Paris Monde
04H19 - jeudi 17 septembre 2020

Les Poulettes Batignolles. La chronique d’Adrien de Reilhac

 

Opinion Internationale lance le 3 octobre 2020 une édition LIFE STYLE tous les week-end. Les valeurs de liberté, de diversité, de respect (eh oui, aussi) se jouent et se transmettent dans notre vie quotidienne autant que dans l’actualité politique déjà couverte par le média des décideurs engagés.

A partir du 3 octobre, chaque week-end, nous parlerons des valeurs et de la vision des femmes et des hommes dont la passion est l’art de vivre, les plaisirs (avec modération, toujours) et les loisirs : conso, sport, tourisme, bien-être, TV, culture, gastronomie seront à la une d’Opinion Internationale.

Les valeurs de la table et les bonnes adresses y tiendront une place centrale. Anticipation de la rubrique avec une première chronique gastronomique d’Adrien de Reilhac.

 

Nichées dans le 17ème arrondissement de Paris, les Poulettes Batignolles nous attachent, nous enserrent et nous câlinent durant tout le temps de notre repas. Ce restaurant sobre, à la devanture sombre et contrastant joliment avec son environnement, épousé sur le flanc par son adresse sœur, le bar à vin Poussin, est une petite merveille qu’il convient de ne pas négliger.

D’abord, la douceur du service ; aimable, gentil et souriant, si bien qu’en ces temps d’épidémie, l’on pouvait tout de même voir l’éclat de bienveillance et de fierté de nos hôtes à travers leurs masques. La carte papier, la même qu’affichée sur le site internet, est complétée d’une ardoise de suggestions du jour ; une agréable surprise, pour celui ou celle qui pensait s’être déjà fait une idée de son choix et qui savoure à nouveau un instant de balancement gourmet avant de formuler une sentence définitive.

Puis, bien sûr, la cuisine. En entrée, un thon rouge de Saint-Jean de Luz, accompagné d’une glace à la moutarde, d’un condiment de poivron, et de pimientos. Un très beau plat, gouleyant, des saveurs franches ; la douce amertume du poivron et son accord parfait à la texture moelleuse et grasse du thon rouge, comme un lit de rondeur que la glace, par son froid et sa légère astringence en fin de bouche, vient gentiment troubler. En face de moi, des couteaux et poulpes à la plancha en persillade et jus poivre/gingembre. Une justesse de cuisson, d’assaisonnement ; un énoncé simple, peu d’éléments différents dans l’assiettes, mais une belle entrée, gourmande et régressive. On se sent bien, et l’on attend les plats. Arrive alors ma Pluma ibérique en milanaise, croustillante et parfaitement fondante (la crainte que la jutosité de cette si belle viande ne vienne désagréger la panure est tout de suite dissipée, encore une preuve de la maitrise des cuissons). La purée de pommes de terre qui l’accompagne est si aérée et évanescente qu’elle se dissipe très vite en une délicieuse longueur en bouche d’un goût terreux et gras, renforcée par les quelques radis cuits et les broccolini. Le tout est lié d’un jus de viande à la sapidité diabolique. En face, un lieu jaune impeccablement cuit, une crème de maïs suave et tiède, que viennent par-ci par-là troubler de remarquables croquettes de soubressade, relevées et craquantes. On apprécie de surcroît l’équilibre entre viande et garniture, il y a du vert, des légumes, et ça fait du bien, d’autant que les cuissons, je n’aurais de cesse de le répéter, sont absolument parfaites. Enfin le dessert. Une tarte aux poires, noix de pécan et sirop d’érable ; une pure orgie de gourmandise, très justement rafraichie par certains morceaux de poires crues non épluchées, dont l’âcreté rejoint la saveur poussiéreuse de la noix de pécan, avant d’être comme emprisonnée par le voile sucré et fumé de la sauce moussante au sirop d’érable.

Finalement, les Poulettes Batignolles sont l’incarnation de ce que devrait être un bistrot moderne : un restaurant convivial, mené par des gens passionnés, proposant une cuisine travaillée et réfléchie sans pour autant en oublier la gourmandise. Par conséquent, si vous cherchez une jolie adresse pour vous régaler brillamment un soir ou un midi, sans pour autant devoir hypothéquer votre maison ou devoir renoncer à votre joie de vivre dans un endroit guindé, courez-y ! On sort heureux et rassasié de ces sympathiques et attachantes Poulettes.

 

Adrien de Reilhac

 

LaFourchette.com

Les Poulettes Batignolles

Catégorie : Bistronomique      Note :  8.5/10

10 Rue de Cheroy, 75017 Paris, Metro : Rome

Entrée : 15/25 euros / Plat : 25/40 euros / Dessert : 10/15 euros   

 

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

 

Villejuif sous la coupe d’un système mafieux ?

Voilà seulement quelques mois que les urnes municipales, largement tronquées par un taux de participation biaisé par la crise du coronavirus (sauf, comme par hasard, dans les quartiers populaires de quelques communes…