Paris Monde
France /
20H04 - vendredi 29 mai 2015

Le Japon croque Paris

vendredi 29 mai 2015 - 20H04

Dans son troisième et dernier opus sur Paris intitulé Paris, toujours ! publié en mai 2014 aux éditions Philippe Picquier, le mangaka japonais (créateur de manga) J.P Nishi alias Taku Nishimura croque Paris et nous fait rire. Il a publié A nous deux Paris (2012) et Paris, le retour ! (2013).

Le dessinateur décide de venir à Paris en 2005 car il s’intéresse tout particulièrement à la bande dessinée franco-belge. A défaut de pouvoir travailler avec des dessinateurs français, il trouve un emploi de magasinier dans une épicerie japonaise à Paris et ne parle pas français ce qui ne l’empêche pas de mettre en image ses aventures. Il aborde ses difficultés à parler et à comprendre le français, la fascination des Français pour la Japan expo ou encore le décalage entre le Paris touristique fantasmé et la réalité. Il débute ainsi le récit de ses aventures, trouver un logement, se faire des amis et vivre dans la capitale. C’est avec beaucoup d’ironie que l’auteur dépeint les Parisiens et leurs habitudes de vie mais aussi les Marseillais. En effet, après de nombreuses épopées parisiennes, l’auteur passe quelques jours à Marseille. S’il excelle dans l’art de pointer du doigt les clichés parisiens, il essaie de nous faire découvrir le Japon et nous rappelle que le Japon n’a rien à voir avec la Chine.

 

9782809709988

La vie parisienne vue du Japon

Les remarques sur la société parisienne du mangaka s’avèrent précises et s’intègrent parfaitement dans un quotidien qui nous échappe. Dans son premier chapitre «  La vie parisienne », l’auteur s’amuse de «  la société des codes secrets ». Codes d’entrée des immeubles, codes de carte bleue, codes de téléphone portable, nombres de codes demeurent dangereusement protégés par les Parisiens qui cherchent à protéger leurs vies privées. Toutefois le dessinateur reste déconcerté par les amoureux qui s’embrassent en public ou encore les clients d’un bar qui jettent leurs mégots par terre. Il passe la société au crible et s’étonne de la normalisation de la pauvreté à Paris où les sans abris semblent faire partie du décor.

Au-delà des curiosités de la ville, le dessinateur tombe sous le charme des atouts touristiques de Paris. Montmartre et la basilique du Sacré-Cœur ainsi que les produits variés du marché aux puces ravissent le japonais mais ne lui retirent pas son sens de la critique et de l’ironie.

Japonais parisiens ou Parisiens japonais ?

Travaillant dans un commerce japonais à Paris, l’auteur côtoie au quotidien des collègues nippons ou parisiens à l’image de la clientèle. Il découvre ainsi l’intérêt des parisiens pour le pays du Soleil-Levant, qu’il s’agisse d’alimentation ou de culture mais aussi parfois le manque d’intérêt de certains japonais pour le Japon. Toutefois en dépit de l’appétit des uns et des autres pour leurs cultures respectives, les us et coutumes de chacun divergent.

Pour les ceux qui lisent le japonais, Jean-Paul Nishi tient un blog. Il publie de temps en temps des vignettes en français.

Journaliste

Retour sur le dernier Conseil de Paris avant l’été…

C’est un Conseil de Paris très long (deux jours et demi), technique, chaud (canicule oblige…) qu’ont vécu les Conseillers de Paris, le dernier de cette première année sous la magistrature d’Anne Hidalgo.
Stéphanie Petit

Solidays 2015 : le festival militant

Lutter contre le Sida et rappeler que la maladie est toujours présente demeurent les messages incontournables de la Dix-septième édition de Solidays qui s'ouvre le vendredi 26 juin 2015 à l'Hippodrome de Longchamp à Paris. Avec, comme...
Stéphanie Petit

Fête de la musique 2015 : tour d’horizon francilien

Dès dimanche après midi, Paris entend bien célébrer la Fête de la musique comme il se doit. La 34ème édition française de cette Journée internationale est placée sous la formule du « vivre ensemble la musique » par la ministre...
Stéphanie Petit