Afriques
Sénégal /
13H37 - mardi 7 février 2012

Sénégal : colère et préparation de riposte
à la 3e candidature du président Wade

mardi 7 février 2012 - 13H37

La validation de la candidature du président Wade est diversement appréciée au sein des partis politiques sénégalais. Si la mouvance présidentielle est ravie de la décision du Conseil constitutionnel, les opposants, très en colère, préparent un plan de riposte.

 

manifestation d'opposants aux président Wade à Paris. DR

manifestation d'opposants aux président Wade à Paris. DR

Si la validation de la candidature du président Wade ne les a pas surpris, les opposants sénégalais de France sont outrés par la décision du Conseil constitutionnel. Pour eux, c’est une preuve de la soumission de cette haute instance judiciaire sénégalaises au régime libéral.

 

Une opposition révoltée par la décision de justice

« Nous sommes outrés par cette validation et l’invalidation des autres candidatures. Nous n’en sommes pas surpris parce qu’il y a eu des signes de partialité de la part du Conseil constitutionnel », soutient Doro Sy, porte-parole de la coordination PS de France.

Par signes, il entend « l’augmentation des salaires des magistrats, l’affectation de voitures et la bunkérisation des magistrats du Conseil constitutionnel » qui a déménagé du centre ville de Dakar aux Almadies où se trouvent leurs nouveaux locaux. Doro Sy exprime cette validation comme étant « sous le sceau de l’imposture ».

De son côté, la coordinatrice de l’Alliance des forces de progrès France (AFPF), Hélène Della Chaupin, estime que cette validation met le président Wade devant un grand dilemme. « En présentant sa candidature, il pensait que le Conseil constitutionnel allait l’invalider. Ce qui lui aurait permis de renoncer et donc de se défaire de son entourage qui le prend en otage », explique Hélène Della Chaupin. Puis, elle promet : « On occupera la rue pour demander son retrait ».

 

Campagne musclée en préparation

D’ailleurs l’opposition se prépare à organiser plusieurs manifestations pour protester contre la validation de la candidature de Wade. Depuis quelques jours, les opposants se réunissent pour définir un plan d’action.

Lors de ces réunions, il a été retenu de ne pas reconnaître les consuls et les ambassadeurs sénégalais nommés par le chef de l’Etat. Déjà les Sénégalais de Bordeaux ont manifesté le 2 février 2012 et ceux de Lyons le 1er février en occupant leurs consulats respectifs. A Marseille, les ressortissants sénégalais se préparent.

La seule note discordante vient de Sidy Fall du MSU France qui se plie à la décision du Conseil constitutionnel. Il déclare d’ailleurs qu’ « En tant qu’acteurs politiques, c’est à nous de nous battre pour renforcer nos institutions judiciaires. Qu’ont fait ceux qui contestent la candidature de Wade et remettent en cause l’indépendance du Conseil constitutionnel,  pour la séparation des pouvoirs, quand ils étaient aux affaires ? Quand Idrissa Seck était attaqué par le régime libéral, Macky Sall n’a pas osé prendre sa défense », argumente Sidy Fall pour justifier sa position.

Pour lui, l’opposition doit « changer les formes de luttes en se présentant aux élections pour éviter de tomber dans la manipulation du régime libéral, bien connu pour son savoir-faire en matière de magouilles et de combines ».

 

 

Les libéraux de France plaident en faveur de Wade

Abdoulaye Wade fêtera, le 29 mai prochain, ses 86 ans. DR

Abdoulaye Wade fêtera, le 29 mai prochain, ses 86 ans. DR

Loin de tout cela, les libéraux de France jubilent à l’annonce de la validation de la candidature du président Wade. « Nous ne sommes pas surpris. Nous savons que si le droit est respecté, la candidature du président Wade doit être validée. Et c’est le cas. Nous avons toujours dit qu’elle ne souffre d’aucune irrégularité. Les arguments que l’opposition a développés sont faux. », déclare Amadou Ciré Sall, secrétaire général de la Fédération libérale de France, incitant les Sénégalais à faire confiance à leurs institutions. Il appelle à l’apaisement et demande à l’opposition de « plutôt préparer les élections que d’appeler leurs militants à manifester ».

 

Même son de cloche du côté de la sénatrice, Hawa Kane, qui soutient qu’au Sénégal il n’y a pas d’opposants, mais « des gens qui pensent uniquement au pouvoir et à l’argent ». « Nous ne voulons pas de violence.Tout cela montre que l’opposition manque d’intégrité. Elle est incompétente et discréditée. Ce qui ne plaide nullement en sa faveur pour une victoire en 2012 ».

Pour la présidente des Femmes libérales de France, Athia Niang Aw, par ailleurs Vice-Consul, la décision du Conseil constitutionnel démontre que le Sénégal dispose « d’institutions fiables malgré les menaces et les pressions qui pèsent sur elles ». « Des candidats qui n’ont pas de programmes tentent l’intimidation » soutient Mme Athia Niang Aw . De plus, elle informe que sa fédération est en pleine campagne de proximité pour présenter le bilan de son candidat et dévoiler son programme aux Sénégalais de France.

Moustapha Barry