Monde
09H53 - lundi 2 novembre 2020

Non, les commerçants ne sont pas « non-essentiels » ! Le coup de colère de Francis Palombi

 

Francis PALOMBI, Président de la Confédération des commerçants de France (CDF), le clame haut et fort pour les centaines de milliers de petits commerçants qu’il représente. Après l’annonce du Président de la République, confirmée par le premier ministre Jean Castex dimanche 1er novembre au soir sur TF1, les commerçants sont abasourdis et en colère font face à la fermeture des commerces soi-disant « non essentiels ». Tribune.

La Confédération des Commerçants de France (CDF) s’alarme des nouvelles annonces de fermetures des commerces « non essentiels » depuis le 30 novembre 2020, alors qu’on doit considérer la fin d’année comme une période clé pour l’ensemble des commerces, peu importe leur activité. 

Il n’est pas normal que le Président de la République fasse le choix de fermer les commerces de proximité mais décide de laisser ouverts tous les rayons des grandes surfaces, alors que d’autres pays comme l’Allemagne et l’Espagne ont fait le choix contraire. C’est une véritable concurrence déséquilibrée entre les différentes formes de commerce qui se créé et qui est injustifiée.

Le report de la consommation vers les grandes surfaces et les grands acteurs numériques risque d’être fatal pour nos centres-villes, et ce d’autant plus, que ceux-ci n’hésitent pas à faire des promotions fracassantes, sans vergogne et sans aucune solidarité avec le commerce indépendant qui souffre.

C’est la raison pour laquelle nous demandons qu’un fonds de solidarité complémentaire, à destination des commerçants de proximité les plus impactés, soit mis en place par ces grands groupes qui bénéficieront, encore une fois de plus, de cette crise pour réaliser un chiffre d’affaires complémentaire exceptionnel.

Il est nécessaire que le Gouvernement précise les règles immédiatement applicables pour le Click and collect, avec des attestations de sortie prévoyant cette possibilité d’achat, qui constituera une bouffée d’air temporaire.

Des aides urgentes doivent être prises par le Gouvernement et très rapidement appliquées sur : les loyers, les exonérations de charges sociales, le renforcement et la généralisation du fonds de solidarité, une grande simplicité avec un numéro unique et une campagne médiatique promue par l’Etat, comme cela s’est déjà fait pour inciter les consommateurs à acheter dans leurs centres-villes, avec la mise en place d’une Semaine du Commerce. 

Il est urgent que certains secteurs soient considérés comme des biens essentiels, en raison de la période de fin d’année, sans attendre éventuellement deux semaines : jouets (60 % du chiffre d’affaires réalisé en fin d’année), maroquinerie (40 %), librairies (prix littéraires) … Ces secteurs ne peuvent pas se permettre de fermer en raison du report des ventes qui s’opéreront chez les acteurs pouvant rester ouverts ou vendre en ligne.

Enfin, la CDF et ses fédérations demandent aux consommateurs d’attendre la réouverture des commerces de proximité pour leurs achats de Noël. Il en va de la survie de nos commerces !

 

Francis Palombi

Président de de la Confédération des Commerçants de France

Directeur de la publication

Covid en Israël : une loupiote au bout du tunnel

Après des restrictions sévères, depuis l’instauration d’une quatorzaine obligatoire à l’entrée sur le territoire, jusqu’à la fermeture hermétique (quasiment) de l’espace aérien depuis le 26 janvier – les vols internationaux devraient reprendre le…
Catherine Fuhg

Le Général Dumas au cœur de la bataille identitaire

« Enfin, te voilà Alexandre ! » Sur la place du Panthéon, le samedi 30 novembre 2002, Alain Decaux, Président de la société des amis d’Alexandre Dumas, commence ainsi son discours. Presque 20 ans après…

La démocratie birmane à nouveau dans la tourmente

Dix ans seulement après le lancement de réformes et d’un semblant de démocratie, le Myanmar (ancienne Birmanie) renoue avec le totalitarisme, récurrent dans le pays depuis son indépendance en 1948. Ce matin,…
Catherine Fuhg

Le Voyage de Cilka ou l’histoire d’une maudite bénédiction

_______________________________________________________________________________________ C’est à Auschwitz Birkenau, en devenant l’objet de l’Obersturmführer Schwarzhuber qui la distingue entre toutes, que Cecilia Klein dite Cilka, Juive slovaque de seize ans à peine, prend conscience de sa…
Catherine Fuhg

Châlits d’Auschwitz, lits de torture

Le lit évoque le repos, la détente et la paix. L’amour et l’intimité. On rêve de s’y réfugier à la fin d’une rude journée. D’y inviter celle, ou celui, objet de tous…
Catherine Fuhg