Le Fil

9h12 - 18 novembre 2019

Niger : Arrestation et emprisonnement de Hama Amadou

Hama Amadou, principal opposant au pouvoir de Mahamadou Issoufou au Niger, de retour à Niamey depuis jeudi 14 novembre pour rendre hommage à sa mère décédée recemment, vient d’être arrêté tôt ce matin à son domicile et déféré à la prison de Fillingué.

Cette arrestation, si elle s’inscrit dans le cadre des poursuites diligentées contre Hama Amadou pour trafic de bébés, a de quoi surprendre alors que, hier, la Première Dame du Niger s’était rendue à son domicile pour lui présenter ses condoléances et que le chef de l’Etat lui-même lui a téléphoné à son adversaire politique. 

Hama Amadou est revenu, après trois ans d’exil, et à deux ans de l’élection présidentielle de 2021, scrutin dont il fait figure de favori. 

Claudie Holzach

12h05 - 18 octobre 2019

Soulèvement au Liban : Opinion Internationale déclenche une édition spéciale « Au coeur de l’actualité »

D’importants soulèvements au Liban depuis 24 heures suscitent la mobilisation de la diaspora libanaise partout dans le monde. Suivez l’édition spéciale Liban coordonnée par Sofia Farhat à la une d’Opinion Internationale.

12h10 - 26 septembre 2019

Jacques Chirac est décédé

Président de la République française de 1995 à 2007, Jacques Chirac est décédé. Opinion Internationale adresse ses condoléances à sa famille et rappelle que le président avait fait inscrire l’abolition de la peine de mort dans la Constitution de la Vème République en février 2007. C’était l’un de ses derniers actes de chef de l’Etat.

 

14h42 - 27 juin 2019

Tunisie : Le président tunisien Béji Caïd Essebsi hospitalisé dans un état préoccupant

D’après RFI, le Président de la République tunisienne Béji Caïd Essebsi, âgé de 92 ans, a fait un grave malaise et est actuellement hospitalisé. Selon d’autres sources, son état de santé serait préoccupant.

13h48 - 27 juin 2019

Tunis : Un double attentat-suicide vise la police

La voiture visée par un kamikaze sur l’avenue Bourguiba à Tunis, le 27 juin 2019 – AFP / Fethi Belaid

27 juin 2019 : Tunis est frappé par deux attentats-suicide. Le premier a été commis à 10h45 à l’encontre d’une voiture de police sur l’avenue Bourguiba, artère principale de la capitale tunisienne, blessant cinq personnes. 

Le second a eu pour cible une caserne de la Garde nationale et à blessé quatre policiers (chiffres communiqués par le ministère de l’Intérieur tunisien).

Le bilan devrait être précisé dans les prochaines heures. 

 

 

 

 

 

18h27 - 15 juin 2019

La Cour Internationale de Justice donne tort aux Emirats Arabes Unis dans leur différend avec le Qatar

Dans le différend diplomatique qui opposent au Qatar les Emirats Arabes Unis et l’Arabie saoudite, alliés à l’Egypte et à Bahreïn, depuis le blocus imposé à Doha le 7 juin 2017, une bataille judiciaire se poursuit devant les instances internationales. Or le Qatar vient de marquer un point : la Cour Internationale de Justice vient de rejeter des demandes de mesures conservatoires réclamées par les Emirats Arabes Unies.

Les juges de La Haye ont estimé, à 15 voix contre une ( !), que « les conditions pour les mesures conservatoires ne sont pas réunies ». La même Cour doit se prononcer prochainement sur la légalité du blocus imposé au Qatar qui dénonce les discriminations raciales et les violations des droits de l’Homme dont il se dit victime.

15h37 - 10 mai 2019

Deux soldats français tués dans l’opération de libération de deux otages français au Burkina Faso

Enlevés au Bénin le 1er mai par des forces djihadistes, deux otages français, et deux ressortissants américain et sud-coréen, ont été libérés dans le nord du Burkina Faso. Le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncello, tous deux officiers mariniers au sein du commandement des opérations spéciales françaises, ont été tués dans l’opération de libération. Le guide des deux Français, citoyen béninois, avait été retrouvé mort dans le nord du Bénin lorsque leur disparition avait été constatée.

