L'avis des bêtes
Europe /
13H41 - mercredi 19 juin 2013

L’antibiorésistance, un défi majeur pour nos sociétés modernes

mercredi 19 juin 2013 - 13H41

Animaux et humains partagent certaines maladies et certains traitements. Parmi les bactéries échangées, certaines sont résistantes aux traitements antibiotiques. On considère qu’elles sont responsables de la mort de 25 000 personnes chaque année en Europe. Enquête sur ces nouvelles bactéries « super-résistantes ».

 

antibio
Les alertes se suivent et se ressemblent : en 2010, la revue médicale The Lancet décrivait l’émergence d’entérobactéries hautement résistantes à de nombreux antibiotiques. En mars 2013, un rapport britannique recommandait que l’antibiorésistance soit ajoutée à la liste des menaces à la sécurité nationale, au même titre que le terrorisme. Le mois dernier enfin, on constatait la présence continue d’une résistance à plusieurs antibiotiques chez Salmonella et Campylobacter, les principales bactéries provoquant des infections d’origine alimentaire dans l’Union Européenne. Comment enrayer la multiplication de ces résistances bactériennes ? La santé humaine, et la santé animale, sont-elles en péril ?

 

L’antibiorésistance : késako ?
Lorsqu’une bactérie est détruite par une substance antibiotique, ou lorsque sa multiplication est ralentie par cette substance, elle est dite « sensible », cette bactérie se multiplie et « copie » son patrimoine génétique à ses descendantes. Des mutations apparaissent inexorablement lors de ce processus, et certaines de ces mutations codent pour une résistance à un ou plusieurs antibiotiques. On parle alors d’antibiorésistance : un antibiotique pour lequel la bactérie était sensible devient inefficace.
Ce processus est normal et si une seule bactérie acquiert une résistance à l’échelle de la colonie, il n’y a pas de danger. Les choses s’aggravent lorsqu’un antibiotique est utilisé à mauvais escient, lorsqu’il est sous-dosé ou lorsque le traitement est interrompu trop tôt : les bactéries sensibles sont tuées par le médicament, mais pas la bactérie résistante. Elle a alors tout le loisir de se multiplier puisqu’elle n’est plus en concurrence avec les autres. C’est la catastrophe : toute la colonie descendra d’une seule bactérie et portera dans son patrimoine le fameux gène de résistance. Ce film (en anglais) explique parfaitement bien ce processus.

 

Le passage des antibiorésistances de l’animal à l’homme, mythe ou réalité ?
Alors pour éviter de perdre les antibiotiques qui nous sauvent la vie depuis soixante-dix ans à cause de l’antibiorésistance, il va falloir agir. « Des efforts conjoints seront nécessaires dans l’UE, notamment de la part des États membres, des professionnels de la santé, de l’industrie, des agriculteurs et de beaucoup d’autres acteurs » déclare Bernhard Url, directeur de l’Évaluation des risques et de l’assistance scientifique à l’EFSA.

En France, les campagnes « les antibiotiques, c’est pas automatique » envahissent nos écrans et les vétérinaires sont sommés de diminuer leurs prescriptions de 25% en 5 ans (C’est le Plan Ecoantibio 2017). Ce qu’on entend un peu partout, c’est que l’usage des antibiotiques chez l’animal est responsable de l’apparition de ces résistances. Il est vrai que l’élevage industriel est un grand consommateur d’antibiotiques, avec 39 % du tonnage d’antibiotiques vétérinaires vendus à destination des porcs et plus de 22 % à destination de la volaille.

Ces animaux reçoivent notamment des antibiotiques dans leur nourriture (on parle d’aliment médicamenteux). Il est certain que la proximité, la densité très forte, et le stress intense qui règnent dans ces élevages intensifs favorisent la prolifération des maladies. Cependant, les cas de passage avérés d’antibiorésistance de l’animal à l’homme – et de l’homme à l’animal – restent limités à l’échelle des populations bactériennes et ne sont pas le cœur du problème. Il est nécessaire de mieux, et de moins, utiliser les antibiotiques à la fois chez l’homme et chez l’animal.

 

Vaincre les bactéries sans antibiotiques ?
Les antibiotiques sont-ils notre seule arme contre les bactéries ? La recherche est encore timide, mais des solutions alternatives sont envisagées par les chercheurs. La phagothérapie semble prometteuse : comme nous, les bactéries peuvent être contaminées par des virus, appelés bactériophages. L’utilisation de ces phages permettrait de combattre certaines infections bactériennes. En Géorgie notamment, cette médecine est utilisée avec succès. En France, aucun médicament à base de phage n’est autorisé mais des voix s’élèvent pour défendre la phagothérapie, et faciliter la recherche clinique. L’ère des antibiotiques touche peut-être à sa fin, mais la médecine n’a pas encore dit son dernier mot.

Adieu au steak! sur Arte ce soir

La chaîne Arte choisit de traiter ce soir un thème qui a animé notre rubrique « L’avis des bêtes » depuis sa création : le végétarisme. Si le lien qui unit l’homme et l’animal est…

Qui peut-on manger?

La Fondation Copernic organisait le 11 juin dernier une séance sur le thème « qui peut-on manger ? Les conditions de l’usage de l’animal comme aliment ». L’occasion de nous interroger sur ce paradoxe de…

Acheter local, un choix éco-citoyen du quotidien

Nos aliments n’ont jamais autant voyagé que durant ces vingt-cinq dernières années. L’uniformisation du commerce a engendré une augmentation générale et importante des kilomètres parcourus par nos produits pour arriver à nos…

Oui, nos animaux d’élevage peuvent prendre du plaisir !

En industrialisant l’élevage, l’agriculture du XXème siècle a éloigné les animaux de leurs besoins naturels, et les a soumis à des conditions de vie violentes. Pourtant, les animaux d’élevage ressentent des émotions,…