Lire
06H00 - samedi 14 août 2021

La folle épopée des prothèses

 

Au cours (et au coeur) de ce mois d’août, pour vous changer les idées, vous effrayer et/ou vous rassurer, Opinion Internationale vous offre des extraits du livre de Raymond Taube et Patrice Cristofini « eSanté et Intelligence artificielle : entre promesse du meilleur et crainte du pire » (édition Maïa). Mêlant essai (pour le présent) et fiction romanesque (pour le futur), l’ouvrage expose de manière originale et disruptive un des grands challenges de l’humanité…

 

La folle épopée des prothèses

Au jeu de la devinette visant à déterminer l’âge de la première prothèse, les bonnes réponses seraient vraisemblablement peu nombreuses. Après la Première Guerre mondiale, peut-être, qui mutila tant de soldats, arracha et déchiqueta tant de membres ? Du tout ! L’origine de la prothèse est bien plus ancienne. Peut-être sont-ce les horribles guerres moyenâgeuses, comme la célèbre guerre de Cent Ans entre les royaumes de France et d’Angleterre qui donna matière aux chirurgiens-mécaniciens pour imaginer comment prolonger la disponibilité au front d’un combattant mutilé ? Non, encore. Dans ce cas, remontons à la Grèce antique, jusqu’au sermon d’Hippocrate, 300 ans avant notre ère… Là, on approche de la bonne réponse : la plus ancienne prothèse répertoriée, celle d’un gros orteil, est exposée au musée du Caire. Elle remonte à l’Égypte antique. Le bois pour la prothèse et la gaine de cuir pour la liaison avec le pied furent utilisés pour remplacer un membre. Nous sommes encore très loin des substituts d’organes vascularisés, même si schématiquement, le cœur, organe à la symbolique particulière, n’est en définitive qu’une pompe de haute précision. De la belle mécanique, en somme, mais guère davantage !…

… Des dents aux oreilles, il n’y a que quelques centimètres et au moins un point commun : la qualification de prothèse est quelque peu usurpée, s’agissant d’un équipement capable d’amplifier certaines fréquences, principalement afin de favoriser l’intelligibilité de la voix, et ainsi éviter l’isolement du patient.

Les prothèses auditives connectées apportent un supplément de confort au patient en lui permettant de régler son dispositif, non pas directement sur la prothèse ou par télécommande, mais sur son smartphone.  Les dispositifs les plus performants permettent d’analyser en continu l’environnement sonore et d’ajuster le paramétrage automatiquement. Nous sommes effectivement loin de l’oreille artificielle. Les recherches visant à vaincre la surdité s’orientent heureusement vers d’autres directions prometteuses, comme la fabrication d’un tympan artificiel par des vers à soie, ou l’implant cochléaire.

Il en va de même en matière des prothèses oculaires : les verres optiques, si performants soient-ils, ne sont pas des prothèses. L’œil de verre d’hier, inerte et sans autre utilité qu’esthétique, pourrait-il devenir demain la plus performante des caméras, directement branchées sur le nerf optique ? Les opticiens n’apprécieraient guère cette métamorphose de la correction de la vision, même si une première étape consistait à réserver cette technologie aux non-voyants. Le chirurgien anatomiste Ambroise Paré imagina l’œil artificiel en 1575. La rétine artificielle est aujourd’hui une réalité, sous la forme d’un implant nécessitant une intervention chirurgicale. Certes, le patient aveugle ne retrouve pas la vue comme par magie. Il peut néanmoins percevoir des signaux lumineux plus ou moins détaillés, percevoir des formes et des contours. Il devra toutefois accepter une assez longue rééducation visuelle, proportionnelle à la durée de sa cécité. Le système est basé sur des lunettes équipées d’une caméra, dont les images sont transmises à un boîtier porté par le patient, qui fait office de micro-ordinateur traitant les données avant de les renvoyer vers un émetteur fixé sur la branche de lunettes. Enfin les images peuvent alors être transmises à l’implant rétinien, dans l’œil du patient. Les électrodes équipant la prothèse stimulent le nerf optique engendrant la perception lumineuse. Nous sommes encore à des années-lumière, c’est le cas de le dire, de l’œil bionique du Terminator incarné au cinéma par Arnold Schwarzenegger, mais l’idée qu’un aveugle puisse sortir de la nuit sans fin n’appartient plus au seul domaine de la fiction. Déjà, l’on songe à augmenter les performances du bien-portant (ou bien voyant) autant qu’à traiter le malade, les deux objectifs n’étant pas antinomiques. L’œil bionique télescopique, permettant de zoomer à volonté, existe à l’état de prototype et préfigure les capacités visuelles de l’homme augmenté de demain. Pour le moment, le faucon peut dormir tranquille. Pour le moment !

 

Raymond Taube et Patrice Cristofini.

Extrait de « eSanté et intelligence artificielle : entre promesse du meilleur et crainte du pire »

Disponible chez votre libraire ou sur le site de l’éditeur Maïa

Directeur de l'IDP - Institut de Droit Pratique / rédacteur en chef d’Opinion Internationale

Santé et éthique : le droit de ne pas savoir

eSanté, IA, génie génétique... on peut déjà anticiper les maladies, mais gardera-t-on le droit de ne pas savoir ? 8ème extrait d'un livre disruptif mêlant fiction et essai.
Raymond Taube

Les JO mi-figue mi-raisin

Série : retour sur l'actu de l'été 2021 en photo ! Le rayon de soleil français de Tokyo s'appelle Clarisse Agbegnenou. Véritable championne, la judokate a illuminé les jeux olympiques 2021.
Deborah Rudetzki

Fièvre Kati-Thanda au XXIIème siècle

L’homme était parvenu à vaincre les maladies, puis la mort, conquête dont ne bénéficiait qu’une poignée de privilégiés, du moins croyaient-ils qu’il s’agissait d’un privilège...
Raymond Taube

Un « tube » made by ordinateur

Le vieux débat qui oppose l’inné à l’acquis ne fera jamais consensus, si ce n’est que la puissance d’une intelligence, qu’elle soit humaine ou artificielle, ne peut a priori s’exprimer intrinsèquement, sans un socle incontournable...
Raymond Taube

Connecter les neurones

D’un point de vue symbolique, je crois qu’il est possible de dater le début de la fin : en 2004 démarra le projet Human Brain Project (HBP), sous l’égide de la très sérieuse École polytechnique fédérale de Lausanne, en Suisse.
Raymond Taube

Tuer l’humanité en voulant terrasser la mort

Les apprentis Frankenstein sont déjà une réalité. L'humanité survivrait-elle à leur quête d'immortalité ? 2ème extrait d'un livre disruptif mêlant fiction et essai.
Raymond Taube

Big Brother is watching you…

1er extrait d'un livre disruptif mêlant fiction et essai. Dans un futur trop proche et trop vraisemblable pour ne pas y prendre garde, Big Brother est partout, surtout si nous lui ouvrons sans cesse la porte...
Raymond Taube