Edito
11H10 - jeudi 4 juillet 2024

Et si Marine Tondelier devenait Premier Ministre de la République française à l’issue des législatives ? L’édito de Michel Taube

 

Et si une étoile politique était née hier sur le plateau de BFMTV ?

En une heure de show télévisé, la représentante de la pseudo-coalition du pseudo Nouveau Front populaire, Marine Tondelier, a crevé l’écran dans le dernier round d’explications devant les Français des chefs de file des trois blocs qui font tanguer la vie politique nationale.

Marine Tondelier apporte de la fraîcheur et un ton direct. Elle ne perd jamais son aplomb et son enthousiasme face aux questions et contradictions des 3 journalistes.  Elle commence son intervention en regrettant la faible présence des femmes dans les débats entre les principaux candidats aux législatives, oubliant que c’est peut-être une femme qui sera la mieux placée pour accéder à la présidence en 2027… Marine Le Pen.

Marine Tondelier apparait comme bien différente des autres candidats que l’on voit défiler sur les plateaux de télévision à longueur de journée. L’extrême gauche a peut-être trouvé une nouvelle égérie pour échapper à l’étau suicidaire imposé par les Insoumis et leur chef Jean-Luc Mélenchon. Les discussions vont être serrées entre les chefs de partis de la gauche dans les prochains jours.

Est-ce parce qu’il flairait le piège d’une rivale tenace que Jordan Bardella a refusé la confrontation directe ?

Le problème de cette percée médiatique, c’est que l’image cache souvent la réalité. Marine Tondelier, malgré le vert de sa veste, est bien plus rouge que verte dans son idéologie. Elle est la championne de l’écologie pastèque : verte en surface, rouge gauchiste dans le fond !

La patronne des Verts est à la tête d’un parti gauchiste, anti nucléaire, à l’écologie punitive, profondément wokiste, dirigé par des bobos des centres-villes de métropoles. Les habitants des 11 grandes villes de France conquises par défaut par les Verts en 2020, de Strasbourg à Bordeaux, de Marseille à Lyon, en savent quelque chose.

Si Marine Tondelier se retrouvait demain Premier Ministre d’une cohabitation impossible avec des macronistes à la faculté infinie d’être des girouettes, la France irait droit dans le mur. Diva politico-médiatique ou non.

On n’en rappelle jamais la raison principale : pourquoi François Hollande a-t-îl fait perdre dix ans à la France dans le nucléaire ? Parce qu’il était prisonnier de sa majorité plurielle dans laquelle les Verts avaient posé leurs conditions. Voilà ce qui attend toute majorité arc-en-ciel qui rassemblerait des Républicains aux communistes, une politique impossible pour la France et surtout son économie.

Au fond, Tondelier est comme Macron, Attal et Bardella : des météores médiatiques qui voudraient nous faire prendre leur talent cathodique pour de la compétence politique ! Nous allons finir par croire qu’un gouvernement de techniciens serait plus salutaire pour la France que des adeptes de l’éloquence tapageuse ?

 

Michel Taube

Apocalypse Now. Le billet estival de Michel Taube

Pour beaucoup d’Américains, Donald Trump est comme un démiurge de l’Amérique, un dieu vivant. « Je devrais être mort » a lancé l’ancien et probable prochain président des Etats-Unis. « Un miracle ! » a sermonné…
Michel Taube