A votre santé
Monde /
17H07 - mardi 23 octobre 2018

« Dans l’intelligence artificielle, la France peut jouer sa partition entre Chine et Etats-Unis » : entretien avec Patrice Cristofini lors du China France Investment Dialogue

mardi 23 octobre 2018 - 17H07

L’intelligence Artificielle est un défi économique et géopolitique majeur, illustré par le succès de la quatrième édition du colloque China-France Investment Dialogue : organisé par le CEIBS, la CCI Paris Ile-de-France et la Chambre de commerce et d’Industrie de Chine en France. A cette occasion, lors d’une table ronde animée par le journaliste Ulysse Gosset, le Dr. Patrice Cristofini, Président fondateur du Club Paris Shanghai et du Club e-santé et Directeur du développement commercial et des partenariats de Bewell-connect, a répondu à Opinion Internationale. Parmi les leaders d’opinion de l’IA française, Patrice Cristofini, nous dresse un état des lieux et les perspectives de ce marché en croissance exponentielle, du poids essentiel de la Chine et des difficultés comme des atouts français et européens.

 

 

Opinion Internationale : la Chine s’affirme comme un acteur majeur de l’intelligence artificielle. Où en est la France ?

Patrice Cristofini : en intelligence artificielle, il existe trois dimensions incontournables : il faut d’abord disposer de grandes bases de données avec de gros volumes et des données fiables. C’est le cas aux Etats-Unis et en Chine. En France, ces bases sont encore trop petites et pas toujours interopérables. Ensuite, l’analyse de telles masses de données nécessite de puissantes machines quantiques. Là aussi, les acteurs chinois et américains sont fortement positionnés sur ce marché où le français Atos Bull tente de se frayer un chemin. Enfin, l’IA n’est rien sans une capacité d’algorithmie et de création. C’est sans doute là que l’Europe possède les meilleurs atouts, tout particulièrement la France, grâce à la qualité de ses mathématiciens.

Toutefois, le bât blesse en termes d’investissements : l’Europe est encore à la traîne, alors que la Chine est devenue leader, devant les Etats-Unis. Elle investit aujourd’hui 10 à 15 fois plus que l’Europe, car elle a parfaitement compris ce que sont les véritables enjeux de demain. Certes le Président Macron, fort bien conseillé par le député mathématicien Cédric Villani, a lancé un plan d’investissement de trois milliards d’euros mais toute l’Europe doit faire front et mutuelliser ses moyens pour rivaliser avec les géants chinois et américains. A cette condition, la France pourra jouer sa partition.

 

Quelles sont les avancées chinoises en IA appliquées à la santé ?

La santé est un volet essentiel de l’intelligence artificielle. La Chine compte de nombreux leaders, y compris parmi ses « licornes », à savoir des start-up valorisées à plus d’un milliard de dollars, déjà presque aussi nombreuses en Chine qu’aux Etats-Unis. Concrètement, dans les secteurs de l’imagerie, de la radiologie où de la cancérologie, les algorithmes chinois permettent d’interpréter très rapidement les diagnostics. Et que dire de l’IA appliquée à la téléconsultation afin de pallier à une pénurie de médecins dans un pays si vaste et si peuplé, avec des zones assez isolées ? L’IA permet au minimum d’effectuer des pré-diagnostics qui pourront être ensuite confirmés. Mais dans ce domaine, nous avons également de très belles entreprises en France.

 

Vous êtes vous-même un acteur français de l’IA. Que proposez-vous d’original et d’innovant ?

Je travaille en effet pour pour Bewellconnect, filiale du groupe VisioMed, qui développe avec son partenaire MIS de l’intelligence artificielle à visée pré-diagnostic en médecine générale et médecine d’urgence. En outre, cette société travaille sur la prévention, tant à l’attention du professionnel de santé qui peut s’appuyer sur des données précises lorsqu’il reçoit son patient, qu’à l’égard du patient lui-même, qui dispose de son « compagnon-santé ». Par exemple, lorsqu’il est en déplacement, il peut à tout moment établir un pré-diagnostic, et ainsi avoir une idée de la gravité du problème qui l’affecte, puis être orienté dans le circuit médical aux fins d’une prise en charge. En prévention, nous avons également une approche positive originale, en ce que l’IA au développement de laquelle nous travaillons sait évaluer les gains en termes d’espérance de vie résultant d’une hygiène sanitaire, par exemple en matière alimentaire, de consommation de tabac ou de pratique sportive. C’est autrement plus efficace et concret que les slogans et les conseils parfois ressentis comme intrusifs par les personnes bien-portantes, mais qui aspirent évidemment à le rester.

 

La Chine compte 800 millions d’internautes, ce qui est souvent présenté comme un atout pour alimenter le Big Data, ressource de l’IA. Mais les leaders américains du web comme Google ou Facebook totalisent un nombre d’utilisateurs bien plus importants. Les réticences chinoises à s’ouvrir au monde extérieur ne l’handicapent-t-elles pas ?

Un événement comme le colloque China-France Investment Dialogue montre que ces réticences s’estompent, même si le marché chinois est en lui-même une énorme source de données. Prenez l’exemple d’AliExpress, le concurrent chinois d’Amazon : son site français est opérationnel et en plein essor. En sens inverse, la Chine a signé des accords avec Google, permettant au géant américain de s’installer sur ce marché. La santé, domaine essentiel de l’IA comme nous l’avons dit, est largement fondée sur la coopération, à laquelle la Chine est aujourd’hui ouverte.

 

En Europe, le traitement des données personnelles est réglementé par le RGPD. Mais certains acteurs estiment qu’il est un frein au développement de la santé connectée et de l’IA à visée sanitaire, au plus grand bénéfice des Chinois et des Américains qui ne s’encombrent pas de tant de précautions. Qu’en pensez-vous ?

Détrompez-vous. Les Chinois et les Américains ne veulent pas plus que les Européens que leurs données de santé échappent à leur contrôle. La confiance du patient est indispensable au développement de ces technologies. Une rétention d’informations serait dommageable à tous, et serait d’autant plus regrettable que la santé connectée et l’IA constituent une importante avancée sanitaire, au bénéfice du patient. J’ajouterai que le RGPD est plus souple qu’on le laisse parfois entendre et qu’il tend même à devenir un modèle qui pourrait s’imposer au niveau planétaire.

 

Propos recueillis par Raymond Taube

Directeur de l’IDP – Institut de Droit Pratique, et rédacteur en chef de la rubrique santé d’Opinion Internationale

 

 

Directeur de l'Institut de Droit Pratique