Esprit Sports
France /
10H35 - mercredi 11 mai 2016

Petite virée en raquettes avec le padel et le beach tennis

mercredi 11 mai 2016 - 10H35

En intégrant respectivement le tennis de plage et le padel à leur programme il y a dix ans,  les fédérations, internationale et française, de tennis ont su flairer le bon filon. Avec dix millions de pratiquants dans le monde pour l’un et huit millions pour l’autre, les deux disciplines ont en effet le vent en poupe.

18/10/2015 - Dardilly - Championnats de France de Padel 2015 - Vue générale du Padel Central Lyon. Photo Cédric Lecoq / FFT

Crédit photo : Cédric Lecoq / FFT

Une popularité qui s’étend au-delà du grand public puisque de nombreux champions actuels ou anciens se sont engouffrés dans la brèche en investissant dans ce marché juteux (Alizé Cornet, Henri Leconte, Nicolas Escudé, Jérémy Toulalan, Olivier Giroud…). Il faut dire que ces deux sports de raquette ne manquent pas d’attraits : leurs règles sont simples (service à la cuillère, décompte des points comme au tennis), on le pratique en équipe (on joue en double, en famille), et toute l’année (été pour le beach, hiver pour le padel).

Un point essentiel qui n’a pas échappé à Fabien Boudet. Directeur de la vie fédérale à la Fédération française de tennis, ce dernier ne cache d’ailleurs pas que le padel et le beach tennis n’ont pas été intégrés pour que les Français deviennent champions du monde « mais pour que les clubs puissent diversifier leurs activités ». Pour le responsable du développement de la pratique loisir au sein de la FFT, « le padel a beaucoup d’avantages, on est dans la réussite assez vite car on ne sert pas comme au tennis. Donc pour des débutants, c’est moins compliqué. Quant au beach, le côté raquette en bois sur la plage attire tout le monde. »

Mais pour développer encore plus les deux disciplines, il faut des terrains et une organisation à la hauteur, notamment pour le padel. Le nombre d’aires de jeux est passé de trente, il y a quelques années, à plus de 300 aujourd’hui, en attendant plus, vu la centaine de projets en cours. Quant au statut d’enseignant, s’il n’est pas encore validé par un diplôme, des certifications de qualification professionnelle devraient être attribuées d’ici un an et demi à deux ans aux très bons joueurs de padel à qui on ne demande pas de passer le brevet d’État de tennis…