La chronique Amériques latines de Guillaume Asskari
19H45 - vendredi 2 avril 2021

Le Pérou ouvre une école de Pisco à Paris

 

Dans la capitale française, le bureau commercial de Promperou en France a lancé la première école de pisco dénommée «Pisco College», une plateforme de formation destinée aux professionnels du secteur de la restauration (hôtellerie, bars et restauration), qui a comme partenaire l’Association Française des Barmen (ABF – www.associationdebarmendefrance.fr). Le Pisco College Paris est la deuxième école du Pisco College en Europe.

Le Pisco est le résultat de la distillation de moûts à base de huit types de raisins «pisco» aromatiques et non aromatiques provenant de 5 régions du Pérou (Lima, Ica, Arequipa, Moquegua et Tacna).

La première session du Pisco College Paris a été inaugurée ce lundi 29 mars 2021 à l’école Hôtelière de Paris, École Médéric Paris-Rungis, dans le 17ème arrondissement de Paris. L’objectif ? Promouvoir le Pisco en France et notamment les cocktails à base de Pisco. Une vingtaine de participants étaient présents à la formation dont des chefs barmen de palaces de luxe parisiens tels que l’hôtel Ritz, l’hôtel Plaza Athénée, l’hôtel Crillon ou encore l’hôtel Westin Vendôme. Parmi les invités, des restaurants branchés de la ville lumière comme le Coya ont assisté au lancement du Pisco College Paris.


Un Meilleur Ouvrier de France comme formateur ! 
 
Le Pisco College a débuté avec les mots de bienvenue de la directrice de Promperu en France, Rosario Pajuelo, créatrice de ce concept unique de promotion d’un produit considéré au Pérou comme un « symbole national » et qui s’affirme avec une marque nationale « Pisco Spirit du Pérou » (Pisco, l’esprit du Pérou). Après avoir abordé l’origine quechua du mot Pisco (qui signifie oiseau), Rosario Pajuelo a poursuivi en évoquant la reconnaissance juridique dont jouit ce distillat aromatique dans le monde, principalement dans l’Union européenne. Pour rappel, en octobre 2013, la Commission européenne a approuvé l’enregistrement de l’Indication géographique du pisco protégé du Pérou (règlement 1065/2013).

Cette masterclass inédite a été animée par le Français Christophe Davoine, figure de renom dans le monde des barmen. Ce dernier, « Meilleur Ouvrier de France », est le formateur officiel du Pisco College de Paris. Christophe Davoine a enseigné aux participants le secret de la préparation de trois cocktails pisco emblématiques : Pisco Sour, Chilcano et El Capitán.  Pour la préparation des cocktails, huit des marques de vignobles de pisco ont participé à ce premier événement tels que Pisco 1615, Fontana, Intipalka, La Caravedo, Tabernero , Tacama, Torrentera et Piscologia. Enfin, à l’issue de la formation, un diplôme officiel attribuant le titre de « Pisco Connaisseur » a été remis aux participants par Promperu France.

 

Le Pisco, un spiritueux tendance

Le Pisco est déja installé depuis quelques années dans la capitale française. On compte pas moins de trois éditions de la Pisco Week. Ce concours récompense le cocktail le plus original à base de Pisco, avec de nombreux bars partenaires. 

Trois informations sur le Pisco :


– Pisco a été inscrit au patrimoine culturel national du Pérou en 2007.


– Fin 2018, la ville de Pisco a été jumelée avec la ville de Cognac, réunissant ces deux distillats emblématiques. Les attributs du Pisco tels que son histoire, sa tradition, sa polyvalence et sa qualité sont appréciés sur le marché européen notamment en France. 


– Le premier Pisco College a été créé à Bruxelles en 2018 par le bureau commercial de PROMPERU en Belgique. Un concept repris en Amérique Latine notamment à Buenos Aires (Argentine) et à Guatemala (Guatemala).

 

Guillaume Asskari

Chroniqueur Amériques Latines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

Journaliste, Chroniqueur « Amériques latines »

LatFran s’engage pour le patrimoine maya du Guatemala

A travers une pétition lancée sur le site Change.org, l’association LatFran s’engage pour l’inscription du bassin du Mirador sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce site archéologue de la période…
Guillaume Asskari