Actualité
08H59 - samedi 2 avril 2022

A Bangoulap au Cameroun, un espace éphémère pas si éphémère…

 

Au moment où s’ouvre au Musée du quai Branly Jacques Chirac l’exposition « Sur la route des chefferies du Cameroun », deux ambassadrices de charme et de choc de l’ouest du pays s’engagent dans un projet ambitieux  : aide aux devoirs à la maison, à la préparation des épreuves écrites et orales, cours de soutien dans les matières scientifiques comme littéraires… L’association « Espace Ephémère » à l’ouest du Cameroun s’attaque au décrochage scolaire de la jeunesse Bangoulap depuis août 2021. Flavie Yonkeu et Michèle Onga, fondatrices de l’Espace Ephémère, n’ont qu’une mission en tête : promouvoir l’éducation et l’émancipation des communautés rurales dans les pays au sud du Sahara, en les aidant à s’orienter ou se réorienter dans un parcours professionnel adéquat. Rencontre au service d’un projet bienveillant.

Michèle Onga est une femme pleine de vie, mariée et mère de deux enfants, de projet informatique. Elle évolue dans les associations communautaires depuis 20 ans, et a toujours eu en tête de venir en aide a la jeunesse. Investi dans les opérations consacrées à la jeunesse à Bangoulap, l’Espace Éphémère a permis de cristalliser toute l’énergie de la quinquagénaire.

Quant à Flavie Yonkeu, assistante de Soins en Gérontologie ( équipe spécialisée dans les troubles de la mémoire), timide au grand cœur, son parcours est tout aussi admirable. Entre des études à La Pitié-Salpêtrière et quelques années au sein d’équipes spécialisées Alzheimer, Flavie a toujours participé bénévolement à des actions sociales en France, notamment dans l’association Ensemble contre la peine de mort. Elle a décidé de monter sa structure en 2020, après avoir rencontré Michèle Onga à Bangoulap. L’osmose a été immédiate.

Une fois par an, le chef du village de Bangoulap récompense les élèves les plus méritants des cinq écoles primaires et des deux lycées général et technique, lors de la journée de l’excellence scolaire.

 

Le décrochage scolaire, « fléau » de la jeunesse bangoulaise

Les associations locales ne sont effectivement pas orientées vers la jeunesse et l’éducation, alors que dans le monde rural, le décrochage scolaire est un « vrai fléau. » Flavie et Michèle sont unanimes : des dizaines d’élèves à Bangoulap ont décroché entre la troisième et la terminale. « Les jeunes que l’on rencontre et qui transportent les voyageurs en moto entre village et ville ont abandonné l’école », expliquent-elles. « Il en va de même pour les filles, dont beaucoup sont devenues mères très jeunes. »  Ils se tournent alors vers des échappatoires, au grand dam de la population.

L’été 2021 a été un tournant dans le succès de la journée de l’excellence à Bangoulap avec très peu de mentions aux examens officiel et un résultat en baisse significative. En effet, le COVID a eu raison de la détermination des élèves. Il n’a donc point été difficile de convaincre les parents de l’utilité des ateliers proposés par les deux femmes : les associations de parents d’élèves et les chefs de quartiers du groupement Bangoulap ont affirmé que les jeunes seront tous envoyés aux cours de remise à niveau organisés par l’espace Ephémère.

 

Un événement fédérateur

Du 11 au 20 Avril 2022 aura lieu « l’Opération soutien scolaire 2022 » : une trentaine de formateurs ont été mobilisés pour les élèves en classe d’examen : CM2, 3ième, 4ième Année de l’enseignement technique, 1ière et Tle de l’enseignement générale et technique. Au total 300 élèves sont attendus par l’Espace Éphémère, épicentre d’un formidable mouvement pour l’excellence scolaire.

Du 21 au 23 Avril à l’Esplanade de la chefferie Bangoulap au foyer de la jeunesse auront lieu ensuite les Journées de l’Orientation et de L’insertion Professionnelle : les jeunes participeront à des tables rondes autour de l’employabilité de la jeunesse dans le monde rural, et seront coacher dans leur recherche pour un parcours dans le supérieur et recherche d’emploi. Quelques visites d’entreprises sont prévues pour une immersion dans le monde de l’emploi

Dans le même temps une brocante solidaire est mise en place au cours afin de financer les prochaines éditions de l’opération de soutien scolaire.

 

Étendre la mission aux élèves subsahariens en difficulté

« Nous y allons parce que nous avons la foi, mais sans les moyens… », s’amuse Michèle. « Mais après tout, tous les efforts pour le bien des jeunes en valent la peine ! »

Le projet n’est même pas encore entamé que Flavie rêve de plus grand : aider les jeunes filles-mères dès l’année prochaine, grâce à des actions spécifiques, notamment en ouvrant une « Maison de la femme » où elles pourront rapidement apprendre un métier. Exporter leurs actions au-delà de Bangoulap est également un de leurs objectifs, mais il leur manque des bras pour l’appui logistique. « Nous pouvons aussi accompagner des associations qui voudraient conduire ce même type d’action », précise Michèle, « que ce soit pour le suivi scolaire ou l’orientation professionnelle. » Rien n’arrête les deux camarades, désormais inséparables, dans la lutte pour l’éducation.

Pour soutenir Michèle et Flavie au service de l’Espace éphémère, rendez-vous sur leur cagnotte Leetchi.

 

Michel Taube et Maud Baheng Daizey

 

Retour sur Solidays 2022, une édition record !

Enfin le retour au monde d’avant la pandémie de Covid ? Après le succès de la Fête de la musique, de nombreux Festivals qui annoncent déjà faire le plein cet été, le…
Michel Taube