12h33 - 11 avril 2019

Wikileaks : le lanceur d’alerte J. Assange arrêté par la police au sein de l’ambassade de l’Equateur à Londres

Ce jeudi, le fondateur du site Wikileaks, Julian Assange, a été arrêté par la police britannique à Londres. Le lanceur d’alerte, visé par un mandat d’arrêt du tribunal londonien de Westminster Magistrates, était réfugié à l’ambassade équatorienne de Londres depuis juin 2012.

Dans un communiqué publié ce jeudi 11 avril, la police britannique a annoncé avoir arrêté le fondateur de Wikileaks, Julian Assange. Les autorités affirment avoir été autorisées à pénétrer dans l’ambassade, après que le gouvernement équatorien a retiré l’asile à Julian Assange. Ce dernier, expert en informatique, va être « présenté au tribunal de Westminster dès que possible«  « , a précisé la police. 

Pour rappel, Julian Assange s’était réfugié à l’ambassade d’Equateur pour ne pas avoir à être envoyé en Suède où il était accusé de viol. Bien que l’affaire en question ait été classée, un mandat d’arrêt britannique est toujours en cours pour non-respect de ses engagements en matière de liberté conditionnelle.

De son côté, Julian Assange dénonce une opération du gouvernement américain visant à le juger et à le faire condamner à mort pour la publication de milliers de documents secrets sur le site WikiLeaks (site où l’on trouve notamment les Macron Leaks). 

 

Guillaume Asskari

Journaliste, Chroniqueur « Amériques latines »

 

9h58 - 15 mars 2019

Terrible attentat terroriste d’extrême-droite en Nouvelle-Zélande contre des fidèles musulmans

« Un acte de violence extraordinaire et sans précédent », tels sont les premiers mots de la première ministre de Nouvelle-Zélande, Jacinda Arden.Quarante-sept morts, vingt blessés dans deux mosquées de Christchurch : tel est le tragique bilan provisoire d’une attaque perpétrée cette nuit (heure de Paris) par un commando.

Quatre personnes, dont une femme, ont déjà été arrêtés. Le premier ministre australien, Scott Morrison, a annoncé qu’une des personnes impliquées était un ressortissant de son pays, connu comme « terroriste extrémiste de droite, violent ».

Opinion Internationale condamne ces crimes et présente ses condoléances les plus émues à toutes les familles des victimes. Aucune idéologie politique, aucune religion dignes de ces noms ne justifie le recours à cette violence gratuite et aveugle.

7h01 - 13 mars 2019

Le gouverneur démocrate Gavin Newsom instaure un moratoire sur les exécutions en Californie

Le nouveau gouverneur démocrate, Gavin Newsom, devrait signer aujourd’hui un décret instaurant un moratoire sur les exécutions en Californie.

Dans son discours distribué à la presse, cet adversaire de longue date de la peine capitale, gouverneur depuis janvier, précise : « La peine de mort est incompatible avec nos valeurs fondatrices et atteint au plus profond l’idéal que représente le fait d’être Californien. […] Tuer autrui de manière intentionnelle, c’est un tort. Et en tant que gouverneur, je n’autoriserai l’exécution d’aucun individu ».

L’Etat qui compte le plus grand nombre de détenus dans les couloirs de la mort n’a plus procédé à d’exécutions depuis 2006. Ceci dit, sur les 737 condamnés à mort en Californie, 25 ont épuisé toutes les voies de recours possibles et pourraient donc être exécutés à tout moment.

Le Colorado, l’Oregon et la Pennsylvanie observent déjà un moratoire sur les exécutions, en plus des vingt Etats qui ont aboli la peine capitale dans leur législation.

Selon Human Rights Watch, 3 exécutions ont eu lieu aux Etats-Unis depuis le début 2019, 25 exécutions en 2018 contre 98 en 1999.

Un référendum demandant l’abolition avait échoué de peu en en Californie en 2016.

Michel Taube