Esprit Sports
France /
09H52 - mercredi 4 mai 2016

Roland-Garros : le changement, c’est maintenant

mercredi 4 mai 2016 - 09H52

Pour sa première journée de présentation ce mardi comme nouveau directeur du tournoi de Roland-Garros, Guy Forget sera passé par tous les stades. De la joie et l’émotion le matin lors de la conférence de presse, à la surprise en fin d’après-midi lors de la perquisition des locaux de la Fédération française de tennis diligentée par le procureur de la République au sujet d’un éventuel trafic de billets.

Guy Forget,  DIRECTEUR DU TOURNOI ROLAND-GARROS. PHOTO : JULIEN CROSNIER / FFT

Guy Forget, DIRECTEUR DU TOURNOI ROLAND-GARROS. PHOTO : JULIEN CROSNIER / FFT

 

Mais, comme la FFT qui affirme « collaborer pleinement avec les enquêteurs et se réserver le droit de se constituer partie civile si des faits délictueux devaient être révélés par l’enquête », l’ex-capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis n’a éludé aucun sujet. Lui et Jérémy Botton ont même évoqué d’emblée le très épineux problème de la sécurité et le conflit qui les oppose aux héritiers de l’architecte des serres d’Auteuil.

Affiche Roland-Garros 2016Sur ce point,  le directeur général de la Fédération française de tennis a confirmé qu’ils « n’y mettent même pas les pieds » et que, s’il concède que « les travaux du court de 4 900 places ont été arrêtés par la justice », ils ont « bel espoir de briser cette décision » après s’être pourvus en cassation. Jérémy Botton, fort du succès de Roland-Garros, n’a d’ailleurs pas manqué d’insister sur les aspects positifs représentés par « les places vendues en quelques heures, le prolongement des partenariats avec Longines jusqu’en 2018, Babolat et Potel & Chabot jusqu’en 2019, ainsi que la diffusion du tournoi en Asie ».

Des signes de croissance renouvelée repris par Guy Forget dans sa présentation. L’ex-numéro 4 mondial a même tablé sur « plus de 450 000 spectateurs d’ici 2020 en session de nuit pour les fans frustrés qui n’arrivent pas à avoir de places ».

Guy Forget n’est pas la seule nouveauté visible cette année puisque, outre la sécurité renforcée après les récents évènements (seulement trois points d’entrée), le site de Jean-Bouin a été entièrement rénové pour accueillir l’entraînement des joueurs. Des changements nécessaires dans la lignée d’un tournoi qui avait été aussi, dixit son nouveau directeur, « le premier à imposer des contrôles antidopage obligatoires ».

Lui comme Jérémy Botton le savent bien : Roland Garros doit continuer d’anticiper, de se rénover et de récompenser toujours plus le public (nouvelles offres de restauration, journée des enfants) comme les joueurs (32 millions d’euros redistribués, soit 14 % de hausse par rapport à 2015). Guy Forget ne s’en est d’ailleurs pas caché, lui qui veut « que ce tournoi devienne le plus beau et le plus grand des tournois des grands chelems ».

3 questions à Guy Forget :

Guy Forget, DIRECTEUR DU TOURNOI ROLAND-GARROS. PHOTO : JULIEN CROSNIER / FFT

Guy Forget, DIRECTEUR DU TOURNOI ROLAND-GARROS. PHOTO : JULIEN CROSNIER / FFT

Pourquoi avoir accepté de prendre en main les rênes de ce tournoi ?

Je connais la fonction puisque je dirige le BNP-Paribas Masters depuis 2012 (l’équipe de Bercy est d’ailleurs la même que celle de Roland-Garros), mais j’ai pris comme un privilège, et même comme un cadeau, le fait d’être porté à la tête d’un tournoi qui a bercé mon enfance.

Quel est votre meilleur souvenir à Roland-Garros ?

La victoire de Yannick Noah en 1983. Sur un plan personnel, je suis allé de déception en déception…

Pensez-vous qu’un Français puisse enfin faire fi de la pression et soulever le trophée pour la première fois depuis 33 ans ?

Certains de nos représentants s’en sont approchés, mais les Nadal, Djokovic, Federer, et Murray sont encore au-dessus. Simon, Tsonga, Monfils et Gasquet ont tous une technique, un physique, et un mental différents, mais pour battre les quatre cités plus haut, il faut être un peu plus fort sur tout.