Esprit Sports
France /
12H33 - vendredi 10 juin 2016

Chris Ewing : « À partir du moment où il veut apprendre l’anglais, un jeune est bienvenu à l’académie »

vendredi 10 juin 2016 - 12H33

Fondateur de l’Edusport Academy, l’Écossais Chris Ewing nous détaille les caractéristiques d’une structure dédiée au football et à l’apprentissage de l’anglais. Une belle opportunité pour les Français.

 

 

 

L’Edusport Academy s’adresse-t-elle uniquement aux non-anglophones ?

Elle s’adresse même principalement à des jeunes venus de France, un pays que je connais bien. Ils étaient 18 en 2011, 64 sont venus pour l’année 2015-2016. À partir du moment où il veut apprendre l’anglais, un jeune est bienvenu à l’académie.

 

Pourquoi détecter des joueurs uniquement en France et en Belgique ?

Pour le marché francophone (Luxembourg et Genève, cette année) que, là encore, je connais bien. Il y a aura peut-être d’autres nationalités par la suite (espagnole, scandinave, italienne…). On a une belle réputation et on est connus. Notre message est clair vis-à-vis des jeunes : ce n’est pas l’académie dont ils rêvent pour passer pro, mais elle permet de faire du foot de haut niveau et d’apprendre l’anglais. Si un jeune veut venir seulement pour devenir pro, on ne le prend pas ! Et l’académie est privée, donc payante.

 

Votre structure est-elle une passerelle entre le monde amateur et le monde professionnel ?

On n’a pas d’agents, on ne vend pas de rêves, mais un projet correct, cohérent. On correspond à quelque chose de positif dans le foot et en dehors. Le foot pro est un milieu difficile. Nos jeunes viennent généralement d’un milieu amateur. Notre objectif n’est pas de les faire passer pro, car si ça ne marche pas la déception est grande, mais de leur faire passer une super année en Écosse. Quand mes joueurs quittent l’académie en pleurant, ça me touche. Au début, leur niveau d’anglais est basique, et à la fin on peut échanger en anglais.

 

Quelle est la place du foot féminin au sein de votre académie ?

Pour le foot féminin, c’est compliqué. J’ai envie que ça évolue, comme déjà en France. Cette année, des joueuses ont fait un stage d’anglais et joué dans un club écossais (Spartans, soit en équipe première, soit en équipe réserve), on est donc sur la bonne voie. Pour les filles, il n’y a pas tellement d’opportunités dans le foot, excepté peut-être dans les universités américaines, mais elles n’ont pas toutes le niveau ni forcément envie d’aller aux États-Unis… On va travailler avec le club des Glasgow Rangers. Il y a quatre filles cette année dans l’académie, l’une va rester en Écosse, les trois autres vont rentrer en France pour continuer leurs études supérieures.

 

Cinq ans après sa création, quel bilan tirer d’Edusport Academy ?

Maintenant 88e club membre de la fédération écossaise, nous sommes la première académie privée au monde homologuée par l’UEFA pour l’administration et le financier ! Et nous avons gagné deux Coupes de la ligue South of Scotland, l’équivalent de la 6e division.

 

D’autres Edusport Academy vont-elles ouvrir ?

Je vais peut être créer une Edusport Academy rugby en 2017/2018.