Le Fil

16h10 - 23 avril 2017

Le Pen serait au second tour selon les premières estimations sorties des urnes.

Exclusif Opinion Internationale : première sortie des urnes, réalisée à 12h:
Macron 24%
Le Pen 22%
Fillon 20,5%
Mélenchon 18%

Plus encore que le respect de règles électorales parfois dépassées et qui interdisent de publier tout résultat ou tout sondage avant 20h, et quand bien même nous serions sceptiques sur leurs prévisions, lorsque l’honneur de la France est en jeu, il faut informer.

Or les premières études d’opinion montrent que Le Pen serait qualifiée pour le second tour de la Présidentielle. Il est encore temps de faire un choix plus sérieux, plus digne, plus utile.

Allons voter en masse pour dire Non à Le Pen au 2e tour.

Michel Taube
Fondateur d’Opinion Internationale

6h39 - 8 mars 2017

Le FN, danger pour la démocratie pour une majorité de Français

Un tiers de personnes interrogées déclarent approuver les idées défendues par le Front national (FN) mais le parti de Marine Le Pen continue de susciter la défiance d’une majorité de Français, selon un sondage Kantar Sofres-OnePoint. D’après cette étude réalisée pour Le Monde et franceinfo à moins de deux mois du premier tour de la présidentielle, près de six sondés sur dix (58 %) voient la formation d’extrême droite comme un danger pour la démocratie. Ce sondage montre une légère dégradation de l’image du parti extrémiste.

Le sondage : http://fr.kantar.com/opinion-publique/politique/2017/barometre-2017-d-image-du-front-national/

9h15 - 3 février 2017

Marine Le Pen, toujours clairement ancrée à l’extrême droite selon les Français

Selon un sondage Yougov, plus de 8 Français sur 10 placent Marine Le Pen à droite sur l’échiquier politique (83% dont 73% la plaçant à l’extrême droite). Dans le détail, l’ensemble des franges de l’opinion positionne Marine Le Pen à droite : 92% des sympathisants Les Républicains, 89% des sympathisants PS, EE-LV, 81% des sympathisants d’Extrême gauche et du Centre et 80% des Frontistes. Notons que les sympathisants du Front National, parti de Marine Le Pen, sont les plus nombreux à placer Marine Le Pen « ni de droite, ni de gauche » (15% pour seulement 2% des sympathisants du parti Les Républicains, 3% des sympathisants PS, EE-LV et du centre et 5% des sympathisants de l’Extrême gauche).

lire le sondage : https://fr.yougov.com/news/2017/02/02/marine-le-pen-toujours-clairement-ancree-lextreme-/

8h49 - 3 février 2017

La tension monte entre Washington et Téhéran

La tension entre l’Iran et les Etats-Unis, déjà vive depuis l’arrivée de Donald Trump, est encore montée d’un cran jeudi: Téhéran a dénoncé comme « provocatrices » les mises en garde américaines sur son rôle « déstabilisateur » au Moyen-Orient.

Dans un tweet matinal dont il est coutumier, M. Trump a renchéri jeudi: « L’Iran a été formellement MIS EN GARDE pour avoir tiré un missile balistique. Il devrait remercier l’accord désastreux que les Etats-Unis ont conclu avec lui! ».

Le président américain fait référence à l’accord nucléaire conclu en 2015 entre Téhéran et six grandes puissances, qui a permis la levée d’une grande partie des sanctions internationales frappant l’Iran en échange de la limitation du programme nucléaire iranien.

7h45 - 3 février 2017

Popularité : Hamon en forte hausse, Fillon en recul

Benoît Hamon en forte hausse (+15 points) rejoint Emmanuel Macron (+1) en tête du classement des personnalités politiques et François Fillon perd du terrain, selon un sondage Yougov diffusé jeudi.

Avec 28% d’opinions positives, le vainqueur de la primaire organisée par le PS est au coude à coude avec Emmanuel Macron (28%). Ils devancent Jean-Luc Mélenchon (+3) et Marine Le Pen (+2) tous les deux à 26%, selon cette enquête pour le Huffington Post.

A droite, François Fillon (18%), empêtré dans les révélations sur les emplois présumés fictifs de sa femme, recule de 3 points à 18%, devant Alain Juppé qui en perd 4 à 17%.

