Ukraine
Ukraine /
12H10 - vendredi 21 février 2014

Ukraine : Un accord pour éviter un nouveau Sarajevo ?

vendredi 21 février 2014 - 12H10

Il aura donc fallu trois mois et soixante-quinze morts pour que l’Union européenne se décide enfin à prendre les devants dans la crise ukrainienne. En effet, depuis que les violences ont éclaté fin novembre sur la place Maïdan de Kiev, suite à la décision du président Ianoukovitch de renoncer à un accord d’association avec l’UE, jamais l’Europe n’avait semblé prendre les devants. 

 

Un manifestant jetant un pavé vers les forces de l'ordre sur la place Maidan à Kiev

Un manifestant jetant un pavé vers les forces de l’ordre sur la place Maidan à Kiev

Le président Viktor Ianoukovitch vient de l’annoncer : « une élection présidentielle anticipée » se teindra cette année. Un accord a été trouvé avec l’opposition suite à la médiation menée par les ministres des Affaires étrangères français, allemand et polonais. Laurent Fabius s’était montré prudent ce matin indiquant qu’ « il faut rester très prudents (…)  Nous avons négocié hier quasiment dans une atmosphère de bunker ». L’accord prévoit également un retour à la Constitution de 2004 et la formation d’un gouvernement nationale. Il faut en effet prudent car on peut prévoir que les manifestants se sont beaucoup radicalisés et attendront de voir la mise en œuvre concrète de cet accord pour quitter la place Maïdan.

Parallèlement à la mission menée par Laurent Fabius et ses homologues allemand et polonais à Kiev, les ministres des Affaires étrangères de l’UE se sont retrouvés à Bruxelles hier pour voter « le principe » de sanctions telles que la privation de visas et un gel des avoirs des dirigeants ukrainiens responsables des violences commises ces derniers jours. En outre, un embargo pourrait être décidé sur les exportations d’armes : l’idée est claire, ne pas sanctionner le peuple ukrainien mais plutôt prendre à la gorge ses dirigeants. Pour le moment, on ne sait pas si ces sanctions vont être véritablement appliquées ou si l’UE préfère brandir la menace. L’unanimité n’est pas de mise, la Grèce, le Portugal, l’Espagne, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas n’y seraient pas favorables car ils craignent une rupture du dialogue avec Ianoukovitch et évoquent également que ce type de sanction déjà appliqué à la Biélorussie n’a pas fait preuve de toute son efficacité.

Du côté russe, le soutien à Viktor Ianoulovitch semble s’étioler au fur-et-à mesure. Si le Premier ministre russe, Dimitri Medvedev a qualifié hier «  les sanctions européennes inappropriées », il a ajouté dans le même temps que la Russie ne pourrait traiter qu’avec « des autorités légitimes et compétentes, un gouvernement sur lequel le peuple ne s’essuie pas les pieds comme sur un paillasson ». Comme un signe de désaveu, Reuters rapporte les propos d’une source proche des autorités russes indiquant que « pour le moment, les choses sont suspendues. Cela ne veut pas dire que le processus ne peut pas reprendre. Mais la situation politique doit s’éclaircir ».

Depuis la signature d’un accord économique entre Kiev et Moscou à la mi-décembre, portant sur un montant de 15 milliards de dollars et une baisse des tarifs du gaz, le gouvernement ukrainien n’a reçu que trois milliards, le reste devait être versé en cette fin de semaine.

Plus le conflit se prolonge, plus le risque de violence augmente. Comme le souligne, Sud-Ouest ce matin, « ce n’est pas encore Sarajevo ou Homs, mais si rien ne vient stopper cet engrenage, on y va tout droit ! ».

Rédacteur en chef

Décentraliser ou féodaliser l’Ukraine ? Les défis de demain

A l’issue d’une élection présidentielle sans réelle surprise, le nouveau président de l’Ukraine Petro Poroshenko va devoir relever de nombreux défis. Mathieu Boulègue de l'IPSE décode les enjeux de cette « nouvelle » Ukraine...
Mathieu Boulègue

Ukraine : La place Maidan en voie de sanctification à Kiev

Christine Dugoin et Mathieu Boulègue, chercheurs à l'IPSE nous livrent leurs impressions de Kiev où un nouveau président vient d'être élu : Petro Porochenko, un oligarque qui a fait fortune dans le chocolat. Il davance très nettement,...
Christine Dugoin

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 3)

L'obsession géopolitique de la Russie est, depuis des siècles, la peur de se retrouver coincée à l'intérieur du continent Eurasiatique sans accès à la mer. C'est ce qui explique son offensive en Crimée.
Oleg Kobtzeff

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 2)

Oleg Kobtzeff, professeur de géopolitique à l'American University of Paris explique les ressorts de la popularité de Poutine en Russie et estime que les Russes craignent que l'Occident ne souhaite un démantèlement du pays.
Oleg Kobtzeff

Ukraine : Que veulent les Russes ? (Partie 1)

Oleg Kobtzeff, professeur de géopolitique à l'American University of Paris analyse la crise ukrainienne, en particulier le rattachement de la Crimée à Moscou, à travers l'histoire commune des deux pays qui s'étend sur douze siècles.
Oleg Kobtzeff

La Crimée à l’heure russe

La Crimée est donc passé sous contrôle russe. Alors que l'Europe et les Etats-Unis ont voté des sanctions à l'égard de Moscou, cela ne semble pas freiner Vladimir Poutine et tout porte à croire qu'il ne compte pas s'arrêter là.
Mathieu Boulègue

La Crimée est perdue pour l’Ukraine

La déclaration d'indépendance de la Crimée, qui annonçait le référendum de dimanche et pour lequel 95% des votants ont été en faveur d'un rattachement à la Russie, laisse peu d'espoir sur la pérennité de l'unité ukrainienne.
Stéphane Mader
Stéphane Mader