Le Fil
19H53 - mercredi 25 septembre 2013

Cameroun : La mort d’un militant LGBTI serait le résultat d’un « règlement de compte » criminel

mercredi 25 septembre 2013 - 19H53

Dans un discours prononcé à l’ONU vendredi 20 septembre, Anatole Nkou, l’ambassadeur du Cameroun a déclaré au sujet de la mort d’Eric Lemembe, un militant des droits LGBT, assassiné au mois de juillet qu’ « il aurait bien pu commettre des exactions quelque part, et attiré un règlement de compte ». Pour Human Rights Watch, cette conclusion est un signal clair des autorités : « les personnes LGBTI peuvent être tuées en toute impunité au Cameroun. »

A ce jour, le Cameroun a rejeté toutes les recommandations des États-membres de l’ONU qui lui demandaient de mettre fin aux arrestations arbitraires pour relations sexuelles consenties entre personnes du même sexe.

Russie : Mikhaïl Khodorkovski libéré

Mikhaïl Khodorkovski a été libéré de son camp de détention vendredi 20 décembre, où il aura passé plus de dix ans pour escroquerie et fraude fiscale, selon l’agence privée russe Interfax. Sa…

Irak : Attentat meurtrier à Bagdad

Dix personnes ont été tuées jeudi à Bagdad lorsqu’un kamikaze a déclenché sa charge explosive au milieu de pèlerins chiites, ont rapporté des responsables des services de sécurité. L’attentat s’est produit dans…