Esprit Sports
France /
10H58 - mardi 14 juin 2016

Jean-Marie Coustal : « Levallois est le seul club mixte de judo de haut niveau en France »

mardi 14 juin 2016 - 10H58

Jean-Marie Coustal a fait de la mixité un combat quotidien au sein du Levallois Sporting Club qu’il préside depuis 2011. Ce droit à l’égalité, on le retrouve dans Handicirque, gala qu’il a co-créé pour rendre hommage aux champions handisport.

Rencontre avec un monsieur très loyal.

Handicirque permet-il de dédramatiser un thème souvent perçu comme tabou ? Et si oui, pensez-vous que le handicap est forcément mieux compris par le sport ?

Oui aux deux. C’est mieux compris parce qu’un sportif de haut niveau, quel qu’il soit, va puiser ses forces au fond de lui. Souvent les valides disent « il a plus de mérite que moi (avec une jambe ou un bras en moins) ». Handicirque, ce n’est pas du misérabilisme ni la foire, c’est la remise d’un trophée à un athlète handicapé médaillé dans l’année. Et dans le public (entre 3 000 et 5 000 spectateurs par gala), il y a seulement 5 % d’athlètes, le reste, ce sont des entreprises, des associations et des spectateurs.

La dernière victoire française chez les hommes à Roland-Garros est celle de Stéphane Houdet en 2013 dans la catégorie handisport. Pourtant, c’est celle de Noah trente ans auparavant qui reste gravé dans les mémoires. Comment changer cet état d’esprit ?

Je me suis aussi posé la question. Et je pense que médiatiquement, le sport valide restera toujours prioritaire sur tout. Il y a plus de valides dans le monde que de personnes handicapées et  naturellement la communication va dans ce sens.

Pendant leur carrière, les sportifs/ves sont confronté(e)s aux blessures. Bien que temporaires, ces interruptions forcées leur permettent-elles de (mieux) prendre conscience du handicap de leurs homologues ?

Je ne crois pas, car la blessure fait partie de la vie, de la hantise du sportif. En aucun cas, il ne l’imagine comme un handicap. Une blessure n’est pas un handicap. C’est du repos. C’est réversible. Un handicap, c’est un membre ou la vision en moins, et je n’ai jamais entendu un sportif blessé dire : « Je suis handicapé ».

Pas de dopage ni de corruption : le paralympisme est-il l’avenir de l’olympisme ?

Je ne sais pas s’il n’y a pas de dopage. Dans l’envie de gagner, de tout rafler, d’être médaille d’or, un handicapé n’est pas différent d’un valide. Je ne pense pas que les athlètes handicapés se dopent, toutefois si c’est le cas, ce n’est pas pour le plaisir… mais pour gagner ! Qui résiste à la tentation quand il s’agit de remporter une médaille olympique ?

Selon vous, les sportives sont-elles aussi discriminées que les personnes en situation de handicap ?

L’ex-Union soviétique reste la seule partie du monde où le regard des gens, sur les personnes noires notamment, est un peu spécial. En Asie, on veut faire des photos avec nos représentantes, au Brésil il y a aussi des blacks, le regard est donc normal. D’ailleurs, c’est uniquement chez les spectateurs, car les athlètes se respectent énormément. C’est ça la valeur du sport et du judo.

Combien comptez-vous de licenciées au sein de la section judo ? Les femmes s’inscrivent-elles pour les mêmes raisons que les hommes ?

Sur 900 adhérents, nous comptons 35 % de filles. Ce n’est pas une histoire de parité, car dans le haut niveau, nous avons 5 garçons et 5 filles. Je me suis d’ailleurs battu pour avoir une équipe garçons et une équipe filles. Et d’année en année, le quota de filles augmente.

Les femmes s’inscrivent pour se vider la tête, pour se « laver » l’esprit et le corps. Les gars viennent chercher la compétition, les filles le confort et la détente.

À quoi ressemblerait le palmarès du Levallois Judo Club sans ses représentantes ?

Aux derniers Jeux olympiques, nous avons remporté 4 médailles : une en or avec Teddy Riner, les trois autres, en bronze, viennent des filles. En coupe d’Europe des clubs, sur les quatre titres glanés, trois l’ont été par des filles.

Quel pays constitue le meilleur exemple en matière d’égalité hommes/femmes dans le judo ?

La France. Le Japon ensuite, car c’est le pays du judo. En France, on donne les mêmes moyens aux filles qu’aux garçons. Ils s’entraînent dans les mêmes lieux et le budget est équivalent. Ce qui n’est pas le cas dans le foot. Levallois est d’ailleurs le seul club mixte en France. Mais les clubs payant pour les fédérations, cela ne va pas durer. Pour faire des équipes, il faut cinq athlètes, mais Levallois n’en a pas assez, on va donc garder trois garçons qui ne feront que les compétitions européennes et mondiales.