5h49 - 3 février 2017

Sommet européen à Malte sur le défi migratoire

Les dirigeants européens vont tenter d’afficher leur unité vendredi à Malte pour faire face au défi migratoire, mais aussi de fixer un cap à l’Union, ébranlée par le Brexit et l’arrivée de la nouvelle administration Trump.

Malte, petit Etat insulaire au coeur de la Méditerranée, qui assure la présidence semestrielle tournante de l’UE, a tiré la sonnette d’alarme: le printemps pourrait être synonyme de nouvelle crise migratoire.

Dix mois après la quasi fermeture de la route migratoire passant par la mer Egée, un nombre record de traversées a été enregistré via la Méditerranée centrale: plus de 181.000 tentatives en 2016, dont 90% partis de Libye. Record de morts en mer aussi: plus de 4.500 l’an passé, selon l’Organisation internationale des migrations (OIM).
Au déjeuner, les 28 chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE s’entretiendront des défis engendrés par la nouvelle donne géopolitique, en particulier des débuts tonitruants de Donald Trump. Face au protectionnisme prôné outre-Atlantique, quel rôle doit endosser l’UE dans l’ordre mondial?

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a vivement pris à parti Washington en début de semaine, qualifiant d' »inquiétantes » les premières décisions prises et une nouvelle administration qui remet en cause, à ses yeux, sept décennies de politique étrangère américaine.

12h12 - 2 février 2017

Contrôles maintenus dans l’espace Schengen

Les Etats membres de l’Union européenne ont décidé de prolonger de trois mois supplémentaires, jusqu’à mi-mai, les contrôles aux frontières à l’intérieur de l’espace Schengen de libre circulation.

Avec l’afflux de migrants en Europe à partir de 2015, l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la Suède et la Norvège, qui ne fait pas partie de l’UE mais est dans l’espace Schengen, ont commencé à instaurer des contrôles aux frontières en septembre 2015.

9h12 - 2 février 2017

Combats meurtriers en Ukraine, l’OTAN somme Moscou

Au moins six personnes ont été tuées mercredi sur la ligne de front dans l’est de l’Ukraine, au quatrième jour de combats entre soldats ukrainiens et rebelles prorusses, l’Otan sommant Moscou d’user de son influence pour rétablir le calme. Ces combats sont les plus violents depuis l’investiture du président américain Donald Trump, qui prône un rapprochement avec la Russie, accusée par Kiev et l’Union européenne de soutenir les séparatistes malgré ses dénégations.

8h11 - 2 février 2017

Marine Le Pen refuse de rembourser 300 000 euros au Parlement européen

Marine Le Pen a annoncé qu’elle ne rembourserait pas près de 300.000 euros que le Parlement européen lui réclame pour avoir rémunéré comme assistante parlementaire Catherine Griset à une époque où celle-ci était la secrétaire, puis la chef de cabinet de la dirigeante du Front national.

La présidente du groupe Europe des nations et des libertés a déposé une plainte auprès du parquet de Bruxelles pour « faux intellectuel » visant la directrice de l’Office européen de lutte antifraude et le secrétaire général du Parlement européen, Klaus Welle, au sujet de l’enquête sur des soupçons de fraude relative à l’emploi d’assistants parlementaires du FN au Parlement européen.

Faute de s’être acquittée de la somme réclamée, la candidate à la présidentielle pourrait se voir retirer la moitié de son salaire et de ses indemnités journalières, ainsi que tous ses frais généraux.

7h10 - 2 février 2017

Fillon aurait touché 200 000 euros du groupe Ricol Lasteyrie

L’ex-premier ministre François Fillon aurait touché 200.000 euros en quatre ans du groupe Ricol Lasteyrie qu’il aurait conseillé via sa société 2F Conseil, rapportent mercredi Le Monde et Mediapart, qui pointent un possible conflit d’intérêts.

Le candidat de la droite à l’élection présidentielle serait depuis 2012 le « senior advisor » pour ce groupe qui conseille de nombreuses sociétés du CAC 40. L’un des fondateurs du groupe, René Ricol, a occupé le poste de commissaire général à l’investissement de 2010 à 2012 sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy et côtoyé à ce titre François Fillon.