Monde / World
Monde /
07H41 - jeudi 25 janvier 2018

Donner une deuxième chance aux délinquants grâce à l’emploi et à un suivi personnalisé. Entretien avec François Ravier, préfet, secrétaire général de la Préfecture de la Région d’Ile-de-France

jeudi 25 janvier 2018 - 07H41

25
La transmission des valeurs de la République passe aussi par l’accès aux droits et à l’emploi des jeunes issus des quartiers dits difficiles. Réparer l’ascenseur social fait partie de la solution pour ramener dans le giron de la France et de la République tous les jeunes français.

Voici un focus sur un dispositif qui mobilise pouvoirs publics et entreprises et qui gagnerait à se généraliser : le Pacte Deuxième Chance proposé à des jeunes délinquants de 16 à 25 ans avec un emploi à la clé. Tous les jeunes qui bénéficient de ce Pacte sont passés par la case prison, et sont soit en aménagement de peine, bracelet électronique, semi-liberté, attente de jugement, fin de peine, sous mesure extra-judiciaire, d’autres sont encore incarcérés et attendent leur aménagement via la prise en charge du Pacte. C’est dire le rôle que joue ce dernier dans leur réinsertion sociale.

Lisez l’entretien avec François Ravier, préfet – secrétaire général de la Préfecture de la Région d’Ile-de-France, puis la tribune de Tayeb Benabderrahmane, président du groupement d’entreprises Organidem et président du Club géopolitique, et d’Alexis Bachelay, ancien député de la République et conseiller expert du Club géopolitique.

 

Opinion Internationale : Qu’est ce que le Pacte de la deuxième chance ?

François Ravier : Le Pacte « Deuxième Chance » est une réponse à la carte proposée par par l’Etat et ses partenaires (service public de l’emploi, associations et entreprises) aux jeunes sortant de prison, sous main de justice ou en probation. C’est un dispositif qui, bien qu’encore embryonnaire, rencontre le succès avec des résultats prometteurs. En effet, à Paris, sur deux zones de sécurité prioritaire au nord-ouest et deux quartiers prioritaires de la politique de la Ville (13ème et 14ème arrondissements), 50% des 36 jeunes suivis ont obtenu un contrat de travail, un stage, ou une formation (les formations étant minoritaires).

 

Quels sont les ingrédients du succès ?

La clé est que le temps de latence entre la période d’incarcération et le début d’un emploi ou d’une formation soit le plus court possible. Ensuite, le Pacte met l’offre d’emploi, ou de formation, au cœur du dispositif. Dès qu’il nous contacte, le jeune sait que son objectif prioritaire sera, avec nous, de trouver un emploi. Ensuite, c’est l’accompagnement personnalisé du jeune qui fait la différence. Cela signifie notamment que nous lui demandons de venir en Préfecture de Région rencontrer l’équipe du Pacte « Deuxième chance » qui sont pleinement mobilisées dans le succès du dispositif. Nous prenons en compte l’environnement du jeune, ses problèmes de santé, d’argent, d’hébergement surtout. Pour ce faire, nous mobilisons un Fonds de secours et de nombreux acteurs pour encadrer son parcours de réinsertion professionnelle. Enfin, c’est la mobilisation des entreprises qui fait la différence car elles proposent des emplois, souvent en CDI. Chaque mois, un comité de pilotage des acteurs du Pacte se réunit pour chacune des 5  «cellules emploi» à la Région Île-de-France sous l’autorité d’un sous-préfet ou du Préfet secrétaire général.

 

Les entreprises jouent -elles le jeu car sans elles, pas de Pacte Deuxième Chance ?

Nous avons des entreprises qui jouent le jeu à fond : Carrefour, Galeries Lafayette, Lidl, Paprec, Engie, Ratp, Ranstad, Organidem, Cuisine Mode d’Emploi et d’autres encore. Chez Carrefour par exemple, la personne référente pour le Pacte s’occupe du coaching, refait les cv. Il y a un vrai engagement citoyen.

Les prochaines années offriront beaucoup d’opportunités d’emploi, avec notamment la préparation des Jeux Olympiques. Beaucoup de secteurs comme celui de l’artisanat manquent cruellement de candidats. Un jeune qui sort de détention n’a pas forcement beaucoup d’éléments à mettre dans son cv mais il a des aptitudes et des compétences à faire valoir. Insister sur ces atouts permet de redonner une chance à des personnes qui ont vécu un décrochage scolaire et professionnel.

 

Quel est le défi de l’année 2018 pour le Pacte ?

L’objectif est d’avoir plus de cent jeunes bénéficiaires à Paris. Pour ce faire, nous allons sensibiliser tous les acteurs de terrain (les éducateurs spécialisés, le Pôle Emploi, les missions locales, le Service pénitentiaire d’insertion et de probation, les associations), ainsi que les autres dispositifs offerts aux jeunes qui sont complémentaires du Pacte. Leur mise en synergie est un impératif d’efficacité.

 

Le Pacte pourrait-il s’étendre bientôt à toute la France ?

Sa généralisation a été annoncée par le Premier Ministre en mars 2016. Actuellement déployé dans Paris, il est aussi expérimenté dans le Rhône.

 

Un entretien réalisé par Michel Taube

 

Pour aller plus loin :

Lisez la tribune de Tayeb Benabderrahmane, président du groupement d’entreprises Organidem et président du Club géopolitique, et d’Alexis Bachelay, Conseiller expert du Club géopolitique.

Directeur de la publication