Ukraine
Ukraine /
08H56 - mardi 25 février 2014

Les premiers jours de la transition en Ukraine

mardi 25 février 2014 - 08H56

Alors que la Russie a rappelé son ambassadeur en Ukraine à Moscou « pour consultations » tout en grinçant des dents quant aux décisions prises par la Rada qui ne respecte pas l’accord négocié avec les ministres des Affaires étrangères français, polonais et allemands, la visite de Catherine Ashton a été annoncée pour aider à trouver une voie de sortie et de reconstruction à l’Ukraine. Cependant les précédentes visite de Mme Ashton s’étaient révélées n’avoir aucun poids quant à la situation du pays tant le discours était éloigné des réalités du terrain ukrainien.

 

Protesters hold a EU flag as they take part in a rally to support EU integration in central Kiev

Dimanche, les divers intervenants, qu’il s’agisse Ioulia Timochenko ou de Vladimir Poutine, ont pris contact avec la seule Angela Merkel pour parler de l’avenir ukrainien en faisant ostensiblement l’impasse sur les autres négociateurs.

Mais voilà l’Ukraine est dans une situation économique précaire, seule elle ne peut se reconstruire, aussi le projet d’association européen refait surface, soutien qui trouve un écho avec les 2 milliards évoqués par Moscou après la mise en place d’un nouveau gouvernement. Pendant ce temps, le G20 finances de Sydney ne fait pas état de l’Ukraine dans son communiqué final.

Oleksandr Turchynov, le nouveau président par intérim déclarait dimanche soir que la Rada était « consciente de l’importance des relations avec la Russie et prête pour un dialogue avec l’administration russe afin de renforcer les relations avec ce pays sur une nouvelle base juste, équitable et de bon voisinage [comme avec un État] qui reconnaît et prend en compte le choix européen de l’Ukraine ».

Ne négligeons pas dans ce jeu de négociations et d’influence qui couve sous les cendres laissées par l’embrasement de Maïdan, la déclaration du président géorgien du 21 février. En effet, il revenait sur le dialogue entamé avec la Russie sous un nouveau format : Abashidze (ex-premier ministre géorgien) Karasin (du ministère russe des Affaires étrangères).

D’après le président, les réunions ont porté sur les questions commerciales, économiques, humanitaires et culturelles, la prochaine réunion doit se tenir en mars prochain. Une façon comme une autre de faire savoir que les négociations et pour parler est possible d’un côté comme de l’autre.

Cette déclaration intervient alors que l’ex-president Ianoukovitch reste introuvable même si certaines sources l’aurait vu tenter de fuir par voie maritime dans le port d’Odessa, les recherches continuent dans son fief de Donetsk.

Chercheuse et membre de l'Institut Prospective et Stratégie en Europe (IPSE)

Décentraliser ou féodaliser l’Ukraine ? Les défis de demain

A l’issue d’une élection présidentielle sans réelle surprise, le nouveau président de l’Ukraine Petro Poroshenko va devoir relever de nombreux défis. Mathieu Boulègue de l'IPSE décode les enjeux de cette « nouvelle » Ukraine...
Mathieu Boulègue

Ukraine : La place Maidan en voie de sanctification à Kiev

Christine Dugoin et Mathieu Boulègue, chercheurs à l'IPSE nous livrent leurs impressions de Kiev où un nouveau président vient d'être élu : Petro Porochenko, un oligarque qui a fait fortune dans le chocolat. Il davance très nettement,...
Christine Dugoin

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 3)

L'obsession géopolitique de la Russie est, depuis des siècles, la peur de se retrouver coincée à l'intérieur du continent Eurasiatique sans accès à la mer. C'est ce qui explique son offensive en Crimée.
Oleg Kobtzeff

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 2)

Oleg Kobtzeff, professeur de géopolitique à l'American University of Paris explique les ressorts de la popularité de Poutine en Russie et estime que les Russes craignent que l'Occident ne souhaite un démantèlement du pays.
Oleg Kobtzeff

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 1)

Oleg Kobtzeff, professeur de géopolitique à l'American University of Paris analyse la crise ukrainienne, en particulier le rattachement de la Crimée à Moscou, à travers l'histoire commune des deux pays qui s'étend sur douze siècles.
Oleg Kobtzeff

La Crimée à l’heure russe

La Crimée est donc passé sous contrôle russe. Alors que l'Europe et les Etats-Unis ont voté des sanctions à l'égard de Moscou, cela ne semble pas freiner Vladimir Poutine et tout porte à croire qu'il ne compte pas s'arrêter là.
Mathieu Boulègue

La Crimée est perdue pour l’Ukraine

La déclaration d'indépendance de la Crimée, qui annonçait le référendum de dimanche et pour lequel 95% des votants ont été en faveur d'un rattachement à la Russie, laisse peu d'espoir sur la pérennité de l'unité ukrainienne.
Stéphane Mader
Stéphane Mader