurait empêché.

Un « comité de Kharkiv », représenté par les gouverneurs régionaux, refuse toujours, lui, de plier fasse à la fronde politique.

Le rôle de la Russie. Moscou se prépare au pire : des délégués du Kremlin sont à Kharkiv pour conseiller les restes du PRU (Parti des Régions d’Ukraine) et la Crimée a déjà officiellement demandé l’aide de l’armée russe en cas de problème. Le « comité de Kharkiv », sous contrôle russe, entérine symboliquement la partition du territoire.

L’équilibre politique au sein de l’opposition. Malgré le retour de Mme Timoshenko en grande force, sorte de martyre de l’ère Ianoukovitch, rien ne garantit que des joutes politiques interviennent entre elle, Yatseniouk et Klitchko pour le « partage des tâches » électorales en amont des élections.

l’Ukraine est de facto en défaut de paiement – ses réserves de change ne devraient tenir que jusqu’à début Mars – et Standard & Poor’s a rétrogradé le pays à CCC. Moscou attend une situation de « clarté » concernant la formation du nouveau gouvernement pour débloquer la nouvelle tranche d’Eurobonds de 2 milliards de dollars.

timochenko

Dans la soirée, Ioulia Timochenko, libéré dans la journée, arrive à Kiev et sur la place Maïdan. Dans une chaise roulante, auréolée de ses tresses légendaires, elle remercie la foule, appelle les manifestants à rester sur place et promet de reprendre le combat politique.

Mathieu Boulègue avec Christine Dugoin

associé dans le cabinet de conseil en management des risques et business diplomacy @AESMAGroup & Chercheur pour le programme Europe et Eurasie à l’IPSE

Décentraliser ou féodaliser l’Ukraine ? Les défis de demain

A l’issue d’une élection présidentielle sans réelle surprise, le nouveau président de l’Ukraine Petro Poroshenko va devoir relever de nombreux défis. Mathieu Boulègue de l'IPSE décode les enjeux de cette « nouvelle » Ukraine...
Mathieu Boulègue

Ukraine : La place Maidan en voie de sanctification à Kiev

Christine Dugoin et Mathieu Boulègue, chercheurs à l'IPSE nous livrent leurs impressions de Kiev où un nouveau président vient d'être élu : Petro Porochenko, un oligarque qui a fait fortune dans le chocolat. Il davance très nettement,...
Christine Dugoin

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 3)

L'obsession géopolitique de la Russie est, depuis des siècles, la peur de se retrouver coincée à l'intérieur du continent Eurasiatique sans accès à la mer. C'est ce qui explique son offensive en Crimée.
Oleg Kobtzeff

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 2)

Oleg Kobtzeff, professeur de géopolitique à l'American University of Paris explique les ressorts de la popularité de Poutine en Russie et estime que les Russes craignent que l'Occident ne souhaite un démantèlement du pays.
Oleg Kobtzeff

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 1)

Oleg Kobtzeff, professeur de géopolitique à l'American University of Paris analyse la crise ukrainienne, en particulier le rattachement de la Crimée à Moscou, à travers l'histoire commune des deux pays qui s'étend sur douze siècles.
Oleg Kobtzeff

La Crimée à l’heure russe

La Crimée est donc passé sous contrôle russe. Alors que l'Europe et les Etats-Unis ont voté des sanctions à l'égard de Moscou, cela ne semble pas freiner Vladimir Poutine et tout porte à croire qu'il ne compte pas s'arrêter là.
Mathieu Boulègue

La Crimée est perdue pour l’Ukraine

La déclaration d'indépendance de la Crimée, qui annonçait le référendum de dimanche et pour lequel 95% des votants ont été en faveur d'un rattachement à la Russie, laisse peu d'espoir sur la pérennité de l'unité ukrainienne.
Stéphane Mader
Stéphane Mader