oNEhEALTH
02H13 - mercredi 19 octobre 2022

L’Assemblée nationale veut-elle enterrer la télémédecine et isoler un peu plus les déserts médicaux ? L’édito de Michel Taube et Serge Guérin

 

C’est une femme en colère : Ghislaine Alajouanine, « Madame Télémédecine » dénonce les amendements 555 et 902 au projet de loi de financement de la Sécurité Sociale adoptés en commission des affaires sociales proposant, entre autres, de dérembourser les consultations de télémédecine.

La Présidente de l’Académie Francophone de Télémédecine et eSanté n’est pas seule : à l’unisson des membres de cette compagnie de pionniers de la Télémédecine et de nombreuses Fédérations de Patients et Soignants comme la  Fédération Française des Diabétiques, Alliance du Cœur, le Collectif National des Associations d’Obèses CNAO, France AVC, HTAPFRANCE, rassemblés au sein d’un collectif de malades cardio-métaboliques, de même que par exemple la SFAR (Société Française d’Anesthésie et de Réanimation ( voir le lien du Communiqué signé par  et le professeur Karine Nouette Gaulain du CHU de Bordeaux https://sfar.org/telemedecine-une-avancee-societale-stoppee-par-un-enjeu-politique/, tous dénoncent ces amendements  qui n’ont pas de bon sens.

Le gouvernement avait déjà mis fin début septembre au remboursement à 100% décidé lors du premier confinement de la crise Covid (les téléconsultations ne sont plus remboursées qu’à 70% par la Sécurité sociale, les assurances complémentaires devant combler la différence).

Cette fois-ci, des députés LR et Insoumis se sont étrangement alliés pour proposer, de façon un peu perfide et anachronique, que ces actes soient désormais « réalisés par le biais d’une maison de santé pluridisciplinaire, d’une officine ou d’une collectivité ».

 

Bref pour téléconsulter un médecin, seule solution : allez voir un soignant ! Une façon d’enterrer la téléconsultation de son domicile.

Pourtant, des centaines de millions de personnes utilisent aujourd’hui la télémédecine et sont sauvés grâce à cette pratique médicale à distance qui aide au diagnostic comme on a pu le réaliser pendant la grave crise sanitaire du Covid 19. « La Télémédecine est devenue fondamentale » clamait à son point de Presse en Mars 2020 le Directeur de la Santé le Pr Jérôme Salomon !

Selon le Dr Jean-Francois Thébaut, membre de l’Académie Francophone de Télémédecine et eSanté, « franchement, obliger les patients à se déplacer pour bénéficier d’une téléconsultation à distance c’est pour le moins contre-intuitif et c’est un euphémisme ! Des millions de patients se trouveraient ainsi privés de l’accès aux soins dont ils bénéficient chaque mois. Cela nous remettrait en France plus de 13 ans en arrière avant la Loi HPST (Hôpital, Patient, Santé, Territoire) de 2009. »

Et de renchérir : « L’égalité d’accès aux soins nécessite impérativement cette technique moderne pour réaliser cet indispensable colloque singulier à distance. Ethiquement ce serait un recul insupportable et écologiquement destructeur eu égard aux milliers de litres d’essence consommés pour ces parcours. 

Selon Ghislaine Alajouanine, « dans de nombreuses situations, surtout dans les déserts médicaux, la seule solution pour empêcher des ruptures de parcours de soins, c’est la téléconsultation. Par ce vote, le législateur s’apprête à priver de soins des millions de patients, qui souffrent déjà de grandes difficultés lorsqu’ils ont besoin de soins rapides. »

Le Dr Stéphanie Rist, députée du Loiret et rapporteure du PLFSS, désapprouve cet amendement. Et de son côté le ministre délégué au Numérique Jean-Noël Barrot s’est aussi dit opposé à cet amendement : « en imposant la présence d’un professionnel de santé à côté du patient, les oppositions réunies veulent perpétuer les déserts médicaux et mettent en péril la santé des Français ».

A la veille de la discussion en séance publique du PLFSS (Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale), parions que la représentation nationale choisira le parti de la nuance et de l’intelligence au service de la santé de tous.

 

Michel Taube et Serge Guérin

Directeur de la publication

Regenlife, la Licorne Alzheimer de demain ?

Article paru le 26 août 2022 Le vieillissement est notre nouvelle frontière ! Bien vieillir, une exigence. Parmi les défis titanesques que l’humanité essaie de relever, la maladie d’Alzheimer est devenue presque…
Michel Taube