Esprit Sports
Afrique /
12H30 - vendredi 27 mai 2016

Régis Charpentier : « Il y a une forte envie autour de l’Afrique »

vendredi 27 mai 2016 - 12H30

En créant une plateforme digitale de financement pour le développement par le sport en Afrique, Win Win a décidé de mettre un coup de projecteur sur un continent souvent oublié. Rencontre avec Régis Charpentier, le président de cette structure innovante.

P1070416

Tournoi international de l’intégration de l’Afrique de l’Ouest – Crédit photo : DR

Comment a démarré le projet Win Win Afrique ?

L’idée est venue pendant l’Euromed Sport Forum que nous avons organisé à Marseille en octobre 2014. Durant ces trois jours dédiés au développement des territoires et à la coopération sportive en Afrique, nous avons réalisé 300 rencontres en face-à-face. Notre but était de rapprocher les financeurs du grand public en détectant le plus possible les projets. Il y avait une énorme attente du mouvement sportif africain, d’autant plus que les banques de financement et les entreprises commençaient à considérer le sport comme un vecteur de croissance.

Pourquoi avoir choisi l’Afrique comme premier territoire d’expression. Parce qu’elle est le berceau de l’humanité ou pour son énorme potentiel sous-exploité ?

Les deux. Mes associés connaissent très bien le continent. Il y a aussi une forte envie. On peut dire également que c’est la synthèse de ce que j’ai fait en France pendant vingt ans « autour » du sport (président d’une agence de marketing sportif, conseiller en communication et organisation…).

Pour certains projets, votre plateforme sera la première à proposer le paiement via

mobile. Quels sont les autres atouts de Win Win ?

La BPI va nous aider à financer cette innovation technique, mais elle ne sera disponible qu’en fin d’année. Nos atouts ? L’innovation d’usage car nous sommes capables de mettre en contact des projets non personnels avec des contributeurs qui ne font pas partie du grand public (ONG, fondations, entreprises…). Nous allons donc mettre autour de la table des gens qui n’ont pas l’habitude de se parler. Jouant le rôle de courtiers, nous éviterons aux entreprises et aux porteurs de projets de passer par des intermédiaires. Le financement sera direct. L’interactivité offrira une transparence quant au nombre de personnes soutenant le projet, ce qui le crédibilisera.

Le lancement officiel de Win Win Afrique a eu lieu en avril, quand comptez-vous mettre en ligne le site Internet ?

La plateforme devrait être disponible vers le 30 mai. Notre newsletter a été envoyée à 15 000 contacts.

Des voyages sont-ils à l’étude ?

Nous partons en Côte d’Ivoire en juin, mandatés par la Fédération de judo pour y développer un centre national de formation et un institut qui ressemble à un sport études. Nous avons besoin de rencontrer des bailleurs de fonds pour structurer le projet. Trois semaines après, nous nous rendrons au Mali pour étudier les propositions en cours autour du développement du sport via le foot. Nous avons aussi des objectifs au Maroc et au Sénégal. Pour les autres pays, cela dépendra du sérieux des projets…