Esprit Sports
France /
16H42 - mardi 8 mars 2016

Nathalie Lanzi : « Il faut découvrir les joueuses qui feront les équipes de demain »

mardi 8 mars 2016 - 16H42

Nathalie Lanzi, vice-présidente du Conseil régional d’Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, a rencontré jeudi dernier, à la Maison des sports de Poitiers, les clubs féminins de haut niveau. Elle nous explique les enjeux de cette entrevue.

Nathalie Lanzi lors de la réunion Maison des Sports de Poitiers pour évoquer le sport féminin – Crédit photo : CRALPC – Françoise Roch

Nathalie Lanzi lors de la réunion Maison des Sports de Poitiers pour évoquer le sport féminin – Crédit photo : CRALPC – Françoise Roch

 

Quelle est l’importance du sport féminin dans votre région, notamment en terme de licenciées ?

36,4 % de nos sportifs sont des femmes, ce qui représente 516 800 licenciées.

À quelle hauteur votre conseil régional soutient-il les clubs féminins évoluant dans les sommets de la compétition ?

Ça dépend des régions, nous sommes en train d’harmoniser les différentes politiques. Jusqu’ici l’investissement était fonction de critères définis avec les anciennes régions par rapport à leur niveau de sélection (en nationale, en fédérale). Nous avons entendu leurs difficultés en terme de médiatisation notamment. Avant de se faire connaître et d’être implanté à Mont-de-Marsan, Basket Landes est né dans un village de 300 habitants. Aujourd’hui, c’est Mérignac Handball qui a besoin de plus de visibilité.

Qu’entendez-vous par « définition d’une politique sportive relative aux clubs Élite à l’échelle du nouveau territoire » ?

Nous devons voir ce que les équipes féminines représentent en terme de popularité, d’accompagnement des entreprises, des collectivités. Définir comment faire émerger ces équipes. Elles attendent d’être accompagnées en terme de com car elles sont dans l’ombre des clubs masculins, sauf à Limoges où les hommes servent de locomotive. À Celles-sur-Belle il n’y a que du handball, c’est la sortie du samedi soir, et c’est plein chaque fois.

Pourquoi ne représenter que le basket, le hand et le volley lors de cette réunion ? Ce sont les disciplines majeures chez les femmes dans votre région ?

On ne pouvait pas réunir tout le monde. On est partis sur ces trois-là car elles sont représentatives de l’ensemble du territoire. Je ne suis élue que depuis deux mois, on va faire ça en plusieurs temps.

Quels sont les problématiques, les besoins et les attentes, à définir en vue de la prochaine conférence territoriale du sport ?

Le but est de faire du sport le ciment social de notre nouvelle région. Nous devons permettre au milieu rural d’y avoir encore plus accès, améliorer la formation, les relais. Il faut découvrir les joueuses qui formeront les équipes de demain. À partir des doléances et des besoins de chacun, nous insisterons également sur le sport santé, pour les seniors, pour les plus jeunes en harmonisant une politique sportive très complexe et très marquée sur le territoire. Nous pensons aussi à la reconversion des sportifs, et le CDES de Limoges, comme les CREPS de Talence et Poitiers sont si importants qu’ils vont nous permettre de mener à bien notre politique.

Quand se tiendra cette conférence et sous quelle forme ?

Très certainement en juin sous forme d’atelier.