Actualité
11H46 - mardi 15 mars 2022

Derrière la Russie, ces rares pays qui ne se désolidarisent pas du Kremlin pour des raisons géopolitiques

 

Si l’Assemblée générale des Nations unies a confirmé, mercredi 2 mars, la condamnation à l’égard de l’invasion russe en Ukraine, Biélorussie, Syrie, Érythrée, Corée du Nord, et plus tard le Venezuela, se sont démarqués par leur soutien explicit envers le Kremlin. D’autres, comme la Chine et la Serbie, préfèrent rester en retrait sans pour autant se désolidariser.

Carte des soutiens explicits au Kremlin (en rouge) lors de l’Assemblée générale de l’ONU du 2 mars et des pays dont les actes prouvent une solidarité formelle avec la Russie (en orange).

 

 

Se rendre à Moscou en avion depuis l’Europe relève désormais de l’exploit. En fermant son ciel le 28 février aux compagnies aériennes de 36 territoires, tous d’appartenance européenne à l’exception du Canada, la Russie a fait le choix de l’isolement face aux sanctions européennes.

Mais à l’aéroport serbe Nikola Tesla, à Belgrade, les appareils d’Air Serbia sont toujours autorisés à desservir la capitale russe. Et dans ses rues, 2 000 Serbes d’extrême droite ont fièrement soutenu Vladimir Poutine lors d’une manifestation de soutien à la Russie vendredi 4 mars 2022. Un cas isolé depuis la déclaration de guerre du Kremlin. Munis de drapeaux russes, les manifestants ont scandé « Serbes-Russes, frères pour toujours » entre deux slogans anti-Otan.

 

La position ambiguë de la Serbie

Leur président Aleksandar Vučić a pourtant condamné l’invasion russe de l’Ukraine aux Nations unies. La Serbie fait partie des 141 pays sur les 193 membres que compte l’ONU à avoir voté pour le retrait immédiat des forces russes dans le pays. Elle continue toutefois à ne pas s’aligner sur les sanctions prises par l’UE, les États-Unis, et d’autres nations européennes.

Double jeu de la part de Belgrade ? Pas vraiment. Car l’ambiguïté d’Aleksandar Vučić se justifie par le poids de la Russie dans la balance géopolitique de la Serbie. Moscou a une mainmise sur son industrie gazière et pétrolière. Surtout, seul le droit de veto russe au Conseil de sécurité de l’ONU empêche la reconnaissance formelle du Kosovo. Ce territoire, ancienne propriété serbe revendiquée par des indépendantistes, a obtenu son indépendance en 2008 suite à une guerre et une intervention de l’OTAN. Mais l’ONU continue de ne pas reconnaître le Kosovo, principalement en raison du blocage exercé par la Russie en soutien à Belgrade.

 

La grande muraille de la censure chinoise

Comme le peuple russe, la population chinoise patauge dans l’ignorance. Son gouvernement, dirigé par le président Xi Jinping, censure dans la presse les images terrifiantes de la guerre en Ukraine, minimisant « l’opération militaire spéciale » de Vladimir Poutine, que le régime chinois refuse de qualifier d’« invasion ». Même l’évacuation des Chinois en Ukraine a été étouffée. Aucun média chinois ni dépêche n’a évoqué le pénible chemin de croix de ses ressortissants pour parvenir à rentrer.

La Chine a également suspendu la diffusion des matchs des championnats de football anglais et allemands, les joueurs portant des brassards bleus et jaunes en soutien à l’Ukraine. Cette censure s’explique certainement par l’amitié sino-russe, qualifiée de « solide comme un roc », par le ministre des Affaires étrangères chinois lundi 7 mars.

 

La Russie encourage une potentielle invasion de Taïwan par Pékin

Tous deux anti-occidentaux, profondément nationalistes et partisans de la censure, la Chine et la Russie se ressembleraient presque comme deux gouttes d’eau. Et leur politique agressive de revendications territoriales y est pour beaucoup.

Pékin ne s’est pas prononcée lors de l’Assemblée générale de l’ONU sur l’invasion russe, principalement en raison de ses desseins pour Taïwan. Xi Jinping projette lui aussi de réunir l’état insulaire dissident par la force. Quand le président chinois a accueilli son homologue russe à Pékin, le 4 mars dernier, une déclaration commune a été signée par les deux hommes dans laquelle on peut lire : « La Russie affirme son soutien à la politique d’une seule Chine, [elle] confirme que Taïwan est une partie inaliénable de la Chine et s’oppose à toutes les formes d’indépendance de Taïwan ». En cas de défaite ukrainienne, Pékin pourrait sans doute être inspiré dans son désir de réunir Taïwan par le biais de la guerre.

