oNEhEALTH
11H22 - dimanche 28 août 2022
France

Regenlife, la Licorne Alzheimer de demain ?

 

Article paru le 26 août 2022

Le vieillissement est notre nouvelle frontière ! Bien vieillir, une exigence. Parmi les défis titanesques que l’humanité essaie de relever, la maladie d’Alzheimer est devenue presque un totem, le symbole de ces maladies du vieillissement que même la recherche médicale et le génie humain tardent à dompter.

Et pourtant… Pourtant, les chercheurs les plus pointus confessent leur intuition qu’ils ne sont pas loin d’un basculement. Face à une impasse thérapeutique car aucune molécule chimique n’a prouvé son efficacité contre Alzheimer, il fallait penser et chercher autrement.

De même que l’ARN-messager a permis à l’humanité d’endiguer à une vitesse aussi vertigineuse que salvatrice l’épidémie mondiale de la Covid-19, de même une révolution est-elle peut-être en train de se tramer avec Alzheimer.

Une révolution copernicienne ou plutôt spinozienne ?

Claude Kermin, Caroline Thibier, Guillaume Blivet et Guillaume Moreau, fondateurs de la société REGENLIFE, une Med-tech spécialisée dans la neurologie, rejoints rapidement par Jean-Michel Renck, président de la holding financière, et Jacques Touchon, directeur des affaires médicales et président du conseil scientifique, une des sommités dans la lutte contre Alzheimer, ont appliqué un précepte très américain : « think out of the box ».

Jacques Touchon, ancien Directeur du Département de Neurologie du CHU de Montpellier​ et Président Fondateur du CTAD (Congrès de référence au niveau international concernant les essais thérapeutiques dans la maladie d’Alzheimer)​ dont la prochaine édition aura lieu à San Francisco du 29 novembre au 2 décembre 2022, nous confie : « Notre idée a été d’exploiter les interdépendances inouïes [c’est là qu’est leur démarche spinozienne, NDLR] que les organes mais aussi les attributs du vivant entretiennent entre eux. Nous avons eu une double démarche : explorer les effets combinés des diodes infrarouges avec le laser et un champ magnétique sur le corps humain et explorer les interactions entre le cerveau et l’intestin : les modifications du microbiote intestinal (dysbiose) pourraient en effet avoir des conséquences délétères sur le fonctionnement cérébral.

Comment adresser de la lumière dans le cerveau et dans l’intestin ? En posant un casque sur le crâne et un plastron sur l’abdomen formés de sous unités qui vont envoyer une combinaison photonique dans le cortex et dans l’intestin.

Et Jacques Touchon d’ajouter : « avec ce procédé, les photons rentrent dans la cellule, agissent au niveau des mitochondries qui dysfonctionnent dans toutes les maladies dégénératives (Parkinson, Alzheimer…). Les mitochondries sont un peu l’usine de la cellule. Les infrarouges ont pour effet d’améliorer le fonctionnement de ces mitochondries en agissant sur un récepteur à la lumière, offrant ainsi une sorte de deuxième jeunesse aux cellules. Cette thérapie par les photons aurait un effet anti oxydant, anti-inflammatoire et anti-apoptotique sur les neurones du cerveau et pourrait retarder ou arrêter leur dégénérescence qui est la conséquence de la maladie d’Alzheimer. En agissant sur l’intestin, on pourrait normaliser le microbiote et diminuer ou stopper la neuro-inflammation cérébrale que la dysbiose avait induite.

En l’état de leur recherche, une amélioration de la cognition a été constatée sur des souris « Alzheimer ». La neuro inflammation au niveau du système nerveux du cerveau a été, après application du système REGENLIFE, normalisée sur les souris.

Après une étude clinique en double aveugle effectuée en 2020 à Montpellier sur l’homme, mais entravée par les premiers confinements de l’épidémie de la Covid-19 (très peu d’effets secondaires et un début de démonstration d’efficacité avec une très bonne observance et tolérance ont déjà été constatés), une étude pivot aura lieu en 2023 dans un établissement hospitalier de région occitane sur des malades d’Alzheimer de modéré à sévère et sur un plus grand nombre de patients.

Concernant les espoirs que suscite déjà cette thérapie par les photons, Patrice Cristofini, le CEO de Regenlife, médecin lui aussi et expert dans les questions de santé, nous confie : « nous explorons les voies d’une médecine non médicamenteuse innovante. Notre méthodologie de traitement de maladies avec la lumière, notamment l’infrarouge, ouvre des perspectives nouvelles à la médecine de demain : par exemple, contre les commotions cérébrales aigues, comme les traumatismes du sportif où des risques de démence précoce sont parfois constatés, il n’existe pas de traitement. Une étude pilote va débuter au cours du dernier trimestre à l’Assistance publique. »

REGENLIFE sera-t-elle à Alzheimer ce que le Professeur Alim-Louis Benabid est au traitement de la maladie de Parkinson avec sa découverte de la stimulation cérébrale profonde (DBS) et de ses effets sur les symptômes parkinsoniens ?

Compte tenu des travaux déjà effectués et des brevets internationaux déjà déposés, REGENLIFE a un potentiel de développement considérable : une pépite française qui nous fait entrer dans le monde d’après.

 

Michel Taube

 

La société REGENLIFE est nominée aux Trophées SilverEco 2022, rendez-vous de tous les acteurs de la silver économie, dans la catégorie Innovations – Nouvelles Technolologies.  Pour soutenir son projet, votez pour ‘Regenlife – LIGHT4LIFE’ sur https://www.silvereco.org/festival/fr/nomines-2022/regenlife/

 

Directeur de la publication