Actualité
23H22 - vendredi 2 septembre 2022

Daniel Salvatore Schiffer : « avec Mikhaïl Gorbatchev disparaît une figure majeure du XXème siècle »

 

Ainsi le dernier dirigeant de ce qui fut, de 1917 à 1991, l’Union Soviétique s’est-il éteint dans l’hôpital central de Moscou, à l’âge respectable de 91 ans, au soir de ce mardi 30 août 2022.

 

« GLASNOST » ET « PERESTROÏKA »

Les plus jeunes générations d’aujourd’hui, pour lesquelles le nom même – Mikhaïl Gorbatchev – de cet immense homme politique ne veut probablement plus dire grand-chose, ne peuvent pas imaginer l’énorme importance qu’il eut historiquement, dans l’évolution de nos sociétés, au XXe siècle.

C’est lui, en effet, qui mit un terme, par son courage moral tout autant par sa lucidité intellectuelle, nonobstant parfois ses contradictions personnelles, à ce que les politologues de ce temps-là appelaient, en un monde alors bipolaire, constitué d’un côté par nos démocraties libérales et de l’autre côté par les régimes communistes, la « guerre froide » : raison, précisément, pour laquelle celui qui fut pourtant aussi le Secrétaire Général du Parti Communiste de cette même Union Soviétique, a néanmoins obtenu en 1990, très méritoirement par-delà les trop faciles critiques que ses détracteurs s’évertuent encore à énoncer à son encontre, le prix Nobel de la paix !

Quant aux deux principales notions qui présidèrent, de 1985, année où il fut élu à la tête de l’Etat, à 1991, année de l’éclatement de l’Union Soviétique, à son irrésistible ascension au pouvoir suprême, elles ont pour noms, très emblématiquement, « glasnost », synonyme de liberté d’expression aussi bien que d’information en ce qui fut jusque-là un pays totalitaire, et « perestroïka », qualificatif alors donné aux réformes économiques et sociales qu’il entreprit pour le progrès de ce même pays.

C’est aussi lui, Mikhaïl Gorbatchev, qui eut le mérite, l’intelligence et l’audace tout à la fois, de retirer, sur une période s’étalant du 15 mai 1988 au 15 février 1989, ses troupes militaires d’Afghanistan, qu’elles avaient brutalement envahi et occupaient, non moins illégitimement, depuis le 24 décembre 1979.

 

D’ADMIRABLES DISSIDENTS : D’ALEXANDRE ZINOVIEV A ALEXANDRE SOLJENITSYNE, EN PASSANT PAR ANDREÏ SAKHAROV ET VACLAV HAVEL

Certes, tous ne furent pas d’accord sur ces principes, pourtant théoriquement louables en soi ! Je me souviens, en particulier, d’un dissident (c’est là le terme que l’on conférait alors aux admirables opposants, à l’exemple d’Alexandre Soljenitsyne, Andreï Sakharov ou Vaclav Havel, à ce type de totalitarisme politico-idéologique, alors sous l’implacable férule de Léonid Brejnev) tel qu’Alexandre Zinoviev, mémorable auteur en 1976 de ce chef-d’œuvre littéraire que sont « Les hauteurs béantes » (et qui fut aussi, lorsqu’il vivait en exil à Munich, un de mes amis les plus proches malgré nos dissensions sur ce point focal), qui préféraient parler quant à lui, conformément à l’intitulé de l’un de ses propres livres critiques à ce sujet-là, de « catastroïka », signifiant, littéralement, « catastrophe » au vu de l’inévitable chaos qui succéda, dans le sillage de la chute du Mur de Berlin, advenue le 9 novembre 1989 pour l’exactitude, à ce subit effondrement de l’Union Soviétique, puis à sa suite, sous l’égide de Boris Eltsine, à l’avènement de la nouvelle Russie, dont le drapeau tricolore se remit ainsi à flotter, au détriment de celui auréolé de la tristement célèbre étoile rouge, sur le Kremlin.

Je fus par ailleurs aussi, en ces années-là, l’éditeur italien, lorsque j’habitais à Milan, non seulement de quelques essais autour de la fulgurante carrière politique de ce même Gorbatchev, mais surtout, plus largement, de quelques-uns des principaux dissidents de l’Union Soviétique, parmi lesquels, justement, Alexandre Zinoviev et Andreï Sakharov, dont, en ce qui concerne ce dernier, j’ai publié, aux Editions Sugarco, l’intégralité des « Mémoires », y compris les inédits de Gorki, que m’avaient directement confiés, avec bienveillance et confiance, sa propre femme, Elena Bonner.

 

UN TEMOIN ESSENTIEL, EN MÊME TEMPS QU’UN ACTEUR CLE, DE SON TEMPS

C’est dire, donc, si c’est un vaste et essentiel pan de l’Histoire moderne et contemporaine, plus encore que toute une époque, qui, avec cette mort de Gorbatchev, figure majeure du XXe siècle, ultime grand témoin de son temps, mais dont il fut surtout un acteur primordial, disparaît à l’horizon d’un monde devenu désormais, comme le donnent à voir aujourd’hui la terrible guerre en Ukraine aussi bien que la folie meurtrière de Poutine, imprévisible, sinon dangereux pour l’avenir même de l’humanité !

 

Daniel Salvatore Schiffer 

Philosophe, auteur, notamment, de « Lord Byron » et « Oscar Wilde » publiés chez Gallimard – Folio Bigraphies, « Les Intellos ou la Dérive d’une caste – De Dreyfus à Sarajevo » (Editions L’Âge d’Homme), « La Philosophie d’Emmanuel Levinas – Métaphysique, Esthétique, éthique » (Presses Universitaires de France), « Le Testament du Kosovo – Journal de guerre » (Editions du Rocher), « Afghanistan – Chroniques de la Résistance » (Editions Samsa).

Daniel Salvatore Schiffer et Elena Bonner, en 1990 (DSS)

Daniel Salvatore Schiffer fut de de 1988 à 1993 l’éditeur italien non seulement de quelques importants essais autour de la fulgurante carrière politique de Gorbatchev, mais surtout, plus largement, de quelques-uns des principaux dissidents de l’Union Soviétique, parmi lesquels Alexandre Zinoviev et Andreï Sakharov, dont, en ce qui concerne ce dernier, il a publié, aux Editions Sugarco, l’intégralité des « Mémoires », y compris les inédits de Gorki, que lui avaient directement confiés avec bienveillance et confiance tout à la fois sa femme, Elena Bonner. 

A paraître, sous sa direction, l’ouvrage collectif « Penser Salman Rushdie » (Editions de l’Aube).   

 

Retour sur Solidays 2022, une édition record !

Enfin le retour au monde d’avant la pandémie de Covid ? Après le succès de la Fête de la musique, de nombreux Festivals qui annoncent déjà faire le plein cet été, le…
Michel Taube