Esprit Sports
22H05 - samedi 4 septembre 2021

Champions à 200%

 

©T-Quehen 06

Les JO ne se sont pas terminés le 8 août. Ils se finissent ce dimanche 5 septembre 2021.

Certes, beaucoup pensent que ce ne sont que des sportifs de seconde zone qui ont concouru ces dernières semaines : des paraplégiques, des aveugles, des estropiés en somme… Pourtant, ces athlètes incroyables ont un mental phénoménal, des capacités hors normes et une volonté de fer. «  Plus le handisport s’est développé, plus le niveau de performance s’est élevé », estime le lieutenant-colonel Gaëtan de la Vergne. Lors des premiers jeux réservés aux patients souffrants de lésions à la moelle épinière, qui se sont déroulés à Rome en 1960, 16 nations étaient représentées. À Tokyo en 2021, plus de 160 délégations y participent. La concurrence s’est donc largement accrue. Quant à Paris 2024, même l’état pontifical du Vatican a prévu d’envoyer des sportifs !

« Auparavant, c’était une activité destinée à redonner le moral aux troupes, aujourd’hui les athlètes ont le même niveau d’exigence et d’entraînement que les valides, avec des séances quotidiennes, une préparation mentale et des compétitions internationales toute l’année », remarque le lieutenant-colonel. À la tête du Cercle sportif niché au sein de l’Institution nationale des Invalides à Paris, il soutient chaque année des champions hors pair, au courage admirable.

Ainsi, depuis 1968 (JO de Tel-Aviv) le CSINI, créé en 1966 au moment de la Guerre d’Algérie, a-t-il envoyé des sportifs à toutes les olympiades. À l’exception de 2021… Année compliquée, tant en termes de préparation qu’en termes de changement de planning et de difficultés à participer aux compétitions. En outre, des partenaires historiques du CSINI qui finançaient auparavant les entrainements (dont le coût est estimé à 15 000 euros environ uniquement en déplacement et inscriptions aux compétitions), ont décidé depuis les JO de Pékin qu’elles n’avaient pas tant vocation à soutenir des sportifs de haut niveau que le sport pour tous. 

En prenant en compte tous ces paramètres, les Invalides n’ont pas réussi à envoyer leurs athlètes. Pourtant, trois d’entre eux étaient dans les starting-blocks. Deux escrimeurs et une tireuse au pistolet.

Yannick Ifébé est particulièrement emblématique du fonctionnement du Cercle qui a pour mission non seulement de permettre aux pensionnaires des Invalides de faire du sport, mais aussi de détecter les talents. Paraplégique depuis ses 6 mois, Yannick a commencé à bretter au centre Saint-Jean-de-Dieu avant de s’exercer aux Invalides et de revenir à 23 ans avec sa première médaille d’or autour du cou aux JO de Rio. « Ses capacités de résilience sont hors normes, il a fait un master II à Sciences Po, a mené son entraînement d’escrimeur en parallèle et souhaite poursuivre une carrière de diplomate international », s’émerveille Gaëtan de la Vergne. Ayant pris du recul par rapport au sport pour prioriser ses études, il n’a pu se rendre à Tokyo, mais compte bien prendre sa revanche à Paris. « C’est très emblématique pour nous d’avoir un maximum d’athlètes participant aux prochains JO. Même ceux qui voulaient raccrocher ont décidé de demeurer dans le circuit pour faire Paris 2024 ».

Il faut dire que les carrières dans le handisport ont l’avantage d’être bien plus longues que celles des valides, certains ayant déjà 8 jeux olympiques au compteur.

Marc-André Cratère, l’autre escrimeur vedette du CSINI frôle la cinquantaine et reste une valeur sûre avec son passé d’athlète de haut niveau. Il a donc toutes ses chances dans trois ans. Tout comme la tireuse Gaëlle Edon, aujourd’hui hémiplégique, qui a repris le sport dans le but bien précis de remporter des médailles. Elle sera entourée, soutenue et encouragée au milieu des 400 adhérents (dont 300 handicapés), entraînés par 6 moniteurs et une flopée de bénévoles.

Avec le CSINI, elle pourra — on l’espère — se joindre aux athlètes tricolores pour briller à Paris. En attendant, alors qu’à Rio la France avait rapporté 25 médailles paralympiques, à Tokyo avec 54 trophées, l’Hexagone explose les compteurs. Bravo les champions !

Merci au Lieutenant Colonel Gaëtan de la Vergne, Président du Cercle sportif de l’Institution nationale des Invalides pour les précisions concernant le handisport.

Deborah Rudetzki

Directrice de la Rédaction

Les Olympiades de la Jeunesse

Des Olympiades qui soufflent un air frais par ces temps de déstructuration de l’histoire, de fractures des territoires
Michel Scarbonchi

Les JO mi-figue mi-raisin

Série : retour sur l'actu de l'été 2021 en photo ! Le rayon de soleil français de Tokyo s'appelle Clarisse Agbegnenou. Véritable championne, la judokate a illuminé les jeux olympiques 2021.
Deborah Rudetzki

Les dieux du sport inspirent nos Actu’Folies

  Merci à Boris ! Pour voir et découvrir son univers, c’est ici.       Merci à Régis Hector ! Pour découvrir son univers : http://hector-bd.com/       Merci à Yelch ! Venez…