Monde
21H53 - samedi 22 mai 2021

Eric Gozlan : Lettre à mon ami palestinien de Gaza

 

Cher Ami,

Enfin un cessez-le feu a vu le jour dans la nuit du 20 au 21 mai après 11 jours de combat où malheureusement trop de personnes sont mortes.

Encore une fois des parents vont pleurer leurs enfants ; des fils et des filles vont pleurer leurs parents ; des hommes et des femmes vont pleurer l’être aimé.

Je suis triste car une vie perdue, qu’elle soit Palestinienne ou Israélienne, est une tragédie. On ne doit jamais oublier que dans le Coran il est écrit « Qui tue un être humain a tué toute l’humanité » (Coran 5/32) et l’Ancien testament nous ordonne dans l’Exode 20-13 « Tu ne tueras point. »

Cher Ami, je suis ton frère dans l’humanité et c’est à ce titre que je me permets de te donner des idées afin que la bande de Gaza devienne un havre de paix où tes enfants pourront concevoir un véritable avenir.

Depuis trop longtemps, je sais que tu vis dans la pauvreté. Ton salaire moyen est de 135 dollars par mois, c’est peu, et tu aurais raison de te révolter surtout quand tu liras l’étude de Forbes qui a calculé que le Hamas a un fonds de roulement d’un milliard de dollars par an.

L’Autorité Palestinienne, qui siège à Ramallah, et les gouvernants de Gaza reçoivent des centaines de millions par an et toi, simple citoyen, on ne te distribue que des miettes.

Cher Ami, le jour où enfin il y aura des élections démocratiques à Gaza, j’espère que tu demanderas aux différents candidats où est passé cet argent.

Tu sais, j’ai la chance de voyager dans certains pays arabes et tu ne peux imaginer combien le luxe y est présent. Il est vrai qu’ils parlent de toi, qu’ils te plaignent mais lorsqu’il faut mettre la main au portefeuille, c’est une autre histoire. En 2019, ils ont donné à tes dirigeants 229 millions de dollars. Voyant que tes gouvernants oubliaient de partager cette manne, ils ont réduit leur aide en 2020 à 38 millions de dollars.

Dans le même temps, Israël, considéré comme le Satan par tes dirigeants, te fournit de l’électricité, de l’eau et a envoyé plus de 140 000 camions de marchandises vers Gaza.

2020 a été une année difficile avec la Covid. Je ne sais pas si tu peux regarder les télévisions américaines et européennes mais elles ne parlaient que de cela. Le conflit du Proche-Orient ne faisait plus la une. Le monde t’avait oublié. Il y eu aussi les accords d’Abraham. Tu te rends compte qu’enfin des pays arabes et Israël ont signé la paix. Tout de suite après ces accords, on a pu voir de nombreux échanges économiques, des milliers d’Israéliens ont visité les pays du Golfe et tu pouvais voir à Tel-Aviv ou à Jérusalem beaucoup de touristes du Golfe. Cela donnait l’impression que la paix régnait depuis toujours.

Alors oui, entre la Covid et les Accords d’Abraham, tu as été oublié. J’aurai tant aimé voir tes dirigeants à la Maison Blanche signer aussi un accord.

Mon Ami, je veux que tu sois libre, je veux que tu sois heureux et qu’on puisse discuter ensemble sur le futur. Pour y arriver, tes dirigeants doivent enfin avoir du courage. Ils doivent reconnaitre Israël car, tu le sais comme moi, Israël ne sera jamais détruit.

Je sais que la paix se construit à deux. Je sais que toi, homme du peuple, aspire à cela mais penses-tu vraiment qu’un pays puisse accepter que 4 630 roquettes soient lancées vers son territoire ?

Ces mêmes roquettes ont aussi tué tes enfants. Tes dirigeants ne t’ont peut-être pas dit que 630 de ces bombes sont tombées sur ton territoire.

Je connais les Israéliens et je sais que ce peuple n’aime pas la guerre. D’ailleurs Golda Meïr, qui était Premier Ministre, a un jour déclaré aux pays arabes : « Ce que je vous reproche, vous serez étonnés de l’apprendre, ce n’est pas tant de tuer nos propres enfants, mais c’est de nous forcer à tuer les vôtres. »

Tu le sais peut-être mais les Israéliens et toi avez des ennemis communs. Ces ennemis ont un nom : l’extrémisme. Chez les Israéliens, il y a l’extrême droite qui se revendique du rabbin Kahana et chez toi il y a le Hamas et le Djihad Islamique. Ces ennemis se servent de toi pour assouvir leur haine. Comme beaucoup d’Israéliens combattent l’extrême droite, tu dois aussi combattre le Hamas et le Djihad islamique. Tu verras que s’il se rendent compte que la majorité veut la paix alors, comme de bons politiciens, ils devront changer de discours ou partir.

Mon Ami, si tu arrives à convaincre tes dirigeants de parler avec les Israéliens, explique-leur que cela ne sert à rien de passer par des personnes intermédiaires. Dis-leur de parler directement avec les Israéliens.

Après que les dirigeants israéliens et palestiniens auront parlé ensemble, ils pourront inviter d’autres chefs de gouvernement qui financeront des projets communs.

Mon Ami, je sais que la route sera difficile et longue pour arriver à cette paix tant désirée mais tu devrais copier les groupes israéliens qui travaillent pour la paix. Malheureusement les mêmes groupes n’existent pas chez toi.

Si certains lisent cette lettre, ils diront sûrement que notre échange est utopiste, que nous sommes des rêveurs. Ne les écoute pas car l’histoire montre qu’ils se trompent. Combien de pays se sont battus et sont devenus après les meilleurs amis. Pense plutôt au Français Édouard Herriot qui écrivait qu’« une utopie est une réalité en puissance ».

Shalom, Salam !

 

 

Eric Gozlan

Co-Directeur International Council for Diplomacy and Dialogue

www.icdd.info

 

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

 

Et la censure créa le cinéma iranien

Sousan Taslimi
Article publié le 22 mars 2014 à 15h36   Y a-t-il une vision féminine de l’Iran que traduirait le cinéma florissant des femmes iraniennes ? Chaque film est un regard sur une histoire,…

Michel Taube dans Les informés de France Info

La « Marche pour les libertés » pour lutter contre l’extrême-droite, le point sur la campagne des régionales, le sommet du G7, pollution en Corse, élections législatives en Algérie, géopolitique et Euro 2020…
Michel Taube

Lettre aux Talibans

Cette lettre est écrite par un groupe de femmes afghanes aux origines diverses, issues de la génération actuelle de l’Afghanistan, des femmes d’une vingtaine d’années qui n’ont pas connu ce qu’était la…

L’hymne à la joie de la gastronomie

Ils ont des étoiles plein leurs assiettes et nous en mettent plein les sens. La gastronomie nous manque, il semblerait que l’on ait aussi manqué aux chefs. Lors du dernier confinement, trois…