Afriques
Côte d'Ivoire /
14H34 - mercredi 7 mars 2012

Abidjan dans le noir : lumière sur les « blackout »

mercredi 7 mars 2012 - 14H34

Bien curieux celui qui dira si Abidjan est toujours cette « ville lumière » de la période des fêtes de fin d’année. Aujourd’hui, de jour comme nuit, des quartiers d’Abidjan, et même de certaines villes de l’intérieur du pays, subissent des coupures récurrentes d’électricité. Désagréments et supputations sur un éventuel retour du délestage fusent.


DR

Cela fait bientôt 2 semaines que le ras-le-bol gagne progressivement les habitants de bien des quartiers d’Abidjan. Là-bas, l’électricité connaît des coupures répétées à longueur de journée.

 

Tous les quartiers sont touchés

D’Abobo à Koumassi, en passant par Yopougon, Adjamé, Cocody ce sont les ménages et commerces qui subissent divers préjudices : détérioration d’aliments, perturbations des cours scolaires, fermeture de commerces (cybercafés, restaurants, salons de coiffure…). Même scénario à San-Pedro, ville de l’intérieur du pays, où l’activité portuaire qui la singularise connaît de sérieuses perturbations.

En fait, que se passe t-il ? Le silence de la Compagnie ivoirienne d’ électricité (CIE) qui, visiblement, se refuse à faire la lumière sur cette situation semble bien étrange. Les explications, fondées ou pas, vont bon train : simple délestage pour les uns, quand les autres parlent de conséquences des vastes travaux de constructions de voirie et d’aménagement. Le délestage, rappelons-le, a été durement vécu par les populations, en début d’année 2010. Les autorités d’alors et la société d’électricité avaient communiqué un programme à partir duquel les populations avaient adapté leur quotidien, jusqu’à la normalisation de la distribution de l’électricité.

 

Un grand manque d’information pour la population

Mais aujourd’hui, c’est le « noir » complet sur cette situation qui, pourtant, ressemble étrangement à un délestage. Les coupures interviennent à des heures quasi habituelles : 6 h – 12 h dans certains quartiers, 20 h – 8 h dans d’autres. Par ailleurs, des quartiers d’Abobo sont souvent privés d’électricité pendant deux à trois jours consécutifs. Ce qui n’est pas sans conséquence sur la sécurité dans cette commune.

Les vastes travaux de construction et d’aménagement engagés par le ministère des Infrastructures économiques pourraient bien expliquer cette situation. En effet, le cours de ces travaux impose l’interruption de la distribution de l’eau et l’électricité dans certaines zones de la ville, ce qui n’est pas sans désagrément pour ces populations qui, généralement, sont préalablement averties par communiqués. Or, aucun communiqué officiel n’a été fait dans le cas présent.

Au demeurant, la CIE semble être la seule institution indiquée pour nous informer sur les coupures et différents délestages prévus.

Arsène Dally