 

La Chine seule bouée de Moscou dans la banqueroute à venir

Sauf que la Chine avance avec prudence. Pas de condamnation de Moscou ni de sanctions. Pas de soutien non plus trop affirmé envers l’autocratie russe. L’alliance sino-russe n’a d’ailleurs pas assez d’intérêt à être perpétuée pour Pékin dans cette guerre qui ne la regarde pas. Vladimir Poutine a toutefois requis l’aide économique d’un autre autocrate, bien plus puissant et riche que lui, Xi Jinping, avant que la banqueroute n’ait raison de la Russie, sans réussir à l’obtenir. D’après les estimations des agences internationales de crédit, le belligérant déclarerait faillite d’ici la mi-avril. Et même en cas de confiscation des derniers avoirs occidentaux en Russie de la part du Kremlin. L’échéance serait certes repoussée, mais dépasserait avec difficulté le cap du mois de mai.

L’autocrate de la République populaire de Chine privilégie le soutien indirect. La puissance économique mondiale a augmenté le prix de ressources stratégiques dont l’Occident dépend, à l’instar du blé et de l’énergie. Improbable cependant que Xi Jinping se mette en orbite avec Moscou en acceptant de fournir un support militaire ou même logistique à son encombrant allié. Le plus grand pays au monde, par la taille, se fait petit pour l’instant par peur de tirer les marrons du feu d’un conflit extérieur à ses intérêts. Quant à Vladimir Poutine, l’aveu de faiblesse dépasse tout entendement. De Staline au tsar Pierre le Grand, les plus emblématiques figures historiques de la Russie ont toutes refusé — jusqu’à présent — de solliciter l’aide d’une nation supérieure à la Russie dans leurs conquêtes, hormis dans le cas d’alliances préambulaires. Jamais en raison d’un appel à l’aide. Face au refus chinois d’intensifier son soutien, le risque d’un terrible effondrement économique s’accentue sur et dans la tête de Vladimir Poutine.

 

Tributaires de l’influence russe

La Syrie, l’Érythrée, la Corée du Nord et le Venezuela ont tous les quatre rejeté la résolution à l’Assemblée générale avec la Biélorussie. Si l’inévitable vote négatif de la Biélorussie, non seulement bras droit logistique de la Russie dans le conflit, mais aussi alliée historique du Kremlin, était à prévoir, le choix des quatre autres nations questionne davantage.

Du côté de la Corée du Nord, Moscou fournit régulièrement à son voisin de la nourriture, alors même que le pays peine à répondre aux besoins alimentaires de sa population. Impossible pour Pyongyang de s’en passer.

En Afrique, l’Érythrée justifie en substance son vote négatif par « son rejet des sanctions unilatérales qui ne servent qu’à exacerber les tensions, au détriment des populations civiles », détaille l’ONU. En réalité, la décision du petit pays de la corne d’Afrique serait motivée par le projet portuaire actuellement en discussion avec la Russie. Le Kremlin en serait évidemment le financeur si un accord venait à être ratifié. Nation à l’économie fragile, ce projet représente pour l’Érythrée un intérêt suffisamment important dans son développement pour suivre Vladimir Poutine coûte que coûte.

Bachar Al Assad doit, quant à lui, sa survie au pouvoir à l’intervention russe en Syrie, débutée en 2015. Il a donc logiquement soutenu son ami au Kremlin. Selon le dictateur, « l’opération » vise à « rétablir l’ordre » international bouleversé par « la chute du communisme ». Même son de cloche pour le Venezuela, pays où son président, Nicolás Maduro, a été militairement secondé par les Russes lors de la brutale répression des manifestations à Caracas, en 2017.

 

Dans cette guerre, provoquant à la fois la renaissance d’une Europe soudée et une crise migratoire d’ampleur inquiétante — plus de 2,5 millions d’Ukrainiens auraient fui à ce jour leur pays natal, 5 autres millions ne logeraient plus dans leur domicile — les alliés du Kremlin se font rares, mais tous semblent résolus à soutenir bravement Moscou, à l’exception de la Chine. Visiblement, aucun d’eux ne s’apprête pour l’heure à se passer de la précieuse aide russe pour rejoindre le camp opposé.

 

Noé Kolanek

Retour sur Solidays 2022, une édition record !

Enfin le retour au monde d’avant la pandémie de Covid ? Après le succès de la Fête de la musique, de nombreux Festivals qui annoncent déjà faire le plein cet été, le…
Michel Taube